Archives de Catégorie: FSD

Témoignage d’Idlib: « Nous avons besoin de dormir avec nos enfants, ne serait-ce qu’une demi-heure, au calme »

Un cessez-le-feu dans la région d’Idlib, convenu entre la Russie et la Turquie, est entré en vigueur dans la nuit du 11 au 12 janvier. Le calme n’a pas duré longtemps, car le régime syrien et ses alliés ont violé le cessez-le-feu dès le 15 janvier. Ce jour là l’aviation a bombardé un marché dans la ville d’Idlib tuant 19 civils et en blessant au moins 65. Le Réseau Syrien des Droits de l’Homme a documenté 28 civils tués entre le 12 et le 17 janvier, dont 7 enfants.

Les témoignages des civils de cette région qui nous parviennent racontent l’horreur que vit la population condamnée à subir toutes sortes de violence.

FSD a traduit de l’arabe des extraits du témoignage d’un habitant de Sarmin reçu avant le cessez-le-feu.

(Source: article de Hicham Louaï, publié sur le site Rasseef 22 le 08.01.2020)

Témoignage:

Abd al-Rahman Muhamad, journaliste de terrain vivant à un kilomètre de la ville de Sarmin (région d’Idlib), raconte lors d’une interview avec Raseef 2: 

« Notre quotidien a beaucoup changé. La mort d’une personne est devenue un événement habituel. Le silence est le maître-mot, personne ne dit rien. On en a ras-le-bol de la mort et du sang qui coule et cela devient de plus en plus normal. Mon père a été tué devant moi et nous n’avons pas retrouvé la moindre partie de son corps déchiqueté tellement le bombardement avait été violent. ».

Il ajoute: « Au cours de cette semaine, j’ai failli être tué cinq fois. Quand je pars au travail je ne sais pas si je reverrai mes enfants encore une fois. L’intensité de la peur qu’on vit est indescriptible. Tout le monde s’est habitué à voir la destruction tout autour de lui. Si une demi-heure s’écoule sans bombardement nous sommes surpris et nous nous demandons: pourquoi n’ont-ils pas bombardé?! Nous n’attendons plus rien ni de la communauté internationale, ni des dirigeants arabes, agents de l’Occident. Nous resterons à Idlib, et nous n’en sortirons qu’une fois morts. ».

Il conclut: « Nos têtes sont fatiguées à force de réfléchir non-stop et de raconter. Il est important pour moi de raconter au monde entier ce qui se passe à Idlib, mais nous sommes fatigués et nous avons besoin de nous reposer et de dormir avec nos enfants, ne serait-ce qu’une demi-heure, au calme.« .

Feux d’Artifices Sinistres à Idlib!

 

Depuis le 26 avril 2019, la région d’Idlib subit une intensification des bombardements extrêmement violents, menés par l’aviation russo-assadienne, qui cible les civils en particulier (quartiers résidentiels et infrastructures de service). Pendant les deux dernières semaines seulement, le Réseau Syrien des Droits de l’Homme a documenté trois bombardements des camps de déplacés internes, 9 bombardements de la route de l’exode (voir le rapport spécial du RSDH). Actuellement, des témoignages nous parviennent de Ma’arat al-Nu’man qui se vide de ses habitants, pour appeler à l’arrêt des bombardements. Le monde tout entier semble sourd à leur appel et s’occupe à célébrer le réveillon!

Tandis que dès les premières heures du nouvel an, l’aviation russe bombardait déjà la ville d’Idlib. Un peu plus tard, une école a été bombardée par l’aviation russe à Sarmine (région d’Idlib) tuant 9 personnes dont 4 enfants et une femme et blessant des dizaines d’autres!

FSD a choisi de traduire un article d’opinion à ce sujet. Il s’agit d’un article en arabe de Hazem Saghieh, intitulé « Nouvel an à Idlib! » publié le 29 décembre sur le site d’information Asharq al-Awsat.

Le Nouvel an 2020 à Idlib. Dessin de Mahmoud Salameh

 

« Nouvel an » à Idlib!

article en arabe de Hazem Saghieh

Cela fait quatre ans que le « Nouvel An » ne passe plus par Idlib, en Syrie. Là-bas, les années se suivent et se ressemblent. Le premier jour de l’an ne se distingue pas d’un autre; il n’y a pas de fête qui distingue un jour d’un autre. Chaque jour qui passe ressemble au précédent, en pire: «Oui, nous avons déjà vu ça, mais aujourd’hui c’est pire!». C’est cela la sagesse là-bas, la seule nouveauté c’est la répétition des massacres combinée à la tromperie et à l’indifférence, qui rythment l’espace et le temps.

