Archives du blog

Depuis 5 ans, les enfants sont une cible privilégiée du régime Assad

Mémoire de la Révolution

Il y a tout juste cinq ans, le 25 mai 2011, le corps mutilé de Hamza Al Khatib, 13 ans, a été rendu à ses parents.

Il y a tout juste quatre ans, le 25 mai 2012, des dizaines d’enfants ont été égorgés à Al-Houla à Homs, les mains attachées.

Les enfants syriens continuent à être la cible du régime Assad dans le silence assourdissant de la communauté internationale, grâce aux délais successifs accordés à ce régime pour continuer ses massacres!!!

Aujourd’hui, les enfants syriens meurent sous les décombres des bombardements de l’aviation du régime syrien ou des Russes. Ils meurent de faim imposée dans les zones assiégées. Il meurent dans la mer en fuyant la mort… Et il y en a qui meurent dans les centres de détention!

Hamza al-Khatibe 13 ans, torturé à mort en mai 2011


Massacre d’al-Houla, il y a tout juste quatre ans, le 25 mai 2012:

Nous avons choisi de reproduire ici le témoignage de l’activiste Hadi Abdullah sur Al-Jazeera du 25 mai 2012. Hadi racontait son désarroi devant l’inertie des observateurs de l’ONU sous la direction de Kofi Annan pendant que les massacres se déroulaient à al-Houla. Nous rappelons ici que des familles entières ont trouvé la mort ce jour là de la façon la plus barbare (bilan : 130 morts dont 49 enfants). Vous trouverez également ici l’article paru dans Le Monde le 30 mai 2012 avec des témoignages des enfants rescapés.

Témoignage de Hadi Abdullah:

“Three massacres were committed in Hawla City, and more are being committed now 76 martyrs are confirmed in Hawla alone, and more than 300 wounded.
Hawla city has been under shelling for more than 12 hours.

Shooting started at a demonstration with bullets and artillery, and the shelling has not stopped for more than 12 hours.
Hundreds of missiles hit the civilian homes, causing hundreds of them to burn.

Assad thugs (Shabeeha) supported by the security gangs attacked the houses located at the edges of Hawla city, and committed field execution against the civilians, they slaughtered them with knives… most of the killed are children.

I called up to the UN monitors and begged them to come to Hawla , they promised to come tomorrow morning.
I asked the UN monitors to stop the shelling for only half an hour.

The UN monitors are sleeping now, while the massacres are being committed.

We used to count the number of martyrs, but now, we are counting the number of families slaughtered.
The whole world helps in killing the Syrians, not just the Syrian regime.

We have many martyrs and wounded that we could not reach because of the continuous shelling and the cut-off of electricity.

We are still discovering more massacres in the city.
The Syrian regime is now killing under the nose of the whole world and in the name of the UN monitors.”

The Source:

Publicités

UNE NOUVELLE « LEGITIMITE » POUR ASSAD?

Chronique de la Syrie

Fort de sa nouvelle pseudo-légitimité, Bachar Al-Assad innove pour le 4e anniversaire de la révolution: des barils chimiques pour les enfants de Sarmine (Idleb), après ceux d’al-Ghouta (Damas) en août 2013.

La nuit du 16 au 17 mars, à l’occasion du 4e anniversaire de la révolution syrienne, Assad a envoyé un cadeau spécial vers le nord de la Syrie, en territoire libéré de son contrôle: un bombardement par l’aviation militaire avec utilisation de barils d’explosifs avec des gaz mortels sur les régions d’Idleb (Sarmine et Salqine). Le nombre de blessés à Sarmine est d’environ cent personnes dont des enfants et une famille entière a déjà trouvé la mort (les parents avec trois enfants en bas âge et la grand-mère). Ce nombre est susceptible d’augmenter dans les heures qui suivent. A Salqine, on ne rapporte pas de blessés pour l’instant.

Attaques chimiques du régime syrien sur Sarmine le 17 mars 2015.

Attaques chimiques du régime syrien sur Sarmine le 17 mars 2015.

Suite à la déclaration de John Kerry le 15 mars, Assad s’est manifestement senti protégé et donc à l’abri de la justice. Pour tester cette protection nouvellement annoncée, il a utilisé une fois encore les armes chimiques à Idleb. Aujourd’hui, il est sans aucun doute prêt à exterminer toute la population des régions qui ont échappé à son contrôle pour étouffer la révolution et récupérer le pouvoir sur tout le territoire syrien.

Nous adressons donc ce message à tous les politiques, diplomates et parlementaires des pays occidentaux qui se disent partisans de la liberté et des droits de l’homme : « Si vous allez à Damas pour serrer la main du dictateur criminel qui a les mains souillées du sang syrien, sachez que vos mains en seront tâchées pour toujours. Vous deviendriez ainsi complices de crimes contre l’humanité ! ».

