Archives du blog

Ce que Valent les Promesses du Régime Assad !

Les activistes de la révolution syrienne sont aujourd’hui persécutés en Syrie. Toutes les régions qui ont vécu de fortes protestations dès le début de la révolution en 2011 sont passées par une période de siège, de famine, puis de bombardements intensifs qui ont conduit à leur destruction et plus tard au retour du contrôle du régime syrien. Quant aux habitants de ces régions, en particulier les activistes, ils ont dû choisir entre la déportation vers le nord syrien et le danger permanent en faisant le choix de rester sur place. Ce dernier choix signifie le passage par une procédure de « régularisation sécuritaire », auprès des Moukhabarat, qui ne garantit en rien leur sauvegarde immédiate ou à plus long terme. La déportation, pour ceux qui l’ont choisie, les a conduits elle à revivre l’intensification des bombardements dans le nord syrien (Idlib), sans parler des conditions de vie atroces dans le nord. Ceci a conduit plusieurs activistes à reprendre contact avec des personnalités de leur région natale pour faire la procédure de régularisation et retourner vivre chez eux. En arrivant chez eux, ils se sont faits arrêter ou bien assassiner. Ce fut le cas de Samer Sayasneh, l’un des enfants de Daraa qui avaient été arrêtés par les Moukhabarat en février 2011 pour avoir déclenché l’étincelle de la révolution, qui s’est fait arrêter à Damas, sur le chemin du retour. Ce même destin a déjà été celui de plusieurs activistes de la région de Homs et d’autres régions. C’est aussi le cas actuellement des déplacés internes du camp assiégé al-Roukban qui ont accepté de retourner chez eux pour fuir la famine imposée au camp. 

Ceux qui avaient fait le choix de rester chez eux et donc de passer par une procédure de « régularisation sécuritaire » n’ont pas eu plus de chance. Ce fut le cas de l’activiste Majed al-Assami qui est resté chez lui dans la région de Daraa depuis juillet 2018 et qui a été assassiné en avril 2019.

Beaucoup de jeunes syriens avaient aussi fui le pays pour éviter de se trouver contraints au service militaire et se voir participer aux combats que Assad mène contre sa population. Cependant Assad lance périodiquement un appel à ces jeunes les invitant à rentrer au pays sans qu’ils ne soient inquiétés ou leur offrant une possibilité pour visiter le pays. Le but de ces manoeuvres est de les piéger pour renforcer les rangs des forces d’Assad ou bien de se venger de leurs proches!? Ce fût le cas de Hyam qui a payé de sa vie son désir de revoir son frère en essayant de lui obtenir un document officiel pour visiter le pays. FSD a choisi de traduire un témoignage à son sujet publié sur le site d’information Jesr Press.

Témoignage: Hyam al-Nafe’, morte sous la torture dans les geôles du régime Assad

Article publié sur le site d’information jesrpress.com en arabe le 11 mai 2020 et traduit par FSD

Hyam al-Nafe’, une femme dans la quatrième décennie de sa vie, a perdu la vie après une arrestation de deux mois par les forces du régime à Damas. Mariée depuis un an et demi, Hyam vient de la ville d’al-Quriyah dans la région de Deir ez-Zor. Elle a été contrainte de fuir sa ville pendant les vagues de déplacements internes vers Damas, avec son mari.

Une source spéciale a déclaré à « Jisrpress » que Mme al-Nafe’ s’était rendue au Département de l’immigration et des passeports de Damas, afin d’obtenir la soi-disant carte intitulée « visite du pays ». Cette carte devait permettre à son frère qui n’avait pas fait le service militaire obligatoire, de se rendre en Syrie pour un temps de visite, sans crainte d’arrestation ou autre. Une fois sur place et accompagnée par son mari, elle a été elle-même arrêtée. Son mari a été, quant à lui,  invité à repartir seul tandis que al-Nafe’ était retenue sous prétexte de procédures.

La source a indiqué que le mari de cette femme, Ramadan al-Amash, n’a pas cessé d’essayer de la retrouver en s’adressant aux diverses sections de service de renseignement à Damas pendant les deux mois de son absence, mais en vain. Il n’a jamais reçu la moindre information. Il y a quelques jours, il a reçu un appel lui demandant d’aller récupérer le corps de sa femme à l’hôpital militaire de Tishreen, suite à sa mort sous la torture, et elle devrait être enterrée demain à Deir ez-Zor (12.05.2020).

