Archives Mensuelles: juillet 2018

Deraa: Le Vrai Visage du Régime Assad

Hamza al-Khateeb, c’est ce jeune garçon syrien de Deraa(1), né le 06.05.1998, qui à 13 ans, par la spontanéité de son engagement humanitaire, à Deraa en avril 2011, aura montré la voie juste. Supplicié et horriblement mutilé par les services du régime Assad il en a démontré la vraie nature dès le printemps 2011, en vain?

              Hamza AL-KHATEEB

En voyant passer les tanks du régime qui se dirigeaient vers le sud la population a cru d’abord à une reprise imminente du Golan. Mais non! L’objectif était le siège de Deraa, destiné à imposer aux habitants de la ville une punition collective, en les affamant , pour avoir osé braver le régime criminel.

Les habitants de al-Jiza (village natal de Hamza) ont alors organisé une marche vers Deraa,  le 29 avril 2011, pour casser le siège et apporter du pain à ses habitants. Hamza y a pris part, il a été arrêté par les forces du renseignement militaire d’Assad, avec Thamer et avec des dizaines d’autres, sur le chemin de Deraa.

Le 25 mai 2011, le corps mutilé et méconnaissable de Hamza al-Khateeb a été rendu à ses parents. Les photos du corps de Hamza sont parues parmi les photos de César (2) où il porte le numéro 23 (3).

Le corps de Thamer al-Char’i, 15 ans, a été rendu à ses parents, mutilé et méconnaissable, le 8 juin 2011. Les photos du corps de Thamer sont parues parmi les photos de César où il porte le numéro 12.

Thamer_vdc-sy_info

Thamer AL-CHAR’I (Photo: vdc-sy.info)

Aujourd’hui, depuis l’écrasement de Deraa, le 12.07.2018, les appels se multiplient sur les pages des fidèles de Bachar Assad (4) pour inciter les soldats d’Assad à aller déféquer sur la tombe de Hamza al-Khateeb. Même mort, il reste l’image à abattre, parce que ce que Thamer et lui ont fait est noble. Des millions de syriens les ont suivis. Beaucoup ont payé de leur vie. Mais la révolution vit aujourd’hui dans le coeur de la grande majorité des syriens. Elle est en marche. Elle aurait pu aboutir dès 2013, avec un peu de protection aérienne. A terme elle vaincra.

Aux justes, il faut opposer la petitesse de ceux, gouvernements, institutions internationales ou individus, qui avaient le moyen d’agir ou au moins de ne pas collaborer, activement ou passivement, avec le régime barbare, de ceux qui auraient mieux fait de se taire, de ceux qui ont vu dans cette révolution l’occasion d’un profit, de ceux qui demandent aujourd’hui le maintien du boucher de Damas, qui se ressemble s’assemble (Putin, mais aussi Netanyahu: “Nous ne perdrons pas de mesure contre Assad” (5) ) ou croient devoir prôner un dialogue avec le “régime en place”, au mépris des droits humains.

Qu’il s’agisse d’implication directe, de prise de position, d’aide humanitaire où d’aide aux réfugiés la révolution syrienne n’aura fait et ne fait encore, quotidiennement, que démontrer une fois de plus la médiocrité quasi universelle des institutions et gouvernements de la communauté internationale qui, confrontés au respect des droits humains, s’écrasent au lieu de les glorifier.

Honte à la communauté internationale!

FSD

—————

1- Daraa c’est une ville du sud de la Syrie où l’étincelle de la révolution a été allumée avec l’arrestation des écoliers qui avaient écrit sur le mur de leur école un slogan hostile au dictateur Bachar Assad
2- http://www.liberation.fr/planete/2014/01/21/la-machine-a-torturer-syrienne-revelee_974443
3- https://www.zamanalwsl.net/news/article/59307
4- https://www.qasioun-news.com/ar/news/show/154301/إعلام_موال_للنظام_يحرض_على_قبر_الشهيد_حمزة_الخطيب_بدرعا_صور
5- https://fr.timesofisrael.com/netanyahu-epargnera-assad-mais-exhorte-poutine-a-sortir-les-iraniens-de-syrie/
Publicités

La vérité sur la Syrie, à Deraa

La situation humanitaire dans le sud de la Syrie devient de plus en plus insupportable depuis le 19 juin 2018, début de la campagne militaire barbare menée par les forces d’Assad et de ses alliés et appuyée par l’aviation russe de Poutine. Le rapport du RSDH du 01 juillet mentionnait que le nombre de déplacés internes fuyant les bombardements et l’entrée des forces d’Assad et ses alliés dans la région de Daraa était d’environ 200’000. Aujourd’hui le porte parole de l’UNHCR a annoncé que le nombre des déplacés internes a déjà atteint 270’000 en raison de l’intensification des bombardements. Des familles entières se retrouvent livrées à elles-mêmes sans aucune structure d’aide ni abri, dans un contexte très hostile, la région est désertique et l’été est brûlant. Ils s’orientent vers les frontières de la Syrie avec la Jordanie et avec le Golan occupé, et ces frontières sont fermées devant eux!… 

Etrangement. les organisations internationales d’aide humanitaire avaient déjà annoncé il y a quelques jours que tout est prêt pour venir en aide à cette population, mais en attente de l’autorisation du régime syrien, qui attaque cette même population!