Témoignage de l’intérieur :

« J’espère que ces photos ne dérangent pas trop ceux qui œuvrent à l’élimination du peuple syrien en silence et sans scandale. Je vous jure que ces enfants ne sont pas des terroristes, ne sont pas contre “la résistance à Israël”, ne sont pas des partisans de Daech (ISIS). Je publie leurs photos ici en souvenir d’eux, car ils nous ont quitté pour toujours. Je ne sais pas si le fait de les tuer par gaz mortel apporte une solution ou si cela représente une victoire militaire définitive… si c’était le cas alors la paix soit sur leurs âmes, car leur mort serait justifiée pour mettre fin au « complot contre le régime »…

Je n’ai aucun espoir que la conscience humaine se réveille, je n’appelle pas non plus à la vengeance. Celui qui les a tués est lui aussi un être humain comme nous et il a des enfants comme ces enfants et je n’accepterais pas que ses enfants payent le prix de sa colère contre nous… nous n’avons que la patience et nous ne disons que ce qui satisfait Dieu.

Mais excusez-nous car nous avons perdu la raison et ne soyez pas surpris de voir une augmentation sensible du nombre de Syriens qui meurent des effets secondaires de cette oppression, parce que mourir d’une crise cardiaque est mille fois plus simple qu’une mort lente mille fois par jour.

J’adresse mes condoléances aux syriens du gouvernorat d’Idleb, à Sarmine, Qumeinas, Kafr-Takharim et Salqine et à chaque mère qui a perdu un fils ou un frère, un mari, un père ou qui a perdu toute sa famille d’un coup… Nous n’avons de soutien que Dieu. »

Autres liens :

Rapport détaillé du centre Insane pour la documentation

https://www.facebook.com/video.php?v=456660464486975

https://www.facebook.com/sarmeeen.cor

http://www.thesyriannetwork.net/2015/03/17/10155496031460732/

https://www.facebook.com/pages/%D8%AA%D9%86%D8%B3%D9%8A%D9%82%D9%8A%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%AB%D9%88%D8%B1%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D9%88%D8%B1%D9%8A%D8%A9-%D9%81%D9%8A-%D9%82%D9%85%D9%8A%D9%86%D8%A7%D8%B3-%D8%A7%D8%AF%D9%84%D8%A8/383670811698551

FSD

Un 4e Noël sanglant pour les enfants syriens

Le 18 mars 2011, les enfants syriens de Daraa ont été l’étincelle de la révolution syrienne, née suite à la torture d’une quinzaine d’écoliers par les services de renseignements. Aujourd’hui, après 4 ans d’une guerre impitoyable qu’ Assad mène contre sa population, les enfants syriens paient un prix exorbitant pour la liberté qu’ils ont revendiqué:

9’500 enfants en détention

17’267 enfants morts

95 enfants morts sous la torture

518 enfants tués par des snipers

128 enfants gazés le 20 août 2013

5’000’000 d’enfants réfugiés et déplacés internes

En cette période de Noël qui chérit les enfants en Europe, un rassemblement est organisé à Paris le 20 décembre en hommage aux enfants morts en Syrie et en solidarité avec la souffrance que font subir le régime syrien et l’Etat Islamique (Daech) aux enfants syriens; mais également pour rappeler que l’impunité de tous ceux qui ont perpétré des crimes contre l’Humanité et des crimes de guerre en Syrie depuis 2011 serait une honte pour l’humanité et pour chacun d’entre-nous.

10849847_589522111180808_4279914081761894933_n

FemmeS pour la Démocratie se déclare solidaire des enfants syriens et se joint aux organisateurs du rassemblement de Paris pour demander que le dossier syrien soit enfin traduit devant le TPI. C’est une étape obligatoire pour permettre enfin aux syriens de mettre fin au terrorisme d’Etat d’Assad et à celui des organisations terroristes comme Daech pour acheminer leur pays vers une démocratie multi- confessionnelle et multi- ethnique basée sur la citoyenneté de tous les Syriens.

En cette période de fêtes nous appelons également à votre solidarité en faveur de l’éducation des enfants syriens qui en ont été privés suite à l’exode forcé de la population d’un coté, aux sièges de différentes régions en Syrie et aux bombardements d’une grande partie des établissements scolaires et des quartiers résidentiels dans les régions de protestations par le régime, et à l’oppression de Daech dans d’autres régions.

La somme intégrale de vos donations sera distribuée à des projets pour les enfants syriens au Moyen-Orient, ceci dans certains des multiples endroits qui ne sont toujours pas desservis par les organisations internationales et qui dépendent des donations privées.

 Pour vos dons:

FemmeD pour la Démocratie ,  Help Syrians

Merci de tout cœur !

