Un 4e Noël sanglant pour les enfants syriens

Le 18 mars 2011, les enfants syriens de Daraa ont été l’étincelle de la révolution syrienne, née suite à la torture d’une quinzaine d’écoliers par les services de renseignements. Aujourd’hui, après 4 ans d’une guerre impitoyable qu’ Assad mène contre sa population, les enfants syriens paient un prix exorbitant pour la liberté qu’ils ont revendiqué:

9’500 enfants en détention

17’267 enfants morts

95 enfants morts sous la torture

518 enfants tués par des snipers

128 enfants gazés le 20 août 2013

5’000’000 d’enfants réfugiés et déplacés internes

En cette période de Noël qui chérit les enfants en Europe, un rassemblement est organisé à Paris le 20 décembre en hommage aux enfants morts en Syrie et en solidarité avec la souffrance que font subir le régime syrien et l’Etat Islamique (Daech) aux enfants syriens; mais également pour rappeler que l’impunité de tous ceux qui ont perpétré des crimes contre l’Humanité et des crimes de guerre en Syrie depuis 2011 serait une honte pour l’humanité et pour chacun d’entre-nous.

10849847_589522111180808_4279914081761894933_n

FemmeS pour la Démocratie se déclare solidaire des enfants syriens et se joint aux organisateurs du rassemblement de Paris pour demander que le dossier syrien soit enfin traduit devant le TPI. C’est une étape obligatoire pour permettre enfin aux syriens de mettre fin au terrorisme d’Etat d’Assad et à celui des organisations terroristes comme Daech pour acheminer leur pays vers une démocratie multi- confessionnelle et multi- ethnique basée sur la citoyenneté de tous les Syriens.

En cette période de fêtes nous appelons également à votre solidarité en faveur de l’éducation des enfants syriens qui en ont été privés suite à l’exode forcé de la population d’un coté, aux sièges de différentes régions en Syrie et aux bombardements d’une grande partie des établissements scolaires et des quartiers résidentiels dans les régions de protestations par le régime, et à l’oppression de Daech dans d’autres régions.

La somme intégrale de vos donations sera distribuée à des projets pour les enfants syriens au Moyen-Orient, ceci dans certains des multiples endroits qui ne sont toujours pas desservis par les organisations internationales et qui dépendent des donations privées.

 Pour vos dons:

FemmeD pour la Démocratie ,  Help Syrians

Merci de tout cœur !

FSD

—————–

A cette occasion FSD publie ici ce poème de Racha Lotfi:

REFUGIÉ

Tu portes l’infortune sur tes frêles épaules,

Le désarroi sordide de l’espace, du temps,

Le tronc recourbé comme s’épancherait un saule

Vers les plis de la terre, l’eau claire des étangs…

Tu as quinze ans à peine et déjà apatride

Exilé, esseulé, l’âme dénaturée

Quinze ans et sur ton front délinéé les rides

Creusent quelques rainures fines, prématurées

Le soleil et l’exode déposent sur ta peau

Leurs cruelles empreintes, leurs féroces stigmates

Et pour contrer l’hiver comment ces oripeaux

T’épargneront du froid aux morsures ingrates ?

Ainsi sous une tente désormais tu habites

Les aléas du sort ont brisé l’avenir

Tant d’autres ont péri soudain de mort subite

Par le brasier, les bombes, tu les vis agonir

Pour garder la vie sauve il a ainsi fallut

S’enfuir au loin s’enfuir pour trouver le salut …

Alors, les yeux mi-clos tu donnes libre cours

Aux rêves d’évasion, à l’évasion des rêves,

Pour tristement penser à ton premier amour

Et ta mémoire aspire au répit, à la trêve

A la jolie voisine sur le balcon d’en face

Aux regards échangés, aux sourires volés

Aux heures interminables au sortir de la classe

Pour cueillir un instant son parfum envolé

Où peut-elle bien être ?

Gisant sous les décombres ?

Inhumée sans sépulcre comme ton père disparu ?

Ou peut-être vivante et se terrant dans l’ombre

Sur les chemins perdus en hâte parcourus

Un jour tu reviendras fier et droit comme un chêne

Le front auréolé de gloire, de serments

Fils d’un peuple captif qui a brisé ses chaînes

Pour semer à nouveau de la vie le ferment

Rebâtir nos maisons, nos quartiers et nos villes

Anéantis par la géhenne tombant du ciel

Du tyran de ses sbires sanguinaires serviles

Et replanter des fleurs et récolter le miel

Le miel et la douceur et l’amour en partage

Légués par cette terre au doux nom caressant

Elle nous aura donné l’orgueil en héritage

Mais nos larmes auront toujours le goût du sang

Un jour vers la patrie, tu reviendras, petit

Comme se blottit l’enfant au giron de sa mère

Et s’endort bienheureux d’espérances nanti

                                                   Dans l’odeur du jasmin et des oranges amères.

Publicités

Publié le 19/12/2014, dans FSD, Réfigués syriens, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :