Archives du blog

Arrest, Detention, Torture, Starvation, Rape… when you are a Palestinian Girl in Syria

Reblogged on WordPress.com

Original article

—————

(translated by Ruth Riegler) An eighteen-year-old Palestinian girl named ‘Huda’ has detailed her horrific experiences in Syrian regime prisons, ranging from beatings and torture with electric shocks to multiple rapes.

Huda, from Yarmouk Palestinian refugee camp in Damascus, who wished to withhold her real name for understandable reasons (fearing further persecution by the regime) was arrested by members of the pro-regime ‘Popular Front for the Liberation of Palestine – General Command’ (PFLP-GC) at the camp entrance in early 2013 when she was 16 years old on charges of “terrorism”.

She said that she and three other Palestinian women from Yarmouk camp were tortured by the PFLP-GC personnel prior to being delivered to the Assad regime’s infamous ‘Palestine – 235’ branch in Damascus, where she was imprisoned for the next four months.

She recalled being subjected to all forms of torture by the regime’s security agents whenever they took her out of the cell there measuring roughly 3 x 4 meters, where she was kept with eighteen other women, mostly also Palestinians. The regime’s torturers began with torture by electrocution, she said, followed by beatings with whips and rods. After this she was transferred to ‘Branch 215’ also in Damascus, where she said the torture is “exponentially” worse than that she’d suffered at the Palestine Branch.

At Branch 2015, she recalled, “the investigators were interrogating young girls and young men from Yarmouk refugee camp, demanding names [of anyone opposing the regime]. When we denied knowing them, we’d be beaten, tortured, starved, electrocuted. I was raped during my stay there for more than 15 days. Sometimes I was raped repeatedly more than a dozen times a day by different officers and prison warders.”

Huda found out that she had been impregnated during one of the rapes when she miscarried a baby as a result of one of the daily beatings administered as standard, which she said resulted in “my being injured and bleeding heavily, losing consciousness. They threw me into a cell filled with the bodies of detainees killed under torture, where I was forced to stay, surrounded by those bodies and blood for approximately three weeks. Then I found out I was pregnant when I miscarried as a result of the beatings.”

Rape of the female detainees is commonplace, she explained, adding, “One of them tried to commit suicide by battering her head off the walls of the cell. Each time she’d lose consciousness for a few hours.”

Violences atroces dans les centres de détention syriens pour les femmes.

Violences atroces dans les centres de détention syriens pour les femmes.

Huda recalled one case she witnessed when a 20-year-old Palestinian girl in the same cell gave birth to a baby boy conceived when she was repeatedly raped by the regime guards. “After the birth, she couldn’t bear to look at the baby or keep it next to her in the cell and wasn’t able to endure the sound of his crying. She just wanted to get rid of him, to kill him when we weren’t looking because his existence was a reminder to her of being raped by the officers.” Huda added, “A few days later a guard entered and took the baby away – they knew that his presence in the cell was proof of the torture that created him.”….

You can read the entire article using the source link:

Source : Arrest, Detention, Torture, Starvation, Rape… when you are a Palestinian Girl in Syria

Lettre ouverte pour la Représentante Spéciale du Secrétaire Général de l’ONU sur la Violence Sexuelle lors des Conflits

Lors de la conférence de presse du 7 mai 2015, la représentante du Secrétaire Général de l’ONU sur la violence sexuelle lors des conflits, Mme Zainab Bangura, a informé la presse des résultats de sa visite au Moyen-Orient. Elle a abordé largement les exactions de Daech contre les femmes mais les exactions du régime syriens n’ont pas été vraiment abordé.

59 organisations (dont FSD) et plus de 350 signatures individuelles ont alors soutenu la lettre ouverte ci dessous qui a été adressée à Mme Bangura début juillet.

————————–

Conférence de presse de Mme Zainab Bangura Source: http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=50794#.VaDvulxhOQv

Conférence de presse de Mme Zainab Bangura
Source: http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=50794#.VaDvulxhOQv

Nous sommes un groupe rassemblant des défenseurs du droit des femmes en Syrie et des organisations de la société civile. Nous vous écrivons pour vous faire par de notre grande préoccupation au sujet de la visite de la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies sur la Violence Sexuelle lors des Conflits (RSSG), qui a eu lieu au Moyen-Orient du 16 au 29 avril 2015.

Dans un premier temps, nous sommes préoccupés par le caractère partial du communiqué de presse fourni par la RSSG après sa visite du 7 mai 2015. Bien que le communiqué ait mentionné que la violence sexuelle était imputable à « la plupart des parties aux conflits en Syrie et en Irak », elle n’a donné que des détails sur les violences commises par l’EIIL en oubliant complètement la violence commise par le régime d’Assad qui est systématique, très étendue et prouvée.