Deux millions et demi de personnes vivent dans le gouvernorat d’Idlib, soumises à ce qui s’apparente de plus en plus à un génocide. Ça se produit petit à petit, ça une fois après l’autre, mais sa signification symbolique est impressionnante: il y a ceux qui meurent, et ceux que la mort a prêtés temporairement à la famine, au déplacement et au froid extrême, et ils viennent de partout en Syrie. Ainsi, à Idlib, on tue tous les Syriens, il n’y a pas de distinction entre l’hôte et l’invité. Au cours des dernières années, ils ont tous été poussés dans cette province du nord, afin de fuir la mort, la famine, et toutes sortes de violations. Ce qui leur a échappé, c’est qu’ils étaient destinés à engraisser la proie, et que grâce à eux, de nombreuses petites cibles se sont réduites à une seule, plus grande, pour la plus grande satisfaction des bureaucrates qui se précipitent pour l’exécution.

Ce qui se passe aujourd’hui à Idlib, se produit au vu et au su du monde entier, ainsi que de nous tous. Il est vrai que les différentes parties de l’univers se sont vu converger grâce à la technologie, mais Idlib seule, a été exilée au loin, loin à la fois de notre présence et de notre sensibilité. Idlib seule, est laissée aux seuls arguments politiques brutaux avancés par de « vrais » technologues de la mort qui se disent « réalistes »: n’est-il pas temps de se débarrasser du terrorisme et de « Jabhat al-Nosra » ? N’est-il pas temps pour Bachar Al-Assad d’étendre son autorité nationale sur l’ensemble du territoire syrien? Et bien sûr, n’est-il pas juste, voire progressiste, pour les deux alliés, Vladimir Poutine et Ali Khameneï, de prendre les positions influentes qu’ils méritent face à Donald Trump?

A Idlib, on bombarde les hôpitaux et les malades. A Idlib, on bombarde les écoles et les élèves. A Idlib, on détruit les maisons des familles et des individus. Ceux qui fuient la mort sont désormais des errants déplacés qui n’emportent avec eux que quelques petites affaires récoltées pendant leurs vies de pauvres. Des pauvres qui n’ont pas d’autres moyens de transport que des tas de ferraille qui se cassent sur la route de l’exode! Les bombardements hantent leurs déplacements sur terre, avions et barils, russes et syriens, qui s’amusent au jeu de la chasse depuis les airs. Et le reste du monde? Depuis le début de la révolution syrienne, et jusqu’à présent, la Russie a exercé son droit de veto 14 fois au conseil de sécurité, dont récemment pour empêcher l’acheminement  de secours pour Idlib! 

Des centaines de milliers de personnes fuyant vers le nord du nord syrien font face à une frontière turque fermée. Recep Tayyip Erdogan ne se sent concerné par les « frères » arabes que lorsqu’ils sont utiles pour instrumenter l’écrasement des « frères » kurdes. Pour compléter l’opération « Source de paix », on propose d’utiliser « l’arène libyenne » pour décider du sort de « l’arène syrienne » en déplaçant les combattants au gré de l’escalade ou désescalade souhaitée, en alternant trêves et combats! En attendant, il n’y a aucun mal à faire chanter les Européens en brandissant la menace des réfugiés: les barbares sont à votre porte!

Cette fois, ça a été le tour de Ma’arat al-Numan, au sud-est du gouvernorat d’Idlib. Ses habitants ont commencé à fuir lorsque l’attaque a commencé. Lorsqu’ils ont reçu l’invitation à « retourner dans les bras de la patrie d’Assad », ils étaient cent milles, maintenant, ils ne sont plus que quelques milliers. Le journaliste syrien Ahmed Al-Ahmad cite « Siham », une journaliste qui vivait jusqu’à très récemment à Ma’arat al-Numan: « Le déplacement est devenu un luxe pour les civils là-bas; quiconque peut se déplacer et a accès à un véhicule pour transporter sa famille peut être considéré comme chanceux. ». Siham poursuit: « Il y a des familles qui font de leur mieux pour sortir, mais elles ne peuvent pas le faire, en raison du manque de transports, et aussi parce que ceux qui arrivent à partir n’osent pas revenir dans leur ville presque détruite pour chercher les autres.»

En revenant aux expériences tragiques déjà vécues antérieurement en Syrie, l’écrivain syrien Bakr Sidqi note: «  Alep-Est ou la Ghouta orientale, par exemple, n’ont pas connu de retour des déplacés, sauf exceptions, en raison des restrictions imposées par l’appareil du régime sur les opérations de retour, mais aussi en raison de la réticence des déplacés à retourner dans l’enfer de « la patrie d’Assad ». L’alternative au retour des habitants d’origine de ces zones dévastées est peut-être (pour le régime Assad)  d’y implanter de nouveaux résidents auxquels les spécifications « d’homogénéité » requises (par Assad) s’appliquent mieux, en particulier leurs identités politiques, civiles et sectaires. Toutefois, la possibilité de l’appliquer dépend de la réhabilitation de ces zones pour qu’elles soient réadaptées à l’habitation. Ceci nécessite d’importantes ressources, qui dépassent aujourd’hui les capacités du régime, étouffé dans sa crise. Mais ces ressources dépassent également le potentiel de ses alliés russes et iraniens ». Mais qui sait, on verra peut-être bientôt des sortes d’ humains maléfiques faire ce que les actions de la nature n’ont pas fait jusqu’ici: par exemple, déplacer des tonnes d’Arabes là où vivent des tonnes de Kurdes, nous pourrions alors suivre de loin des scènes de combats où s’affrontent des masses dépersonnalisées sans noms ni visages. 