L’UNIL organise un colloque sur Palmyre, qui se veut scientifique et apolitique ! mais l’est-il vraiment ?

Les 16 et 17 décembre se tiendra à l’UNIL le Colloque international de Lausanne sur Palmyre. Colloque organisé par l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’UNIL, avec le soutien financier du DFAE, entre autres, et qui se veut scientifique et apolitique!?

Chacun sait que le régime syrien est le principal responsable des destructions infligées à Palmyre. Malgré cela, on remarque parmi les participants plusieurs organisations internationales comme l’UNESCO et l’ICCROM, la fondation ALIPH (pour accorder des subventions?), l’Office Fédéral de la Culture (pour octroyer des financements?); mais aussi des personnalités politiques: comme la conseillère d’état Cesla Amarelle, et, cerise sur le gâteau, la présence d’une délégation de trois personnes du régime syrien qui représentent la Direction Générale des Antiquités et des Musées (DGAM), une institution du régime qui veille à diffuser sa propagande. Ceci annonce-t-il une future collaboration avec le régime Assad? Et malgré tout ce colloque se veut apolitique? Apolitique, vraiment?

Communiqué de la Coordination de Palmyre en mai 2016

Un communiqué de la Coordination révolutionnaire de Palmyre le 22.03.2016  « Russia is destroying our city and civilisation »

Education et droits humains?

La présence de l’UNESCO nous donne à réfléchir. Sur son site web on peut lire « La vision fondatrice de l’UNESCO est née en réponse à une guerre mondiale marquée par des violences racistes et antisémites. 70 ans après et de nombreuses luttes de libération plus tard, le mandat de l’UNESCO est plus pertinent que jamais. La diversité culturelle est attaquée et de nouvelles formes d’intolérance, de rejet des faits scientifiques et de menaces à la liberté d’expression menacent la paix et les droits humains. Le devoir de l’UNESCO est de réaffirmer les missions humanistes de l’éducation, de la science et de la culture. ».

Il n’est plus à prouver aujourd’hui que la moitié du peuple syrien a dû quitter sa maison et son chez soi pour fuir les arrestations arbitraires, la torture, la répression, le recrutement forcé dans l’armée criminelle du régime, et les bombardements aériens du régime et des russes. Cette moitié de la population syrienne a soit dû fuir la Syrie, soit dû subir un déplacement interne (la région d’Idlib compte à elle seule actuellement quelques trois millions de civils qui risquent leur vie quotidiennement sous les bombardements et sous le regard indifférent et silencieux du monde entier). Il est reconnu également que c’est la population sunnite qui a subi, plus particulièrement, des massacres répétitifs commis par les forces et milices pro-régime, avec le silence complice de toutes les organisations onusiennes. Il semble donc évident que la Syrie d’Assad est aujourd’hui le cimetière des droits humains (voir le rapport d’Amnesty International sur la prison de Saidnaya en Syrie intitulé « Abattoir Humain ») et la tombe de la liberté d’expression. La répression militaire du régime a obligé la population qui s’est soulevée massivement depuis 2011 au déplacement forcé dans le nord syrien dans le but d’un changement démographique de la population. Ce qui se passe en Syrie n’a jamais été une guerre civile, mais bien une guerre du régime contre la population civile qui avait osé réclamer le respect de ses droits fondamentaux, reconnus universellement par l’ONU et pour tous les humains!

Alors on est en droit de se demander ce qu’est devenue la mission de l’UNESCO? Qu’est devenue sa mission humaniste d’éducation alors que les écoles sont systématiquement ciblées dans le nord syrien (74 écoles pendant les six premiers mois de 2019 selon l’UNICEF), deux millions d’enfants (un tiers des enfants syriens de l’intérieur) ne sont plus scolarisés en plus des 800’000 enfants non scolarisés dans les pays voisins de la Syrie.

Tandis que l’avenir des enfants syriens est en grand danger, l’UNESCO vient discuter du financement de la protection des pierres à Palmyre, avec la collaboration du régime syrien, responsable de la grande majorité de ces crimes?

Le saviez-vous?

La chute de Palmyre entre les mains de Daech et ensuite sa reprise par l’armée d’Assad faisait partie d’une stratégie russo-assadienne!

