Archives du blog

Sauvez les Civils à Idlib, dernier espace de survie

Revenons brièvement sur les étapes de la déportation des Syriens depuis le début de la révolution en mars 2011: 

  • En 2012 Baba-Amr, quartier assiégé à Homs, a été bombardé par le régime Assad, les civils ont été déportés et aussitôt ciblés sur le chemin de l’exode…
  • En 2013 Al-Qusseir, ville assiégée de la région de Homs, a été bombardée par le régime Assad et le Hezbollah, les civils ont été déportés et aussitôt ciblés sur le chemin de l’exode…
  • En 2014 la ville de Homs (14 quartiers), assiégée et affamée, a été bombardée par le régime Assad et ses alliés, les civils ont été déportés, cette fois vers la campagne-nord  de Homs ou vers Idlib…
  • Dès 2014, Idlib a accueilli les déportés de toutes les régions syriennes de protestation… 
  • Rappelons-nous aussi des bombardements barbares sur Alep en 2016, cette fois avec l’aide de l’aviation russe, et les civils ont été une fois de plus déportés vers Idlib
  • Ensuite ça a été le tour de la campagne-nord de Homs, d’al-Waer à Homs, d’al-Ghouta et des villes de la région de Damas…
  • Finalement Daraa a subi le même sort…
  • Même des réfugiés de Ersal au Liban ont été déportés vers Idlib.

Depuis 8 ans, le monde entier assiste en silence aux massacres perpétrés par Assad et ses alliés, avec toujours le même prétexte, écraser les extrémistes, d’ailleurs souvent préalablement libérés et cofinancés par le régime. Cependant Assad et Poutine ciblent spécialement les civils, seul vrai danger pour leur longévité, parce qu’ils représentent la démocratie. Et ce  silence complice, Assad et Poutine, tous deux criminels de guerre, le considèrent comme un permis de tuer en toute impunité.

Aujourd’hui l’aviation russe et celle d’Assad bombardent Idlib pour essayer d’en finir avec la révolution. Plus de 3,5 millions de Syriens habitent cette région surpeuplée. Avec une frontière hermétiquement fermée les civils ne trouvent plus où aller… sauf à l’ombre des oliviers près de la frontière avec la Turquie.

Genève le 08.06.2019

En seulement 6 semaines de bombardements le Réseau Syrien des Droits de l’Homme a documenté:

  • Plus de 340 civils tués,
  • plus de 932 civils blessés, 
  • plus de 29 attaques contre des institutions médicales,
  • plus de 15 attaques contre des centres des casques blancs,
  • plus de 58 attaques contre des écoles,
  • plus 8 attaques contre des marchés.

Genève le 08.06.2019

Des familles entières ont été décimées… 

Une mère reçoit ce qui reste de ses enfants dans un carton…

Un père de 4 enfants perd trois de ses enfants: deux jumelles de 4 ans et un garçon de 9 ans avec sa mère en un seul instant… et sa fille ainée de 14 ans est dans un état grave.

Cette énorme injustice qui dure depuis 8 ans marquera à jamais les générations futures en Syrie… Elle débordera aussi inévitablement sur le reste du monde!

Les Syriens continuent à revendiquer une solution politique, à Genève et non pas en Russie, qui mette fin à la violence et garantisse une transition sans les criminels du régime Assad et sans les factions extrémistes pour permettre aux Syrien.ne.s d’acheminer leur pays vers un Etat de droit, démocratique, et basé sur la citoyenneté de tous. C’est la seule solution pour retrouver une paix juste en Syrie et une véritable humanité dans le monde.

Vive la Révolution syrienne, elle est dans nos coeurs.