Idlib symbolise aujourd’hui l’impossibilité de voir reconnu le droit à une patrie ou de l’appartenance à un peuple reconnu. Mais elle est aussi, d’abord et surtout, synonyme de l’impuissance de la morale, de l’insensibilité des âmes, du désespoir de presque tout, peut-être de tout. Avec ces massacres, gratuits, chacun de nous rétrécit, devient plus petit, moins audible et finalement bien peu intéressé par un monde célébrant le Nouvel An.

L’UNIL organise un colloque sur Palmyre, qui se veut scientifique et apolitique ! mais l’est-il vraiment ?

Les 16 et 17 décembre se tiendra à l’UNIL le Colloque international de Lausanne sur Palmyre. Colloque organisé par l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité de l’UNIL, avec le soutien financier du DFAE, entre autres, et qui se veut scientifique et apolitique!?

Chacun sait que le régime syrien est le principal responsable des destructions infligées à Palmyre. Malgré cela, on remarque parmi les participants plusieurs organisations internationales comme l’UNESCO et l’ICCROM, la fondation ALIPH (pour accorder des subventions?), l’Office Fédéral de la Culture (pour octroyer des financements?); mais aussi des personnalités politiques: comme la conseillère d’état Cesla Amarelle, et, cerise sur le gâteau, la présence d’une délégation de trois personnes du régime syrien qui représentent la Direction Générale des Antiquités et des Musées (DGAM), une institution du régime qui veille à diffuser sa propagande. Ceci annonce-t-il une future collaboration avec le régime Assad? Et malgré tout ce colloque se veut apolitique? Apolitique, vraiment?

Communiqué de la Coordination de Palmyre en mai 2016

Un communiqué de la Coordination révolutionnaire de Palmyre le 22.03.2016  « Russia is destroying our city and civilisation »

Education et droits humains?

La présence de l’UNESCO nous donne à réfléchir. Sur son site web on peut lire « La vision fondatrice de l’UNESCO est née en réponse à une guerre mondiale marquée par des violences racistes et antisémites. 70 ans après et de nombreuses luttes de libération plus tard, le mandat de l’UNESCO est plus pertinent que jamais. La diversité culturelle est attaquée et de nouvelles formes d’intolérance, de rejet des faits scientifiques et de menaces à la liberté d’expression menacent la paix et les droits humains. Le devoir de l’UNESCO est de réaffirmer les missions humanistes de l’éducation, de la science et de la culture. ».

Il n’est plus à prouver aujourd’hui que la moitié du peuple syrien a dû quitter sa maison et son chez soi pour fuir les arrestations arbitraires, la torture, la répression, le recrutement forcé dans l’armée criminelle du régime, et les bombardements aériens du régime et des russes. Cette moitié de la population syrienne a soit dû fuir la Syrie, soit dû subir un déplacement interne (la région d’Idlib compte à elle seule actuellement quelques trois millions de civils qui risquent leur vie quotidiennement sous les bombardements et sous le regard indifférent et silencieux du monde entier). Il est reconnu également que c’est la population sunnite qui a subi, plus particulièrement, des massacres répétitifs commis par les forces et milices pro-régime, avec le silence complice de toutes les organisations onusiennes. Il semble donc évident que la Syrie d’Assad est aujourd’hui le cimetière des droits humains (voir le rapport d’Amnesty International sur la prison de Saidnaya en Syrie intitulé « Abattoir Humain ») et la tombe de la liberté d’expression. La répression militaire du régime a obligé la population qui s’est soulevée massivement depuis 2011 au déplacement forcé dans le nord syrien dans le but d’un changement démographique de la population. Ce qui se passe en Syrie n’a jamais été une guerre civile, mais bien une guerre du régime contre la population civile qui avait osé réclamer le respect de ses droits fondamentaux, reconnus universellement par l’ONU et pour tous les humains!

Alors on est en droit de se demander ce qu’est devenue la mission de l’UNESCO? Qu’est devenue sa mission humaniste d’éducation alors que les écoles sont systématiquement ciblées dans le nord syrien (74 écoles pendant les six premiers mois de 2019 selon l’UNICEF), deux millions d’enfants (un tiers des enfants syriens de l’intérieur) ne sont plus scolarisés en plus des 800’000 enfants non scolarisés dans les pays voisins de la Syrie.

Tandis que l’avenir des enfants syriens est en grand danger, l’UNESCO vient discuter du financement de la protection des pierres à Palmyre, avec la collaboration du régime syrien, responsable de la grande majorité de ces crimes?