FSD

—————–

A cette occasion FSD publie ici ce poème de Racha Lotfi:

REFUGIÉ

Tu portes l’infortune sur tes frêles épaules,

Le désarroi sordide de l’espace, du temps,

Le tronc recourbé comme s’épancherait un saule

Vers les plis de la terre, l’eau claire des étangs…

Tu as quinze ans à peine et déjà apatride

Exilé, esseulé, l’âme dénaturée

Quinze ans et sur ton front délinéé les rides

Creusent quelques rainures fines, prématurées

Le soleil et l’exode déposent sur ta peau

Leurs cruelles empreintes, leurs féroces stigmates

Et pour contrer l’hiver comment ces oripeaux

T’épargneront du froid aux morsures ingrates ?

Ainsi sous une tente désormais tu habites

Les aléas du sort ont brisé l’avenir

Tant d’autres ont péri soudain de mort subite

Par le brasier, les bombes, tu les vis agonir

Pour garder la vie sauve il a ainsi fallut

S’enfuir au loin s’enfuir pour trouver le salut …

Alors, les yeux mi-clos tu donnes libre cours

Aux rêves d’évasion, à l’évasion des rêves,

Pour tristement penser à ton premier amour

Et ta mémoire aspire au répit, à la trêve

A la jolie voisine sur le balcon d’en face

Aux regards échangés, aux sourires volés

Aux heures interminables au sortir de la classe

Pour cueillir un instant son parfum envolé

Où peut-elle bien être ?

Gisant sous les décombres ?

Inhumée sans sépulcre comme ton père disparu ?

Ou peut-être vivante et se terrant dans l’ombre

Sur les chemins perdus en hâte parcourus

Un jour tu reviendras fier et droit comme un chêne

Le front auréolé de gloire, de serments

Fils d’un peuple captif qui a brisé ses chaînes

Pour semer à nouveau de la vie le ferment

Rebâtir nos maisons, nos quartiers et nos villes

Anéantis par la géhenne tombant du ciel

Du tyran de ses sbires sanguinaires serviles

Et replanter des fleurs et récolter le miel

Le miel et la douceur et l’amour en partage

Légués par cette terre au doux nom caressant

Elle nous aura donné l’orgueil en héritage

Mais nos larmes auront toujours le goût du sang

Un jour vers la patrie, tu reviendras, petit

Comme se blottit l’enfant au giron de sa mère

Et s’endort bienheureux d’espérances nanti

                                                   Dans l’odeur du jasmin et des oranges amères.

Le 25 mai, il y a deux ans et trois ans

Mémoire de la Révolution

Il y a tout juste trois ans, le 25 mai 2011, le corps mutilé de Hamza Al Khatib, 12 ans, a été rendu à ses parents.

Il y a tout juste deux ans, le 25 mai 2012, des dizaines d’enfants ont été égorgés à Al-Houlah à Homs, les mains attachées.

Les enfants syriens continuent à être la cible du régime Assad dans le silence assourdissant de la communauté internationale, grâce aux délais successifs accordés à ce régime pour continuer ses massacres!!!

Aujourd’hui plus de 12’000 enfants sont morts en Syrie depuis le début de la révolution, 9’000 sont en détention et risquent de subir le même sort que Hamza al-Khatib !

Hamza-2

****************************

Il y a tout juste deux ans, le 25 mai 2012:

Nous avons choisi de redonner ici le témoignage de l’activiste Hadi Abdullah sur Al-Jazeera du 25 mai 2012 (en anglais). Hadi racontait son désarroi devant l’inertie des observateurs de l’ONU sous la direction de Kofi Annan pendant que les massacres se déroulaient à al-Houla. Nous rappelons ici que des familles entières ont trouvé la mort ce jour là de la façon la plus barbare (bilan : 130 morts dont 49 enfants). Vous trouverez également ici l’article paru dans Le Monde le 30 mai 2012 avec des témoignages des enfants rescapés:

Témoignage de Hadi Abdullah:

“Three massacres were committed in Hawla City, and more are being committed now 76 martyrs are confirmed in Hawla alone, and more than 300 wounded.
Hawla city has been under shelling for more than 12 hours.

Shooting started at a demonstration with bullets and artillery, and the shelling has not stopped for more than 12 hours.
Hundreds of missiles hit the civilian homes, causing hundreds of them to burn.

Assad thugs (Shabeeha) supported by the security gangs attacked the houses located at the edges of Hawla city, and committed field execution against the civilians, they slaughtered them with knives… most of the killed are children.

I called up to the UN monitors and begged them to come to Hawla , they promised to come tomorrow morning.
I asked the UN monitors to stop the shelling for only half an hour.

The UN monitors are sleeping now, while the massacres are being committed.

We used to count the number of martyrs, but now, we are counting the number of families slaughtered.
The whole world helps in killing the Syrians, not just the Syrian regime.

We have many martyrs and wounded that we could not reach because of the continuous shelling and the cut-off of electricity.

We are still discovering more massacres in the city.
The Syrian regime is now killing under the nose of the whole world and in the name of the UN monitors.”

The Source:

https://www.youtube.com/watch?v=qUGbdaZi8O0&feature=youtu.be