Il est difficile de comprendre cette logique… l’aide humanitaire a toujours servi d’arme au régime Assad,  qui affame et cible les civils dans toutes les régions assiégés de Syrie. Il semble évident qu’il est inutile d’attendre une autorisation humanitaire d’un tel régime et de répéter encore et encore des approches qui ont toujours  failli depuis 2011 à Homs, au camps Yarmouk, à Mo’addamyeh, à la Ghouta orientale, à Alep-Est et dans les autres régions de la Syrie. Aujourd’hui on recommence à Daraa! Pourtant les organisations d’aide impliquées ont des centres en Jordanie et pourraient facilement suppléer aux besoins de ces familles par la Jordanie!

C’est d’ailleurs ce que tentent de faire, et ils sont les seuls, les civils jordaniens. Seuls à  s’organiser pour acheminer de l’eau et du pain et  pour lancer une campagne «Ouvrir la frontière », la leur (rassurons l’Europe), alors que le reste du monde continue à regarder les crimes contre l’Humanité en Syrie dans un silence assourdissant, voire compatissant avec le régime Assad.

La seule solution possible en Syrie exige  de mettre une réelle pression sur Poutine pour que la Syrie puisse enfin se débarrasser du régime mafieux d’Assad et s’acheminer vers une Syrie nouvelle, démocratique et basée sur la citoyenneté pour tous. Pour y parvenir, nous appelons au boycott de la Russie.

Nous partageons, ci-après, le communiqué de presse du 02 juillet 2018 du collectif Pour une Syrie Libre et Démocratique à Paris.

FSD

—————————

« Les forces de Bachar Al Assad, soutenues par l’aviation russe, ont lancé le 19 juin 2018 une offensive sur la région de Dera’a. Cinq hôpitaux ont déjà été mis hors d’usage, et près de 200 civils ont été tués dans ces attaques.

Cette région de Dera’a, où vivent quelque 750 000 civils, fait pourtant l’objet depuis 2017 d’un cessez-le-feu négocié par la Russie et les États-Unis. Le « lâchage américain » face à l’offensive meurtrière dans une zone de « désescalade », est un véritable coup de poignard dans le dos des rebelles modérés et une complicité de fait avec V. Poutine.

N’oublions pas que Dera’a est un symbole : la révolte pacifique du peuple syrien est partie de cette ville du sud dont les habitants étaient descendus dans la rue pour dénoncer les tortures infligées à des enfants ayant écrit sur des murs des appels à la liberté.

Tandis que le dernier Conseil Européen nous a donné l’image pitoyable de dirigeants tétanisés par une prétendue « submersion migratoire », à Dera’a, avec l’offensive des forces de Bachar Al Assad appuyée par les bombardements des avions de V. Poutine, plus de 120 000 syriens en 72 heures ont été jetés sur les chemins de l’exode.

Par leur inaction vis-à-vis du régime de Bachar Al Assad et de ses alliés, les dirigeants européens sont ainsi dans l’hypocrisie la plus totale ; ils devront, si la situation perdure, prendre en charge des centaines de milliers de réfugiés que la Jordanie et la Turquie ne sont plus en capacité d’accueillir. L’Europe prendra-t-elle en charge les nouveaux réfugiés syriens de Dera’a, vu ses manœuvres actuelles pour ne pas appliquer la Convention de Genève ? En outre, la reprise de la région par Assad risque d’empêcher un grand nombre de réfugiés de rentrer chez eux.

Après Alep, Douma, et maintenant Dera’a, les dirigeants des puissances occidentales par leur inaction et leur renoncement, ont-ils conscience qu’ils sont en train de désespérer des millions de Syriens qui croyaient à la démocratie et à la liberté après 48 années de dictature du clan Assad ?

Daech en Syrie va peut-être finir par être vaincu. Mais sans une ultime prise de conscience de la part des puissances occidentales, sans leur volonté que soit appliquée la Résolution 2254 du Conseil de Sécurité de l’ONU organisant une transition politique, tout est malheureusement en germe pour que l’intolérance, la vengeance aveugle aillent de pair avec la barbarie du régime Assad pour des années encore. »

Contact : collectif.psld@gmail.com