Archives du blog

Deraa: Le Vrai Visage du Régime Assad

Hamza al-Khateeb, c’est ce jeune garçon syrien de Deraa(1), né le 06.05.1998, qui à 13 ans, par la spontanéité de son engagement humanitaire, à Deraa en avril 2011, aura montré la voie juste. Supplicié et horriblement mutilé par les services du régime Assad il en a démontré la vraie nature dès le printemps 2011, en vain?

              Hamza AL-KHATEEB

En voyant passer les tanks du régime qui se dirigeaient vers le sud la population a cru d’abord à une reprise imminente du Golan. Mais non! L’objectif était le siège de Deraa, destiné à imposer aux habitants de la ville une punition collective, en les affamant , pour avoir osé braver le régime criminel.

Les habitants de al-Jiza (village natal de Hamza) ont alors organisé une marche vers Deraa,  le 29 avril 2011, pour casser le siège et apporter du pain à ses habitants. Hamza y a pris part, il a été arrêté par les forces du renseignement militaire d’Assad, avec Thamer et avec des dizaines d’autres, sur le chemin de Deraa.

Le 25 mai 2011, le corps mutilé et méconnaissable de Hamza al-Khateeb a été rendu à ses parents. Les photos du corps de Hamza sont parues parmi les photos de César (2) où il porte le numéro 23 (3).

Le corps de Thamer al-Char’i, 15 ans, a été rendu à ses parents, mutilé et méconnaissable, le 8 juin 2011. Les photos du corps de Thamer sont parues parmi les photos de César où il porte le numéro 12.

Thamer_vdc-sy_info

Thamer AL-CHAR’I (Photo: vdc-sy.info)

Aujourd’hui, depuis l’écrasement de Deraa, le 12.07.2018, les appels se multiplient sur les pages des fidèles de Bachar Assad (4) pour inciter les soldats d’Assad à aller déféquer sur la tombe de Hamza al-Khateeb. Même mort, il reste l’image à abattre, parce que ce que Thamer et lui ont fait est noble. Des millions de syriens les ont suivis. Beaucoup ont payé de leur vie. Mais la révolution vit aujourd’hui dans le coeur de la grande majorité des syriens. Elle est en marche. Elle aurait pu aboutir dès 2013, avec un peu de protection aérienne. A terme elle vaincra.

Aux justes, il faut opposer la petitesse de ceux, gouvernements, institutions internationales ou individus, qui avaient le moyen d’agir ou au moins de ne pas collaborer, activement ou passivement, avec le régime barbare, de ceux qui auraient mieux fait de se taire, de ceux qui ont vu dans cette révolution l’occasion d’un profit, de ceux qui demandent aujourd’hui le maintien du boucher de Damas, qui se ressemble s’assemble (Putin, mais aussi Netanyahu: “Nous ne perdrons pas de mesure contre Assad” (5) ) ou croient devoir prôner un dialogue avec le “régime en place”, au mépris des droits humains.

Qu’il s’agisse d’implication directe, de prise de position, d’aide humanitaire où d’aide aux réfugiés la révolution syrienne n’aura fait et ne fait encore, quotidiennement, que démontrer une fois de plus la médiocrité quasi universelle des institutions et gouvernements de la communauté internationale qui, confrontés au respect des droits humains, s’écrasent au lieu de les glorifier.

Honte à la communauté internationale!

FSD

—————

1- Daraa c’est une ville du sud de la Syrie où l’étincelle de la révolution a été allumée avec l’arrestation des écoliers qui avaient écrit sur le mur de leur école un slogan hostile au dictateur Bachar Assad
2- http://www.liberation.fr/planete/2014/01/21/la-machine-a-torturer-syrienne-revelee_974443
3- https://www.zamanalwsl.net/news/article/59307
4- https://www.qasioun-news.com/ar/news/show/154301/إعلام_موال_للنظام_يحرض_على_قبر_الشهيد_حمزة_الخطيب_بدرعا_صور
5- https://fr.timesofisrael.com/netanyahu-epargnera-assad-mais-exhorte-poutine-a-sortir-les-iraniens-de-syrie/