Archives de Catégorie: Genève 2

Pas de Paix durable sans jugement des responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité

Appel à un rassemblement pour faire entendre la voix des civils syriens

Genève, place des Nations, jeudi 23.2.2017 de 17h00-18h00

et un rassemblement samedi 25 (15h00-16h30)

1601138_618160658256920_235463545_n

        Justice d’abord! Photo de Genève II

A l’occasion des négociations de Genève IV pour la paix, qui réuniront les délégations de l’opposition syrienne et du régime syrien en février 2017, nous appelons à la mobilisation pour faire entendre la voix des Syriens et Syriennes en lutte, pour réaffirmer leurs revendications légitimes qui doivent être la base des négociations.

Evolution depuis l’échec de Genève II et Genève III :

–    Le déplacement forcé des populations des régions assiégées (régions soulevées depuis 2011) s’étend et devient une politique qui œuvre pour un changement démographique en Syrie. Les populations de ces régions sont poussées à fuir le pays ou transférées de force vers Idleb (au nord), avec la bénédiction de l’ONU. Après Darayya en septembre 2016, l’intensification des bombardements barbares russes en décembre a conduit à la destruction d’Alep-Est et au déplacement forcé de ses habitants vers Idleb. En janvier 2017 ce fut le tour de Wadi Barada (région de Damas).

–    Un accord de cessez-le-feu, orchestré par la Russie, a été signé avec l’approbation de l’Iran et de la Turquie, fin décembre 2016. Aujourd’hui et malgré le cessez-le-feu, les bombardements sur Wadi Barada ont conduit au déplacement forcé de sa population vers Idleb fin janvier, la Russie continue à bombarder Idleb !  et d’autres régions en Syrie continuent à subir les bombardements du régime syrien et de ses alliés.

Les crimes commis contre les civils continuent en Syrie et le silence de la communauté internationale continue lui aussi.

Quel bilan et quelle solution?

Plus de la moitié de la population syrienne a été déplacée, on compte aujourd’hui plus de 450’000 morts, plus de 1’000’000 de blessés, plus de 325’000 arrestations et disparitions forcées, plus de 12’000 morts sous la torture documentées, et environ 13’000 exécutions sommaires dans la prison de Saydnaya seule (selon le rapport récent d’Amnesty International). Face à cette énorme souffrance de la population, infligée essentiellement par le régime Assad, seule la justice et le jugement des responsables de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre peuvent aider à obtenir une véritable solution politique. Sans oublier que l’apparition de Daech (EI) et de ses semblables est une conséquence directe de la politique du régime Assad.

Les pourparlers de paix de Genève 4 doivent conduire à la satisfaction des aspirations du peuple syrien pour la liberté, la dignité et la justice sociale dans un Etat démocratique. Ces objectifs doivent être garantis et protégés contre les intérêts et les manipulations des puissances régionales et mondiales qui ont démontré au cours des six dernières années leur attachement exclusif à leur stratégie régionale, qui ne sert que leurs propres intérêts, comme le fait le régime Assad, sur le terrain et dans les couloirs de l’ONU.

Le défi consiste à établir et garantir les droits fondamentaux des citoyens, dans le cadre d’une Syrie unie et démocratique, libre et souveraine, rassemblant toutes les composantes de sa population, droits basés sur le concept de la citoyenneté avec des droits égaux pour tous.

Nous Syriens exigeons: 

  • Le départ immédiat du dictateur criminel Bachar Al Assad afin d’établir un gouvernement de transition représentatif des différentes composantes du peuple Syrien, en vue de tenir des élections libres et équitables pour une véritable assemblée constituante.
  • La fin du siège, de la famine imposée et des déplacements forcés dans toutes les régions assiégées.
  • La fin effective de tous les bombardements sur les quartiers et villages.
  • Le départ de tous les combattants étrangers présents en Syrieet la fin de toutes les interventions étrangères, en particulier russe, iranienne.
  • La libération de tous les prisonniers politiques, des militants, des journalistes, des civils et des combattants de la liberté détenus dans les geôles du régime tyrannique d’Assad ou celles de tout autre groupe armé en Syrie.
  • L’arrestation et le jugement de ceux qui se sont rendus coupables de crimes de guerre ou de crimes contrel’Humanité au cours des 40 dernières années.
  • La reconstruction du pays dans le respect des personnes, et la création de conditions saines et sûres pour le retour des personnes déplacées à leurs domiciles.