Le saviez-vous?

La chute de Palmyre entre les mains de Daech et ensuite sa reprise par l’armée d’Assad faisait partie d’une stratégie russo-assadienne!

Le régime Assad fait croire au monde entier que c’est Daech qui est responsable de la destruction partielle du patrimoine archéologique à Palmyre, alors que la responsabilité principale en revient au régime syrien qui a facilité la chute de Palmyre entre les mains de Daech. Mohamad Taha, archéologue et habitant de Palmyre avant sa fuite de Syrie, dit dans une interview datée du 24 mars 2016: « Ce qui se passe maintenant dans la ville de Palmyre n’a pas commencé hier, cela dure depuis plus d’un mois. Les bombardements de l’aviation, les missiles, y compris des missiles Scud et des bombes à sous-munitions bombardent continuellement Palmyre depuis un mois. En commun accord avec la Russie, le régime syrien a décidé de récupérer la ville après l’avoir remise à Daech il y a trois cent sept jours. Le but est d’envoyer le message qu’il est capable de récupérer des territoires, de vaincre Daech, et de protéger le patrimoine syrien, dont les antiquités de Palmyre, qui constituent une partie importante du patrimoine de l’humanité. Rien n’est plus faux, car le régime a contribué lui même a détruire Palmyre la ville antique et Daech n’a fait que compléter la destruction ensuite. Aujourd’hui les batailles que le régime mène avec l’artillerie lourde et les chars se déroulent au coeur de la ville antique, et se concentrent maintenant dans la vallée des tombes. Tout ce qui n’avait pas été pillé ou détruit auparavant est pillé et détruit en ce moment même. »

Un Ex-responsable du régime syrien à Palmyre a quant à lui fait défection début 2016 et il a donné des détails sur les relations entre le régime Assad et Daech.

Le régime Assad n’a jamais ciblé Daech lorsque Daech s’est installé à Raqqa, pourquoi?

Le régime Assad et l’aviation russe ont ciblé les civils à Alep mais ne se sont jamais attaqués à Daech, pourquoi?

Daech a avant tout détruit la prison de Palmyre où un massacre collectif a eu lieu en juin 1980, effectué sous les ordres de Rifaat Assad (oncle de Bachar Assad, propriétaire et résident occasionnel à Genève), peut-être pour effacer les preuves de ce crime ignoble contre l’humanité?

FSD

Syrie: Quelle légitimité de la commission constitutionnelle ?

Alors que la commission constitutionnelle pour la Syrie se réunissait pour la première fois à Genève le 30.10.2019, une quarantaine d’opposants se sont réunis devant l’ONU pour rappeler que le peuple syrien s’est soulevé, à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie, non pas pour demander une nouvelle constitution mais pour établir une démocratie, sans le régime Assad.

              A Genève devant le siège de l’ONU le 30.10.2019.

Les raisons sont nombreuses pour rejeter la démarche de l’ONU et contester la légitimité de cette commission, et les orateurs se sont succédés pour les énumérer:
– La formation de cette commission constitutionnelle contourne la transition politique et la formation d’un organe directeur transitoire. Le temps perdu à Genève ne servira qu’à permettre au régime et à ses amis d’achever le massacre d’Idlib.
– La légitimité de cette commission est douteuse. La constitution doit être écrite par un organe librement élu, or les Syrien.ne.s ont exprimé leur rejet de ce projet de constitution.

– Le groupe représentant la société civile dans la commission comprend des individus de l’intérieur de la Syrie qui ne sont pas indépendants du régime, et des individus qui n’ont pas les qualifications nécessaires pour participer à la discussion de textes constitutionnels.

– Cette intervention de l’ONU dans le dossier syrien ne fera que renforcer la « pseudo-légitimité » du régime Assad et fermera la porte à la justice transitionnelle.

De plus,
– L’adoption à 75% d’un texte constitutionnel fondé sur le droit international et les droits de l’homme est très contestable.
– L’échec de la Constitution de Bremer en Irak et des Accords de Taëf au Liban devrait servir de leçon. La commission constitutionnelle qui se réunit actuellement à Genève est parrainée par les trois pays qui gèrent la guerre contre les civils syriens, à savoir: la Russie de Poutine, l’Iran de Khameneï et la Turquie d’Erdogan, au détriment des Syrien.ne.s et cela n’est pas acceptable.

Pour une discussion approfondie, voir la pétition initiée par Anwar al-Bounni, ancien détenu et avocat syrien oeuvrant pour traduire les responsables de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité en justice (en arabe, en anglais et en français):

https://secure.avaaz.org/ar/community_petitions/_byn_lljn_ldstwry_khyn_llthwr_lswry/?tVMatab&fbclid=IwAR2ybT7-PmRGSaphtkJUb3DgAmvgdlKcVC1LYp5lMCL99dqUF7dOCz5_2Z8

Syrie: Changement du Régime, pas de la Constitution!