Le régime Assad fait croire au monde entier que c’est Daech qui est responsable de la destruction partielle du patrimoine archéologique à Palmyre, alors que la responsabilité principale en revient au régime syrien qui a facilité la chute de Palmyre entre les mains de Daech. Mohamad Taha, archéologue et habitant de Palmyre avant sa fuite de Syrie, dit dans une interview datée du 24 mars 2016: « Ce qui se passe maintenant dans la ville de Palmyre n’a pas commencé hier, cela dure depuis plus d’un mois. Les bombardements de l’aviation, les missiles, y compris des missiles Scud et des bombes à sous-munitions bombardent continuellement Palmyre depuis un mois. En commun accord avec la Russie, le régime syrien a décidé de récupérer la ville après l’avoir remise à Daech il y a trois cent sept jours. Le but est d’envoyer le message qu’il est capable de récupérer des territoires, de vaincre Daech, et de protéger le patrimoine syrien, dont les antiquités de Palmyre, qui constituent une partie importante du patrimoine de l’humanité. Rien n’est plus faux, car le régime a contribué lui même a détruire Palmyre la ville antique et Daech n’a fait que compléter la destruction ensuite. Aujourd’hui les batailles que le régime mène avec l’artillerie lourde et les chars se déroulent au coeur de la ville antique, et se concentrent maintenant dans la vallée des tombes. Tout ce qui n’avait pas été pillé ou détruit auparavant est pillé et détruit en ce moment même. »

Un Ex-responsable du régime syrien à Palmyre a quant à lui fait défection début 2016 et il a donné des détails sur les relations entre le régime Assad et Daech.

Le régime Assad n’a jamais ciblé Daech lorsque Daech s’est installé à Raqqa, pourquoi?

Le régime Assad et l’aviation russe ont ciblé les civils à Alep mais ne se sont jamais attaqués à Daech, pourquoi?

Daech a avant tout détruit la prison de Palmyre où un massacre collectif a eu lieu en juin 1980, effectué sous les ordres de Rifaat Assad (oncle de Bachar Assad, propriétaire et résident occasionnel à Genève), peut-être pour effacer les preuves de ce crime ignoble contre l’humanité?

FSD

Que fait le bureau humanitaire suisse à Damas pour les civils d’al-Ghouta?

Depuis le 19 février, al-Ghouta orientale, assiégée et affamée, subit une intensification féroce de l’offensive militaire menée par le régime syrien et ses alliés russes et iraniens. Toutes sortes d’armes conventionnelles et interdites sont utilisées par l’aviation et par l’artillerie lourde. Al-Ghouta orientale, qui souffrait déjà de famine et de bombardements depuis 2013, vit actuellement des conditions humanitaires catastrophiques. Les civils et les services médicaux sont ciblés et l’intensité des bombardements ne permet pas aux populations de se déplacer pour chercher de quoi se nourrir.

Les Syriens de suisse qui assistent à ces crimes de guerre et contre l’Humanité  à al-Ghouta se demandent ce que fait ou fera le bureau humanitaire suisse qui se trouve à quelques km de cette région! Nous savons tous qu’il ne pourra rien faire par manque d’autorisation du régime criminel.

FSD et la communauté syrienne en Suisse ont alors adressé une lettre ouverte au Conseiller fédéral Ignazio Cassis, chef du DFAE, pour demander des actions effectives pour éviter à tout prix le déplacement forcé des 400’000 habitants d’al-Ghouta.

La lettre est reproduite ci-après.

—-

Photo prise à al-Ghouta le 22.02.2018

 

Monsieur le Conseiller fédéral,

Le communiqué de presse du DFAE du 21.12.2017 affirmait que le but du bureau humanitaire suisse à Damas serait d’assurer un accès humanitaire aux populations sinistrées, en particulier celle d’al-Ghouta. Nous nous demandons aujourd’hui quelles démarches ont été ou seront faites afin de venir en aide à la population d’al-Ghouta.

Cette région, assiégée et affamée par le régime Assad depuis 2013, subit actuellement une offensive militaire féroce menée par Assad et ses alliés russes et iraniens. Depuis l’intensification de l’offensive militaire qui a commencé le 19 février, l’accès aux soins médicaux à al-Ghouta est devenu quasi impossible après le ciblage des services médicaux par l’aviation, qui a conduit à leur arrêt total. Nous recevons chaque jour des témoignages de femmes[1], d’enfants[2] et d’activistes[3] sur place qui glacent le sang, et les Syriens de Suisse regardent horrifiés le massacre des leurs sans pouvoir leur venir en aide. Ces témoignages sont nombreux, et vu le peu d’espoir qui leur reste, les gens d’al-Ghouta parlent à visage découvert, et ne cachent plus leur nom, rien à voir avec les prétendus terroristes qu’Assad et Putine prétendent cibler.