Les négociations avec le régime tyrannique de Bachar Al-Assad ne devraient en aucun cas conduire à une négation des demandes légitimes du peuple syrien, sinon les Syriens n’auront d’autre choix que de continuer leur combat avec force et détermination, même au prix exorbitant de la souffrance actuelle, jusqu’à la construction d’un nouvel Etat libre et démocratique.

Hommage aux victimes de la tyrannie. Vive la révolution syrienne!

Organisé par: FemmeS pour la Démocratie avec la collaboration de …

Soutenu par: Mouvement pour le socialisme (MPS), alencontre.org, le Cercle La brèche,

Publicités

Appel au rassemblement à Genève pour rappeler les exigences du peuple Syrien

Appel au rassemblement pour rappeler les exigences du peuple Syrien

Place des Nations, Genève, le lundi 10 février à 17h30

A l’occasion de la reprise des pourparlers entre le régime syrien et l’opposition dans le cadre de Genève II, nous appelons à des rassemblements réguliers, sur la place des Nations, pour faire entendre la voix du peuple syrien. La mobilisation de la rue doit se poursuivre en soutien aux négociations sur la base des revendications légitimes du peuple et permettre ainsi de mettre fin à la souffrance extrême de la population civile après presque 3 années de lutte.

Quels effets pour Genève II ?

Depuis le début de la conférence de paix de Genève II, les arrestations et les offensives meurtrières sur les populations civiles de la part du régime mafieux d’ Assad se sont multipliées. A titre d’exemple :

  • Entre le 21 janvier et le 6 février, 149 barils sont tombés sur les civils à Alep tuant plus de 440 personnes dont 167 enfants et 72 femmes. 1’500 familles ont dû ainsi fuir Alep et prendre le chemin de l’exode !
  • Darayya, le centre du mouvement de protestation pacifique aux environs de Damas, n’a pas échappé aux barils pendant la conférence de paix de Genève !
  • La mort sous la torture continue: Wissam, fils de l’opposant de longue date Fayez Sara, a perdu la vie  sous la torture après avoir passé deux mois en détention. Il n’y avait aucune raison apparente pour son arrestation et il faisait parti de la communauté chrétienne. Le régime Assad protecteur des Chrétiens en Syrie ?!
  • Le 7.2.2014, 80 des 2’500 civils de la vieille ville de Homs assiégée ont été évacués vers d’autres quartiers de Homs sans aucune garantie pour leur sécurité. La dernière aide partielle aux quartiers assiégés de Homs a eu lieu le 3 novembre 2012. Les bombardements du régime ont repris vers minuit.
  • Le 8.2.2014, les bombardements du régime sur Homs assiégée continuent et les Shabbiha tentent d’empêcher l’entrée de l’aide humanitaire à Homs. Les roquettes ont ciblé le lieu où la délégation de l’ONU attendait pour entrer à Homs, et aussi celui de leur passage après leur entrée.
  • Le 9.2.2014, Omar Tillaoui de Homs dit: «Aide humanitaire teintée de sang pour le 2e jour consécutif. Tir intensif de la part des Shabbiha se trouvant au barrage de sécurité al-Lazina qui cible les voitures de l’ONU… Il pleut des mortiers dans cette région aujourd’hui. Homs est en danger ! »
  • Depuis début février, 32 personnes ont été arrêtées lors de la distribution de l’aide humanitaire au camp al-Yarmouk.