« Oui à une transition sans le régime Assad.

Non à un leurre de constitution avec Assad » 

Le 30 septembre, l’envoyé spécial de l’ONU sur la Syrie a annoncé le lancement de la commission constitutionnelle le 30 octobre à Genève sous l’égide de l’ONU. Cette annonce intervient alors qu’un silence international assourdissant continue de régner malgré l’intensification barbare des bombardements sur le nord-ouest de la Syrie (région d’Idlib) depuis fin avril 2019. Les Civils qui y avaient trouvé refuge sont venus de toute les régions révoltées de la Syrie et sont les premières cibles de l’aviation d’Assad et de son soutien Poutine.

La nomination de cette commission constituante est le fruit de manipulations de Poutine, qui cherche à gagner du temps pour exterminer les civils d’Idlib ou les chasser de Syrie; Poutine qui se présente comme  le soutien à la modification de la constitution en Syrie, comme premier pas vers la dite solution politique. Cette constitution n’a cependant pas d’autre but que de redonner une légitimité au régime criminel d’Assad. 

Vendredi 4 octobre, les manifestations du nord-ouest syrien (région d’Idlib) ont dénoncé ces manoeuvres,  rappelant que le peuple syrien s’est soulevé pour changer le régime mafieux d’Assad et non pas pour changer la constitution!Le but reste d’initier une période de transition sans le régime criminel Assad, qui doit être traduit en justice, pour acheminer la Syrie vers un Etat de droit démocratique, basé sur la citoyenneté pour tou.te.s les Syrien.ne.s.

Manifestation du peuple Syrien à Bannech au nord-ouest syrien le 4 octobre 2019, pour contester la commission constituante.

Pour faire entendre la voix de ces manifestants de l’intérieur auprès de la communauté internationale et de l’ONU qui parrainent la dite commission constituante, Femmes Syriennes pour la Démocratie organise un rassemblement pacifique devant l’ONU, le 30 octobre, jour de l’ouverture des réunions de cette commission à Genève, de 17h00 à 18h00.

Ami.e.s de la démocratie et de la liberté, venez nombreuses et nombreux vous joindre à nous pour dénoncer ces manoeuvres et exprimer notre solidarité avec les civils syriens, seule menace effective au régime Assad, civils qui avaient mis en place une gestion démocratique, rappelons le, dans tous les lieux qui avaient échappé au contrôle du régime.

Rassemblement organisé par:FemmeS pour la Démocratie avec la collaboration de Solidarity Convoy for Syria et de la diaspora syrienne en Suisse.

Soutenu par:Mouvement pour le socialisme ; le site alencontre.org; le Cercle La Brèche-Unil, Cercle Rosa Luxemburg

La vérité sur l’affaire Brita Hagi Hassan

Le 8.6.2019 Brita Hagi Hassan, écoeuré par le silence de la communauté internationale, de l’ONU et du HCDH sur les bombardements de civils à Idlib en Syrie, entame une grève de la faim en solidarité avec les plus de trois millions d’habitants d’Idlib, victimes des bombardements barbares des russes, des iraniens et du régime Assad sur les hôpitaux, les écoles, les marchés et les civils en général; civils qui sont piégés par la fermeture de la frontière turque et donc condamnés à l’extermination, en violation flagrante de la charte des droits de l’homme. Le mouvement de grève de la faim s’est élargi depuis et compte aujourd’hui une soixantaine de personnes à travers le monde.

Le 1.7.2019 alors qu’il poursuit sa grève de la faim depuis 24 jours, et depuis quatre jours sous la canicule  sur la place des Nations à Genève, où il vient de donner une interview à la Tribune de Genève, ses amis A. M. et M. H., en présence du journaliste, constatent l’extrême faiblesse et une chute importante de la pression sanguine de Brita Hagi Hassan et décident d’appeler une ambulance, qui l’emmène vers 15h00 heures vers les HUG (voir l’article de la TdG du 0107.2019).

Un peu plus tard, A. M. et M. H. se dirigent vers l’hôpital cantonal de Genève pour rejoindre leur ami et héros de la révolution syrienne.

Entre-temps, c’est un homme épuisé qui se présente aux urgences des HUG. Brita nous a raconté ce qui s’est passé à l’hôpital:

« A l’hôpital j’ai dû attendre environ une heure et demie sans que quiconque ne s’occupe de moi. J’ai alors appelé pour avoir un verre d’eau, sans qu’il y ait de réponse. Finalement un infirmier a eu pitié de moi et m’a amené un verre d’eau. J’étais tellement mal que je ne pouvais même pas me lever pour aller chercher de l’eau moi-même, j’étais incapable de faire deux pas. J’ai appelé encore une fois pour qu’on s’occupe de moi mais on m’a dit que je devais attendre mon tour, parce que, m’a-t-on dit, ll y a avait des cas plus graves que le mien. Nous étions deux à attendre aux urgences. Et pourtant mon dossier de transfert en ambulance mentionnait mon malaise et le fait que j’étais au 24e jour de ma grève de la faim. Alors j’ai demandé que l’on me ramène sur la place des Nations. Ils ont refusé. Mon état de santé physique et psychique était vraiment très mauvais. Alors j’ai élevé la voix pour qu’on me ramène là-bas ou bien chez l’ami qui me logeait. Ils ont alors appelé la sécurité de l’hôpital. Je leur ai demandé encore une fois, calmement, de me ramener en ambulance. Ils ont refusé et ils ont déchiré la fiche d’entrée établie à mon arrivée aux urgences. Ils m’ont ensuite traîné comme un criminel pour me sortir de l’hôpital. Je leur ai dit que leur manière de me traiter était contraire aux valeurs humaines et ressemblait davantage aux manières de criminels qu’à celles d’agents de sécurité d’un hôpital. J’avais dit cela également au médecin. Il y a une vidéo enregistrée qui montre comment j’ai été mis à terre par deux agents de la sécurité de l’hôpital, qui m’ont également donné des coups. J’ai eu tellement mal au bras qu’il m’a semblé s’être cassé. J’ai ensuite été menotté par la police et mis dans leur voiture. Un policier s’est assis à côté de moi. J’avais très soif, alors lorsque j’ai vu une bouteille d’eau dans la voiture j’ai demandé à boire. Le policier a refusé. Alors je l’ai traité d’inhumain et de criminel et j’ai reçu des coups en contre partie.»

En arrivant à l’hôpital A. M. et M. H. voient avec horreur Brita se faire molester par plusieurs individus en uniforme. A. M.: ”En voyant Brita se faire agresser, j’ai cru qu’il s’agissait de membres de la sécurité du régime Assad et je me suis précipité pour protéger Brita, j’ai vu ensuite la police arriver ce qui m’a rassuré….”.

M. H., lui, s’est lui mis à filmer. Les autres agents lui ont alors demandé s’il s’agissait d’une vidéo live et l’ont mis en garde contre une diffusion sur les réseaux sociaux.

La suite est connue, intervention musclée de la police et détention de Brita jusqu’à 4h du matin, ayant tenu à déposer plainte pour agression sur une personne déjà mal-en-point, plainte opportunément précédée par une plainte déposée par la sécurité de l’hôpital contre Brita….. Allons donc, un homme venu aux urgences pour cause d’épuisement, après 24 jours de grève de la faim, et 4 jours de sit-in sous la canicule, qui tient à peine debout, mettant à mal deux molosses de la sécurité? Quelle blague!

Interrogé après coup sur la suite à donner, Brita nous a dit: « N’oublions pas que notre cause c’est d’abord la protection des civils à Idlib et la justice pour le peuple syrien».

A. M. a lui été maintenu en garde à vue puis présenté au procureur général et condamné avec sursis, sans que la justice ne souhaite voir la vidéo pourtant connue lors de l’interrogatoire de Brita Hagi Hassan. A. M. n’a pas tout de suite demandé d’avocat, sûr, parce qu’innocent, qu’il allait être libéré sans suite, comme le lui répétait l’un des policiers du poste de la Servette. Il a finalement été libéré le 2 juillet vers17h00.

Voir les autres articles de la tdg à ce sujet:

L’ancien Maire d’Alep se fait expulser de force des HUG

Expulsion de l’ex-Maire d’Alep: les HUG assument

« La sécurité à l’hôpital, oui, mais pas avec des videurs! »

 

Sauvez les Civils à Idlib, dernier espace de survie

Revenons brièvement sur les étapes de la déportation des Syriens depuis le début de la révolution en mars 2011: 

  • En 2012 Baba-Amr, quartier assiégé à Homs, a été bombardé par le régime Assad, les civils ont été déportés et aussitôt ciblés sur le chemin de l’exode…
  • En 2013 Al-Qusseir, ville assiégée de la région de Homs, a été bombardée par le régime Assad et le Hezbollah, les civils ont été déportés et aussitôt ciblés sur le chemin de l’exode…
  • En 2014 la ville de Homs (14 quartiers), assiégée et affamée, a été bombardée par le régime Assad et ses alliés, les civils ont été déportés, cette fois vers la campagne-nord  de Homs ou vers Idlib…
  • Dès 2014, Idlib a accueilli les déportés de toutes les régions syriennes de protestation… 
  • Rappelons-nous aussi des bombardements barbares sur Alep en 2016, cette fois avec l’aide de l’aviation russe, et les civils ont été une fois de plus déportés vers Idlib
  • Ensuite ça a été le tour de la campagne-nord de Homs, d’al-Waer à Homs, d’al-Ghouta et des villes de la région de Damas…
  • Finalement Daraa a subi le même sort…
  • Même des réfugiés de Ersal au Liban ont été déportés vers Idlib.