Après l’adoption de la résolution du conseil de sécurité No 2401 du 24.02.2018, et un rapide examen du texte, nous sommes certains qu’elle sera contournée, elle l’est déjà, puis ira rejoindre les précédentes aux oubliettes. Elle comprend par ailleurs suffisamment de lacunes pour servir utilement à la mise en place du plan du régime, déjà annoncé par son représentant Jaffari, à savoir le même scénario à al-Ghouta que précédemment à Alep, en décembre 2017, soit l’extermination d’un grand nombre de civils avant de forcer le reste à se déplacer vers Idleb, où le même scénario se répétera une fois de plus. Les habitants d’al-Ghouta supplient la communauté internationale de tout faire pour empêcher une tellle issue, qui d’ailleurs est un crime contre l’humanité.

Rassemblement devant l’ONU à Genève le 23.02.2018

Le DFAE pourra-t-il aider les gens d’al-Ghouta dans les jours à venir à partir du bureau de Damas? Nous le souhaitons tellement. Mais en cas d’échec, il faudra bien constater que rien de positif ne pourra jamais se faire avec pour partenaire un régime barbare, criminel et totalement illégitime[4], qui vise à achever un changement démographique déjà largement commencé, par l’intermédiaire d’un génocide et du déplacement forcé des populations qui lui sont indésirables. Le régime Assad se sent fort avec le soutien militaire de la Russie et de l’Iran, et renforcé par le retour des pays occidentaux à Damas, la Suisse en tête. Mais un régime fantoche n’est pas forcément appelé à durer.

La détresse de la population syrienne sur place s’accentue chaque jour à cause de cette sale guerre menée contre les civils principalement. Si la Suisse souhaite vraiment apporter son aide pour soulager la population civile syrienne, elle serait certainement plus utile en oeuvrant pour stopper cette guerre. Ceci ne peut se faire qu’en agissant pour une réelle solution politique, exigeant que la justice passe[5], et qui permette aux Syriens d’avoir une vraie transition politique, sans le régime du boucher de Damas, pour construire leur futur Etat démocratique basé sur le principe de la citoyenneté pour tous. Aucune autre solution ne mettra fin à la violence, aucune autre solution ne permettra au peuple syrien de vivre dignement en Syrie. Ceci ne sera possible que si les pays occidentaux, y compris la Suisse, font passer la justice et les droits humains de la population syrienne devant leurs intérêts à court terme et font pression sur la Russie et l’Iran pour obtenir le départ du régime syrien, des élections libres et leur propre départ du territoire syrien.

La révolution syrienne continue.

Veuillez agréer, Monsieur le Conseiller fédéral, nos salutations les meilleures.

 FSD et 90 membres de la diaspora syrienne en Suisse ont signé la lettre

[1] https://www.theguardian.com/world/2018/feb/24/syria-eastern-ghouta-the-women-sharing-news-of-war

https://www.facebook.com/WomenNowforDev/videos/1380296635407577/?hc_ref=ARTSSgDxO7MkOZrqF-KX2cr4PcRtAvoLAYMk9PCsVxB-DB65UBhhfiEJchsA4neUzZU&pnref=story

https://www.facebook.com/nivin.hotary

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1795506950531632&id=100002170345981

[2] https://www.facebook.com/ong.syriacharity/videos/1765699186783922/

[3] Minute 23 :20 de la vidéo https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1795506950531632&id=100002170345981

https://www.facebook.com/ActForGhouta/posts/1860708250628345

[4] https://info.arte.tv/fr/bachar-el-assad-reelu-comme-prevu

[5] Le fait de mener à terme le dossier de Rifaat el-Assad serait un signal fort https://www.letemps.ch/suisse/un-procureur-crimes-guerre-claque-porte?utm_source=facebook&utm_medium=share&utm_campaign=article

https://trialinternational.org/fr/latest-post/affaire-rifaat-al-assad/

UNE NOUVELLE « LEGITIMITE » POUR ASSAD?