Dans un deuxième temps, nous exprimons notre regret sur la façon dont les réunions de la société civile ont été conduites au Liban et en Turquie. Nous accueillons et encourageons volontiers la tenue de réunions entre d’une part la RSSG et les officiels des Nations Unies, et d’autre part la société civile lors d’une mission de terrain. Cependant, nous regrettons que les informations présentées par les militants de la société civile, notamment lors des réunions ayant eu lieu à Gaziantep le 18/04/2015 et à Beyrouth le 21/04/2015, ne faisaient pas partie de la communication et des messages retransmis par l’Office. Les réunions mentionnées ont réuni des organisations qui ont travaillé avec des victimes de violence sexuelle à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie, et qui ont fourni des documents et des informations sur l’étendue de la gravité des violences commises par le régime d’Assad. Elles ont également réuni d’anciens détenus qui ont partagé leurs expériences personnelles sur la violence qu’ils ont subie en détention. Cependant, ces informations ainsi que d’autres faits et ressources présentés à l’équipe étaient complètement absents dans le dernier communiqué de Mme Bangura. Cela a pu créer un sentiment général, parmi les militants syriens présents, de n’être à la fois ni entendu ni considéré.

Le régime d’Assad a utilisé, et continue d’utiliser, la violence sexuelle comme une arme de guerre. Un rapport écrit par Human Rights Watch, le 15 juin 2012, indique que « les forces syriennes de sécurité ont utilisé la violence sexuelle pour humilier et dégrader les détenus avec une totale impunité. Les agressions ne sont pas limitées aux centres de détention, les forces gouvernementales et les miliciens pro-gouvernementaux chabiha ont aussi abusé sexuellement de femmes et de jeunes filles, dont certaines n’avaient pas plus de 12ans, chez elles ou lors d’interventions dans des zones résidentielles». Le rapport explique de plus la nature systématique de ces violations, et la complète impunité dont jouissent les auteurs.

De manière ironique, le rapport évoque nommément les services de renseignement 235 (connus sous le nom de « Section Palestinienne ») à Damas qui est décrit comme un bastion de la violence sexuelle. Mme Bangura a dit dans la réunion du 21/04/2015 qu’elle avait visité ce service et qu’elle avait rencontré Ali Mamlouk qui est l’une des figures majeures de cette violation systématique des droits de l’homme dans le régime syrien.

Dans l’ensemble, nous exprimons notre préoccupation sur le manque de prise de position impartiale de l’Office, et de son manque d’attention porté sur la responsabilité de tous les auteurs. Mme Bangura a déclaré que l’objectif global de sa visite au Moyen-Orient était une « mission d’enquête » ayant pour but « d’avoir une meilleure compréhension des besoins des déplacés venant de Syrie qui ont subi des violences sexuelles ainsi que de mobiliser d’autres acteurs des Nations Unies, afin d’être en mesure de montrer leur soutien aux victimes de violence sexuelle liée au conflit ». Nous pensons que la façon dont la visite a été conduite a empêché une enquête impartiale en ne mettant en avant que la position d’une des parties, et donc, qu’elle a échouée à prendre en compte les besoins des victimes femmes syriennes ainsi que celles qui sont sous la menace continuelle de violence sexuelle.

Il faut tenir compte du fait que le régime syrien s’abstient de collaborer avec toute mission internationale de documentation des violations des Droits de l’Homme en Syrie. La Commission d’Enquête sur la Syrie, mandatée par le Conseil des Droits de l’Homme, continue à être interdite d’entrer sur le territoire contrôlé par le régime d’Assad. Ainsi, nous pensons que limiter les recommandations du SRRG à des demandes de collaboration avec le régime d’Assad n’est ni réaliste ni constructif.

Nous encourageons évidemment toute mise en avant des crimes horribles commis par l’EIIL ou par tout autre groupe armé. Cependant, nous pensons qu’écarter un auteur majeur, que nous pensons être la cause première du conflit, et qui est le seul à jouir d’une souveraineté et d’obligations internationales, sera contre-productif et vraisemblablement nuisible pour les femmes qui continuent de souffrir dans le conflit en cours.

Le régime d’Assad contrôle toujours un large territoire et continue de le diriger au travers de services de sécurité qui sont notoirement connus pour leur utilisation de la torture, leurs abus et leurs violations à grande échelle. Nous pensons donc que le communiqué a échoué à montrer l’importance de la menace que le régime d’Assad fait porter sur la sécurité, et le bien-être des femmes vivant à l’intérieur de son territoire ou en dehors. En effet, elles sont la cible systématique de tirs d’explosif dans les zones peuplées, ce qui a un impact direct disproportionné sur elles.