Depuis 8 ans, le monde entier assiste en silence aux massacres perpétrés par Assad et ses alliés, avec toujours le même prétexte, écraser les extrémistes, d’ailleurs souvent préalablement libérés et cofinancés par le régime. Cependant Assad et Poutine ciblent spécialement les civils, seul vrai danger pour leur longévité, parce qu’ils représentent la démocratie. Et ce  silence complice, Assad et Poutine, tous deux criminels de guerre, le considèrent comme un permis de tuer en toute impunité.

Aujourd’hui l’aviation russe et celle d’Assad bombardent Idlib pour essayer d’en finir avec la révolution. Plus de 3,5 millions de Syriens habitent cette région surpeuplée. Avec une frontière hermétiquement fermée les civils ne trouvent plus où aller… sauf à l’ombre des oliviers près de la frontière avec la Turquie.

Genève le 08.06.2019

En seulement 6 semaines de bombardements le Réseau Syrien des Droits de l’Homme a documenté:

  • Plus de 340 civils tués,
  • plus de 932 civils blessés, 
  • plus de 29 attaques contre des institutions médicales,
  • plus de 15 attaques contre des centres des casques blancs,
  • plus de 58 attaques contre des écoles,
  • plus 8 attaques contre des marchés.

Genève le 08.06.2019

Des familles entières ont été décimées… 

Une mère reçoit ce qui reste de ses enfants dans un carton…

Un père de 4 enfants perd trois de ses enfants: deux jumelles de 4 ans et un garçon de 9 ans avec sa mère en un seul instant… et sa fille ainée de 14 ans est dans un état grave.

Cette énorme injustice qui dure depuis 8 ans marquera à jamais les générations futures en Syrie… Elle débordera aussi inévitablement sur le reste du monde!

Les Syriens continuent à revendiquer une solution politique, à Genève et non pas en Russie, qui mette fin à la violence et garantisse une transition sans les criminels du régime Assad et sans les factions extrémistes pour permettre aux Syrien.ne.s d’acheminer leur pays vers un Etat de droit, démocratique, et basé sur la citoyenneté de tous. C’est la seule solution pour retrouver une paix juste en Syrie et une véritable humanité dans le monde.

Vive la Révolution syrienne, elle est dans nos coeurs.

Le Régime Assad C’est ça: 9

« … 495 civils ont été tués, dont 264 dans le village d’Al-Baida et 195 à Ras Al-Nabea à Banias… » ( le 2 mai 2013).

Dès le début des manifestations pacifiques en Syrie en mars 2011, le régime syrien a systématiquement utilisé le tir à balles réelles sur les manifestants pacifiques. Les Syriens se sont alors mis à documenter les morts par balle individuellement. Dès 2012, le régime Assad a commencé à commettre des massacres collectifs à caractère ethnique dans les régions de protestations massives. La documentation de ces massacres a alors commencé comme ce fût le cas pour celui d’ al-Baida, après les massacres à Homs et ses environs, à Hama-campagne, à Darayya, à Douma et ailleurs. Ensuite, d’autres massacres ont continué à être perpétrés par le régime dictatorial à al-Ghouta de Damas et à Alep. Demain ce sera le tour d’Idlib et le silence de la communauté internationale  reste toujours le même!

Sarah 12 ans, survivante du massacre d’al-Baida, a été interviewée par Channel4 news en septembre 2013.

A l’occasion du 6e anniversaire de ce massacre dans le gouvernorat de Tartous, FSD a choisi de traduire le paragraphe (pages 1 et 2) du rapport du RSDH (Réseau Syrien des Droits de l’Homme) qui décrit et documente ce crime:


Rapport du RSDH du mai 2013: « Nouveau massacre de nettoyage ethnique du village d’al-Baida dans le gouvernorat de Tartous »

Détails du massacre

Dans le cadre d’un nettoyage ethnique effectué dans le gouvernorat de Tartous, les forces gouvernementales soutenues par les Shabiha ont commis un massacre infâme le 2 mai 2013, considéré comme l’un des massacres les plus brutaux commis depuis le début du soulèvement populaire en Syrie. Selon le RSDH (Réseau Syrien des Droits de l’Homme), ce jour là, 495 civils ont été tués, dont 264 dans le village d’Al Baida et 195 à Ras Al Nabea à Banias.

Suite à ces deux tueries, les forces d’oppression ont adopté une politique systématique visant à déplacer les résidents d’Al Baida et de Ras Al Nabea à Banias par les moyens suivants:

  • Piller chaque maison de tout son contenu. Des dizaines de résidents nous ont informés que leurs maisons avaient été pillées et qu’ils ont vu des camions chargés de meubles et de machines électriques. 
  • Saccager et détruire les maisons. Le citoyen Abu Mohammad de Ras Al Nabea nous a informés que «les milices sectaires ont saccagé sa maison et des dizaines d’autres maisons dans le quartier et  en ont cassé les murs. Les milices ont tiré des coups de feu sur tout ce qui était difficile à emporter tel qu’un climatiseur mural, un réfrigérateur encastré dans un mur ou un placard « , l’ONU peut facilement le constater grâce aux images satellites.
  • Mener une vaste campagne d’arrestations visant à arrêter de nombreuses familles du quartier de Ras Al Nabea et du village d’Al Baida.
  • Commettre des massacres comme celui du 21 juillet 2013. Nous affirmons qu’il s’agissait d’un plan systématique et ces incidents allaient se reproduire, vu le terrible silence international, que  le dictateur allait considérer comme un feu vert.

