Archives Mensuelles: mars 2022

Pour une position unifiée du peuple syrien en révolution

Au vu de ce que la Russie, partenaire du régime d’Assad dans ses crimes a fait et continue de faire en faisant obstruction au Conseil de sécurité de l’ONU, en empêchant l’ONU de prendre des mesures concrètes pour résoudre le problème syrien par une solution juste et en inhibant son rôle dans le maintien de la paix et de la sécurité mondiale en Syrie, et récemment en Ukraine, et au vu des événements récents sur la scène internationale et des changements importants qui se profilent à l’horizon et des répercussions qui en découleront, il est nécessaire de faire entendre notre voix syrienne unifiée et forte.

Nous remettons cette note politique et juridique entre les mains des Syrien.nes pour ceux et celles qui souhaitent la signer.

Elle sera adressée au Secrétaire général des Nations Unies, aux représentants des États membres au Conseil de sécurité, au plus grand nombre de représentations de l’Assemblée générale, au Haut Représentant de l’Union européenne, au Secrétaire général de la Ligue des États arabes, au Secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique et à toutes les parties concernées que nous pourrons contacter.

Manifestation à Idleb le 15.03.2022, à l’occasion du 11e anniversaire de la révolution syrienne (Photo d’Ammar Alzeer)

Déclaration pour signature:

Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies, Mesdames et Messieurs  les représentants des États membres au Conseil de sécurité, Mesdames et Messieurs les représentants de l’Assemblée générale, Monsieur le Haut Représentant de l’Union européenne, Monsieur le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, Mesdames et Messieurs,

Au lendemain de l’invasion flagrante de l’Ukraine par la Russie Poutine prouve qu’il n’a aucun respect pour le droit international. De même, ses arguments relatifs à la légitimité de son intervention en Syrie n’ont clairement aucune valeur tant il est évident qu’il est partie prenante directe au conflit.

– Au cours des onze années qui ont suivi le début de la révolution syrienne, le régime russe a utilisé seize fois son veto contre des projets de résolution liés à la question syrienne qui ont été soumis au Conseil de sécurité. Ceci a conduit à une obstruction systématique du rôle du Conseil de sécurité dans le maintien de la sécurité et de la paix internationale, mais aussi au blocage de toutes les tentatives visant à parvenir à un règlement juste de la question syrienne. Par conséquent, l’escalade et l’aggravation des souffrances du peuple syrien se poursuivent sur tous les plans: les tueries, les arrestations, la torture, les déplacements forcés et l’exode. Sans oublier l’utilisation par le régime d’Assad d’ armes interdites internationalement, en particulier des armes chimiques, des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des crimes de déplacement forcé. Et  jusqu’à présent, les responsables de ces crimes restent dans l’impunité.

– Le régime russe ne s’est pas contenté de cette obstruction systématique, son intervention militaire du 30 septembre 2015 et son soutien au régime Assad sont flagrants. Sous prétexte de combattre le terrorisme, il n’a pas hésité à bombarder plusieurs régions de Syrie en ciblant systématiquement les hôpitaux, les écoles, les boulangeries, les marchés populaires et les quartiers résidentiels, attaques qui ont entraîné la mort de dizaines de milliers de civils syriens. Aujourd’hui, il utilise la même méthode et avance le prétexte d’éradiquer les nazis en Ukraine pour justifier son agression militaire. Rappelons ici que les civils syriens tout comme les civils ukrainiens sont aussi des êtres humains.

Aujourd’hui, les régimes de Poutine et d’Assad sont devenus des spécialistes de la destruction des infrastructures et des installations civiles, qui sont pour les Syriens vitaux pour la survie, dans ses limites minimales. Tous les rapports des institutions de l’ONU et des organisations internationales rapportent aujourd’hui ces crimes et ces violations flagrantes des droits de l’homme en Syrie.

– Les expériences passées au niveau mondial ont prouvé que l’apologie du fascisme et la clémence envers les fascistes et les dictateurs sont désastreuses pour les peuples et constituent une menace pour la paix et la sécurité internationale.

Il est clair que l’agression russe contre notre peuple et l’abus du droit de veto concernant la cause syrienne sont identiques à ce qui s’est produit il y a quelques jours concernant un projet de résolution du Conseil de sécurité relatif à l’agression russe contre l’Ukraine. En effet, le veto russe a entravé la justice, il a empêché la bonne mise en œuvre de la Charte des Nations Unies, il a fait obstruction à sa bonne marche et il a contribué à empêcher l’établissement des règles nécessaires à la paix et à la sécurité internationales dans ce monde.

En conséquence, nous vous demandons de :

1- Activer l’article 27, ainsi que le troisième alinéa de l’article 52 de la Charte des Nations Unies, pour exiger que le régime russe soit empêché de voter au Conseil de sécurité sur les projets de résolution liés à la question syrienne, car il est partie prenante au conflit.

2- Déférer le dossier syrien à l’Assemblée générale des Nations Unies sous le thème « Unis pour la paix » – Résolution 377 de l’ONU – pour analyser l’aggravation de la situation humanitaire en Syrie, prendre les mesures nécessaires pour un cessez-le-feu et pour mettre fin à la tragédie syrienne.

La souffrance de notre peuple a perduré et elle ne cesse de s’aggraver, entraînant un manque de moyens de subsistance.

3- Activer les articles 5 et 6 de la Charte des Nations Unies et obtenir une décision de l’Assemblée générale pour suspendre l’adhésion du régime d’Assad ou la jouissance de ses avantages, alors qu’il a été prouvé qu’il a commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, y compris le génocide, et l’utilisation d’armes chimiques.

4- Former un organe de gouvernance de transition indépendant du régime d’Assad, qui l’a rejeté dans sa forme et son contenu, et considérer cet organe comme le représentant légal temporaire de l’État syrien, ceci en application du communiqué de Genève, de la résolution 67/262 de l’Assemblée générale de l’ONU et des résolutions  2118 et 2254 émises par le Conseil de sécurité de l’ONU.

5- Emettre une résolution par l’Assemblée générale des Nations Unies visant à déférer les auteurs de crimes de guerre en Syrie à la Cour pénale internationale et à ouvrir une enquête sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis par le régime syrien et ses partenaires russes et iraniens en Syrie, ou bien créer un tribunal spécial pour cela.

Enfin, notre sympathie aujourd’hui avec le peuple ukrainien a un goût particulier et extrêmement amer. Les armes qui détruisent aujourd’hui leur rêve de liberté sont les mêmes armes que celles que Poutine a utilisées auparavant contre notre peuple syrien avec une brutalité inimaginable. Poutine s’est même vanté d’avoir expérimenté en Syrie 231 nouveaux types d’armes, sans se soucier d’une communauté internationale qui a détourné son regard de notre tragédie et continue à le faire.

Par conséquent, nous attendons de l’ONU qu’elle assume ses responsabilités et déclare la mise en oeuvre de véritables mesures exécutives pour mettre fin à notre tragédie et à la tragédie de notre peuple, tout comme elle le fait pour la question ukrainienne.

Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire général des Nations Unies, Mesdames et Messieurs  les représentants des États membres au Conseil de sécurité, Mesdames et Messieurs les représentants de l’Assemblée générale, Monsieur le Haut Représentant de l’Union européenne, Monsieur le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, Mesdames et Messieurs, l’assurance de notre plus grand respect.

Les signataires :

A ce jour, le texte a été signé par plus de 540 personnes dont des personnalités de l’opposition syrienne de toute appartenance politique et de toutes les communautés religieuses et ethniques.

FSD a traduit cette déclaration de l’arabe