Nous,  Syriens et  Syriennes, nous exigeons:

  • La levée du siège de toutes les régions assiégées et affamées.
  • L’arrêt des bombardements par l’artillerie, l’aviation et les missiles sol/sol sur les quartiers et villages, bombardements qui continuent à décimer dramatiquement les civils, chaque jour.
    L’organisation des secours aux blessés et traumatisés et la reconstruction des structures de soins.
    Une aide massive immédiate aux réfugié·e·s dans les pays voisins et à l’intérieur de la Syrie, avec pour objectif  leur réinsertion volontaire dans leur pays.
  • La démission du président/dictateur Bashar Al Assad et de toutes les personnes à tous les niveaux de l’Etat ayant du sang sur les mains afin de mettre en place un gouvernement de transition représentatif des différentes composantes de l’opposition, en vue d’organiser des élections libres et démocratiques pour une véritable assemblée constituante.
  • La libération des prisonniers politiques, activistes, journalistes, civils et combattants de la révolution (dont les femmes et les enfants) détenus dans les geôles du régime tyrannique des Assad, et celles de l’Etat Islamique de l’Irak et du Levant.
  • Le jugement des criminels de guerres et de la répression sanglante du règne des Assad sur le pays depuis 40 ans, par une cour de justice compétente et indépendante.
  • La reconstruction du pays dans le respect des populations, de l’environnement et de la culture locale et la création des conditions pour un retour des déplacé·e·s chez eux en toute sécurité.

Au cas où les négociations avec le régime tyrannique de Bachar devaient ne pas aboutir, le peuple n’aura malheureusement d’autre choix que de poursuivre sa lutte avec force et conviction, même au prix des souffrances exorbitantes actuelles, pour construire une Syrie respectueuse de ses citoyens. Hommage aux victimes de la tyrannie. Vive la Révolution syrienne.

Les Syriens appellent au boycott des jeux de Sotchi !

Poutine est complice des crimes contre l’humanité en Syrie !

                                  IMG_4912

Comité d’organisation des Mobilisations autour de Genève II

Photos, vidéos et articles liés au rassemblement du 24 janvier à Genève

http://souriahouria.com/24012014-geneve-geneve-ii-rassemblement-pour-faire-entendre-la-voix-du-peuple-syrien/

Les nôtres meurent un peu plus chaque jour

Discours de FSD lors du rassemblement du 24 janvier 2014 à Genève, par Leila

Alors que des négociations prennent place quant à l’avenir du people syrien, personne ne semble plus oublié que ce dernier. On nous parle de stabilité, d’intérêts régionaux, de lutte anti-terroriste ; on nous parle de compromis quand les conditions pourtant faible de la participation de l’opposition n’ont pas été remplies et que les nôtres meurent un peu plus chaque jour.

Pendant que le monde “civilisé” célébrait la nouvelle année à coups de feux d’artifices c’est à coups de mortiers et de tirs que Homs a passé la nuit. Les armées se sont tellement déchaînées que le lendemain n’a plus vu de bombardements du tout, et pour cause, ils avaient fini tous les stocks de munitions ! La Syrie ne manque pas de vivre, du moins pas pour l’instant, et pourtant les gens y meurent de faim tous les jours dans les régions assiégées par le régime. Il y a quelques jours encore, les forces de Assad suspendaient du pain dans le quartier assiégé de Yarmouk, et tiraient au sniper sur toute personne n’en approchant. C’est le comble de la mauvaise foi que d’accueillir ces bouchers dans des 5 étoiles pour négocier le futur du pays même qu’ils sont en train de détruire, tout en menaçant l’opposition de cesser toute aide humanitaire s’ils n’y participent pas. Ils jouent avec la vie des Syriens excités comme des gosses devant leurs jeux vidéos, visant volontairement les ventres des femmes enceintes et bombardant les écoles.

