Archives du blog

Ghouta: « de la terreur des bombardements vers celle de l’inconnu »

Une trentaine de militant.e.s suisses et d’activistes syrien.ne.s, étaient réunis vendredi 30.3.18 au soir sur la place de la Riponne à Lausanne, sous une pluie battante, pour manifester leur solidarité avec les gens de la Ghouta de l’est de Damas, affamés, trahis, massacrés et finalement, forcés à se déplacer, en majorité vers Idleb.

Cette manifestation faisait écho à de nombreuses manifestations similaires organisées à travers le monde, Paris, Londres, Rome, Bruxelles, Berlin, Malmö, etc. (voir Page Facebook pour les rassemblements du 30 mars et  la carte des manifestations qui ont eu lieu depuis le 22.02.2018 ).

Lors du rassemblement à Lausanne, un message adressé au Conseillé fédéral Ignazio Cassis et à la presse a été signé par les participants. FSD publie ici ce message.

Rassemblement avec des bougies à Lausanne le 30.03.2018

                                                               

Message au Conseiller fédéral I. Cassis et à la presse

Aujourd’hui al-Ghouta, demain Idleb

Al-Ghouta est massacrée par les aviations russes et syriennes depuis le 19.02.2018.

Des bombes au phosphore blanc et des armes chimiques sont régulièrement utilisées contre la population civile, en violation des traités internationaux.

Les populations locales appellent au secours.

Le régime mafieux et sanguinaire de Damas a déjà annoncé que le même scénario se répétera par la suite dans la province d’Idleb. Les bombardements se sont déjà intensifiés sur la campagne-nord de Hama et sur la campagne-sud d’Idleb.

Que fait la communauté internationale? Elle ne fait rien!

Que font les parties prenantes au conflit? Elles se partagent déjà la Syrie.

Que fait la Suisse? Elle ouvre un bureau d’assistance à Damas, qui ne servira au final que les intérêts d’Assad.

NOUS APPELONS LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE A INTERVENIR.

Aujourd’hui le monde occidental est unanime dans sa condamnation de la Russie pour sa tentative d’assassinat supposée en Grande-Bretagne. Ce même monde occidental reste silencieux devant le massacre de plus de 1900 civils à la Ghouta en seulement 35 jours, effectué en large mesure avec des armes prohibées.

La Russie, qui pleure 64 morts en Sibérie occidentale, assassine en même temps plus de 1900 civils syriens à la Ghouta.

La Suisse, elle, reçoit en grande pompe le président de la Douma russe à Berne le 18.02.2018, lui qui est pourtant interdit de voyage en Europe.

 

La Russie de Poutine se vante aujourd’hui d’avoir expérimenté 200 types d’armements en Syrie. Elle est, plus que tout autre, partie prenante au conflit syrien. Elle n’a de ce fait aucun droit à voter au conseil de sécurité. Ses vetos sont illégitimes (art. 27 de la charte de l’ONU).

NOUS APPELONS CHACUN A BOYCOTTER LA RUSSIE.

Lausanne, le 30.03.2018

NOUS APPELONS LA SUISSE A SE MONTRER A LA HAUTEUR DE SES PRETENTIONS EN MATIERE DE DROITS HUMAINS ET A SE MONTRER PLUS FERME A L’ENCONTRE DE REGIMES QUI VIOLENT CES DROITS AU QUOTIDIEN.

“SHAKING HANDS WITH ASSASSINS IS COMPLICITY, NOT DIPLOMACY”

Lausanne, le 30.03.2018

 

Témoignage d’Ahmad de la Ghouta orientale, en déportation :

« Visages sombres dans le bus… Nous ne nous adressons pas la parole… A côté de moi se tient vieillard aux traits marqués… Il pleure … Je n’essaie pas de le consoler. Il sait qu’il ne reverra plus cet endroit, lui qui n’était probablement jamais sorti d’al-Ghouta plus de quelques jours d’affilée. Peut-être avait-il prié Dieu qu’il y soit enterré. Ses prières n’auront pas été exaucées. Il me se tourne vers moi et me dit: «Tu te dis que je suis triste parce que je quitte al-Ghouta? Non, mon fils, je suis triste parce que je ne sais pas où je me dirige. Je sors de sous les bombardements pour aller sous une tente, de la faim du siège vers celle du besoin, de la terreur des bombardements vers celle de l’inconnu ».