Chronique de la Syrie

Fort de sa nouvelle pseudo-légitimité, Bachar Al-Assad innove pour le 4e anniversaire de la révolution: des barils chimiques pour les enfants de Sarmine (Idleb), après ceux d’al-Ghouta (Damas) en août 2013.

La nuit du 16 au 17 mars, à l’occasion du 4e anniversaire de la révolution syrienne, Assad a envoyé un cadeau spécial vers le nord de la Syrie, en territoire libéré de son contrôle: un bombardement par l’aviation militaire avec utilisation de barils d’explosifs avec des gaz mortels sur les régions d’Idleb (Sarmine et Salqine). Le nombre de blessés à Sarmine est d’environ cent personnes dont des enfants et une famille entière a déjà trouvé la mort (les parents avec trois enfants en bas âge et la grand-mère). Ce nombre est susceptible d’augmenter dans les heures qui suivent. A Salqine, on ne rapporte pas de blessés pour l’instant.

Attaques chimiques du régime syrien sur Sarmine le 17 mars 2015.

Attaques chimiques du régime syrien sur Sarmine le 17 mars 2015.

Suite à la déclaration de John Kerry le 15 mars, Assad s’est manifestement senti protégé et donc à l’abri de la justice. Pour tester cette protection nouvellement annoncée, il a utilisé une fois encore les armes chimiques à Idleb. Aujourd’hui, il est sans aucun doute prêt à exterminer toute la population des régions qui ont échappé à son contrôle pour étouffer la révolution et récupérer le pouvoir sur tout le territoire syrien.

Nous adressons donc ce message à tous les politiques, diplomates et parlementaires des pays occidentaux qui se disent partisans de la liberté et des droits de l’homme : « Si vous allez à Damas pour serrer la main du dictateur criminel qui a les mains souillées du sang syrien, sachez que vos mains en seront tâchées pour toujours. Vous deviendriez ainsi complices de crimes contre l’humanité ! ».

Témoignage de l’intérieur :

« J’espère que ces photos ne dérangent pas trop ceux qui œuvrent à l’élimination du peuple syrien en silence et sans scandale. Je vous jure que ces enfants ne sont pas des terroristes, ne sont pas contre “la résistance à Israël”, ne sont pas des partisans de Daech (ISIS). Je publie leurs photos ici en souvenir d’eux, car ils nous ont quitté pour toujours. Je ne sais pas si le fait de les tuer par gaz mortel apporte une solution ou si cela représente une victoire militaire définitive… si c’était le cas alors la paix soit sur leurs âmes, car leur mort serait justifiée pour mettre fin au « complot contre le régime »…

Je n’ai aucun espoir que la conscience humaine se réveille, je n’appelle pas non plus à la vengeance. Celui qui les a tués est lui aussi un être humain comme nous et il a des enfants comme ces enfants et je n’accepterais pas que ses enfants payent le prix de sa colère contre nous… nous n’avons que la patience et nous ne disons que ce qui satisfait Dieu.

Mais excusez-nous car nous avons perdu la raison et ne soyez pas surpris de voir une augmentation sensible du nombre de Syriens qui meurent des effets secondaires de cette oppression, parce que mourir d’une crise cardiaque est mille fois plus simple qu’une mort lente mille fois par jour.

J’adresse mes condoléances aux syriens du gouvernorat d’Idleb, à Sarmine, Qumeinas, Kafr-Takharim et Salqine et à chaque mère qui a perdu un fils ou un frère, un mari, un père ou qui a perdu toute sa famille d’un coup… Nous n’avons de soutien que Dieu. »

Autres liens :

Rapport détaillé du centre Insane pour la documentation

https://www.facebook.com/video.php?v=456660464486975

https://www.facebook.com/sarmeeen.cor

http://www.thesyriannetwork.net/2015/03/17/10155496031460732/

https://www.facebook.com/pages/%D8%AA%D9%86%D8%B3%D9%8A%D9%82%D9%8A%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%AB%D9%88%D8%B1%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D9%88%D8%B1%D9%8A%D8%A9-%D9%81%D9%8A-%D9%82%D9%85%D9%8A%D9%86%D8%A7%D8%B3-%D8%A7%D8%AF%D9%84%D8%A8/383670811698551

FSD

A propos de liberté d’expression en Syrie

Charlie-de-Bachar-2