Les gouvernements sont parfaitement au courant de la situation en Syrie, et ils ont le pouvoir de faire pression pour obtenir ce qu’ils veulent du régime, la seule conclusion possible c’est que personne ne veut de démocratie en Syrie et que Genève 2 n’est qu’une énorme mascarade dont les syriens sont les seules victimes.

                                                                           IMG_4914

C’est à à ce peuple, à son courage que nous rendons hommage

Discours de Camilla Mina, représentante du Cercle de la brèche et du MPS, lors du rassemblement du 24 janvier devant l’ONU-Genève 2.

http://cerclelabreche.wordpress.com/2014/01/24/syrie-un-soutien-sans-conditions-a-laction-revolutionnaire-du-peuple/

Chères amies, chers amis,

Depuis trois ans, une large majorité du peuple syrien s’est soulevé contre une dictature au pouvoir depuis des décennies. Ce soulèvement, cette révolution se voulait pacifique. Elle a dû s’armer pour défendre la population. Elle a dû s’armer aussi pour tenter de réduire des souffrances endurées depuis fort longtemps par une population contrôlées par des milices criminelles.

La lutte du peuple syrien contre le pouvoir dictatorial est une partie intégrante des luttes démocratiques et sociales qui marquent toute la région.

Ils sont nombreux ceux qui font tout pour censurer cet élément fondamental, en utilisant, ici, une islamophobie rampante.

Dès les premiers jours, il était donc du devoir

  • de toutes celles et ceux qui affirment l’importance des droits démocratiques et de leur extension maximale;
  • de tous ceux et de toutes celles qui affirment la nécessité de faire converger droits démocratiques et justice sociale de soutenir, sans condition, politiquement et matériellement, la volonté comme l’action révolutionnaire du peuple syrien.

C’est ce que le MPS, modestement, s’est efforcé de faire, sans déploiement de drapeaux.

Comme mouvement agissant dans un pays impérialiste, il ne nous appartient pas de «donner des leçons» (entre guillemets) à ceux et celles qui luttent et souffrent en Syrie, dans les camps de réfugiés internes ou externe, dans l’exil où que ce soit.

Par contre, il est de notre devoir de diffuser et de défendre les revendications qui sont à la base du manifeste qui a appelé à ce rassemblement. Ces revendications ont été mises en avant par des Syriennes et des Syriens.

Ce sont ces revendications qui donnent son véritable sens à notre solidarité collective. Une solidarité avec des objectifs qui répondent à des besoins et à des exigences de la population syrienne.

Pour répondre à ces besoins essentiels, il faut que cette dictature dégage. Ne serait-ce que pour mettre fin : aux décision d’affamer des populations ; aux bombardements avec des barils de TNT de la population civile ; à la tuerie de médecins qui soignent des blessés ; à l’exécution de milliers et de milliers de femmes et d’hommes, prisonniers politiques.

Or, Bashar se présente déjà comme son propre successeur, lors de ce qu’il ose appeler des élections! A Montreux, le 22 janvier, Walid Mouallem, le ministre des Affaires étrangères, s’est permis de répéter un bobard honteux et cynique : le pouvoir des Assad ne serait contesté que par une conspiration terroriste étrangère! Une fable qu’une certaine gauche, tout aussi cynique, reprend malheureusment.

Dès lors, le chiffre deux qui accompagne le nom de cette conférence – dite de «Genève deux» – devrait inspirer un deuxième souffle au mouvement de solidarité.

Car, il n’est pas du tout sûr que les auto-proclamés «amis de la Syrie» n’aient pas comme but principal d’assurer la permanence d’un pouvoir imposant son «autorité» contre la volonté d’un peuple qui ne cesse de résister pour instaurer et reconstruire une société démocratique, pluraliste et visant  à répondre aux impératifs d’une justice sociale.

C’est à à ce peuple, à son courage que nous rendons hommage. C’est aux Syriennes et Syriens présents ici que nous nous joignons.

Merci.

IMG_4912