Et moi, je m’appelle Ahmad, j’ai peur, je sors de la Ghouta et je ne sais pas ce qui m’attend. »

…………

FSD

 

Save Ghouta, Save Syria 

#SaveGhouta & #SaveSyria  était le thème du rassemblement de la diaspora syrienne, le 23.02.2018, devant l’ONU à Genève, qui a réuni plus de cent personnes. Une vingtaine de rassemblements semblables ont eu lieu dans plusieurs villes en Europe et aux USA depuis le 19 février 2018. Plusieurs militants et militantes suisses mais également algériens se sont joints au rassemblement à Genève. Plusieurs réfugié.e.s syrien.ne.s de la Ghouta de Damas sont venu.e.s apporter leur témoignage. Une intervention de l’activiste Mou’ayad Muhiddine de l’intérieur de la Ghouta a été diffusée et traduite en français. Un témoignage de Nivin, qui est toujours résidente de la Ghouta, a été lu et traduit en français. Nivin raconte l’enfer de la vie quotidienne des civils pendant cette offensive militaire barbare qui est menée par Assad et ses alliés contre la population civile. Elle finit son témoignage par un appel à tous ceux qui l’entendent que tout doit être fait pour éviter le déplacement forcé des civils de la Ghouta. ( La vidéo de ce témoignage )

 

                                  Place des Nations, 23.02.2018

Mou’ayad Muhiddine dit que cette offensive est la pire et la plus violente que subit la Ghouta de Damas depuis le début de la révolution. Actuellement la Ghouta est bombardée par des lance-roquettes, par des barils d’explosifs, par l’aviation militaire, par des missiles au phosphore blanc. Des massacres ont été commis dans les villes et villages de la Ghouta, comme hier à Misraba et ce matin à Hammouriyeh, Zamalka et Douma. Des familles entières sont enterrées sous les décombres de leus bâtiments d’habitation. Il n’y a plus aucun endroit sûr à la Ghouta aujourd’hui. Il fait un bilan des morts et des attaques sur la Ghouta entre le 19 et le 22 février 2018:
– 334 martyrs dont 44 femmes et 57 enfants;
– 1700 blessés dont 443 femmes et 544 enfants;
– 338 raids aériens, 169 barils d’explosif lancés par les hélicoptères, 98 missiles sol-sol, 34 missiles au phosphores blanc, 5 missiles à sous-munitions et plus de 2800 obus;
Concernant la situation des civils, les résidents ne peuvent pas quitter les sous-sols où ils essaient de trouver refuge (il ne s’agit pas d’ abris ni d’ endroits équipés, simplement des caves). Ils n’osent même pas sortir pour chercher de quoi nourrir leurs enfants. Il n’y a aucune activité de la société civile et les institutions sont incapable de faire quoi que ce soit avec ce niveau de violence, de bombardements et de destruction.
En ce qui concerne le côté médical, 9 services médicaux sont hors service parce qu’ils sont ciblés par l’aviation militaire.
Il lance un appel pour soutenir la Ghouta et tout faire pour arrêter le bain de sang commis par le boucher de Damas.
Vous pouvez trouver cette intervention avec sa traduction dans la vidéo ici.

                          Genève 23.02.2018

Le cri d’une fillette de 10 ans environ lancé depuis la Ghouta a également été diffusé sur la place des Nations et traduit en français. Elle se demandait pourquoi Assad les bombarde et pourquoi il doivent vivre cet enfer sans que quiconque intervienne pour arrêter ce carnage. Elle invite tout le monde à imaginer que ses propres enfants soient à la place des enfants de la Ghouta. Elle finit par demander à Dieu de punir Assad pour ses crimes ( vidéo )

Les activistes qui ont pris la parole ont dénoncé l’intensification sans précédent de l’offensive militaire barbare des forces russes et de celles d’Assad dans les régions de la Ghouta de Damas. Ils ont affirmé que ce qui se passe à la Ghouta de Damas n’est pas une guerre mais un génocide et une action d’extermination de tous les civils dans cette région symbole de la révolution et seule alternative démocratique à Assad. Ils ont dénoncé la clémence de la communauté internationale envers les criminels de guerre qui mènent le génocide à al-Ghouta en particulier et en Syrie en général.
Ils ont rappelé qu’il n’y a pas d’avenir pour la Syrie avec le régime Assad, ni avec la Russie, ni avec l’Iran comme garants de la paix en Syrie alors qu’ils sont eux-deux des pays agresseurs et même envahisseurs;
– qu’Il n’y a pas d’avenir pour la Syrie sans la justice et le jugement de tous les responsables des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.
La solidarité du peuple algérien a été exprimée et la position du gouvernement algérien, mais aussi des gouvernements arabes en général a été dénoncée.
Ils ont aussi appelé au boycott de la Russie, pays agresseur de la population syrienne.

                    Genève, 23.02.2018

Le rassemblement s’est terminé par les chants de la révolution.

FSD