Samedi 20 juillet 2013, un groupe de Shabiha a encerclé un bâtiment habité par de jeunes hommes du village d’Al Baida qui avaient décidé de rester au village après le massacre de mai et qui auraient été sous surveillance des services de renseignements du régime syrien. Au moment du repas, au coucher du soleil (rupture du jeûne), les services de renseignements et les Shabiha ont tenté de pénétrer dans le bâtiment et un échange coups de feu a commencé entre eux et les jeunes hommes encerclés dans le bâtiment. Deux des jeunes hommes ont été tués et plusieurs autres blessés pendant l’attaque.

Le lendemain matin, dimanche 21 juillet 2013, vers 6 h 30, les Shabiha et ce qu’on appelle «l’armée de la défense nationale» (milice paramilitaire) ont attaqué le village d’Al Baida et sont allés directement chez le citoyen Oussama Fatouh et ils l’ont tué de sang froid, puis ils ont brûlé sa femme et ses enfants. Les images montrent les corps des enfants brûlés dans cet horrible crime qui relève du nettoyage ethnique.

Les Shabiha se sont également rendus sur le terrain agricole d’ Al Baida appartenant à l’Imam de la mosquée Al Qarir, Cheikh Osama Tawfeeq Al Asser né en 1965, et ils l’ont exécuté avec une balle dans la tête.

Le SNHR a documenté la mort de 14 civils, en plus des 2 morts pendant l’attaque, parmi eux 6 enfants et 4 femmes (voir les noms des victimes dans le rapport en anglais, en page 2).

Le Régime Assad C’est ça: 8

« Majed al-Assami avait été touché par un coup de feu et il portait des signes de torture sur son corps, subies peu avant sa mort. »

Aucun activiste de la révolution syrienne ne sera en sécurité en Syrie sous le régime Assad!

Les activistes de la révolution syrienne sont aujourd’hui persécutés en Syrie. Toutes les régions qui ont vécu des protestations fortes dès le début de la révolution en 2011 sont passées par une période de siège, de famine, puis de bombardements intensifs qui ont conduit à leur destruction et plus tard au retour du contrôle du régime syrien. Quant aux habitants de ces régions, en particulier les activistes, ils ont dû choisir entre la déportation vers le nord syrien et le danger constant en faisant le choix de rester chez soi. Ce dernier choix signifie le passage par une procédure de « régularisation sécuritaire », auprès des Moukhabarat, qui ne garantit en rien leur sauvegarde immédiate ou à plus long terme. La déportation, pour ceux qui l’ont choisie, les a conduits elle à revivre l’intensification des bombardements dans le nord syrien (Idlib), sans ignorer les conditions de vie atroces dans le nord. Ceci a conduit plusieurs activistes à reprendre contact avec des personnalités de leur région natale pour faire la procédure de régularisation et retourner vivre chez eux. En arrivant chez eux, ils se sont faits arrêter ou bien assassiner. Ce fut le cas de Samer Sayasneh, l’un des enfants de Daraa qui avaient été arrêtés par les Moukhabarat en février 2011 pour avoir déclenché l’étincelle de la révolution, qui s’est fait arrêté à Damas récemment sur le chemin du retour. Ce même destin a déjà été celui de plusieurs activistes de la région de Homs et d’autres régions. C’est aussi le cas actuellement des déplacés internes du camp assiégé al-Roukban qui ont accepté de retourner chez eux pour fuir la famine imposée au camp. 

Ceux qui avaient fait le choix de rester chez eux et donc de passer par une procédure de « régularisation sécuritaire » n’ont pas eu plus de chance. Ce fut le cas très récent de l’activiste Majed al-Assami qui est resté chez lui dans la région de Daraa depuis juillet 2018 et qui vient d’être assassiné.

FSD a choisi de traduire un article à ce sujet publié dans le site d’information almodon.com.

Majed al-Assami, source de la photo

 

Daraa: le régime est accusé de l’assassinat de l’activiste en média

Majed al-Assami

Article de almodon.com, publié le 16.04.2019, traduit de l’arabe par FSD.

Des militants de l’opposition ont accusé, ce mardi (16.04.2019), le régime syrien d’avoir assassiné Majed al-Assami, activiste médiatique de premier plan, à Daraa, en dépit d’une « régularisation » de sa situation, ceci en dépit de l’accord de réconciliation qui a été agréé dans le gouvernorat de Daraa.

Des pages locales des réseaux sociaux de Daraa ont indiqué que ses parents ont retrouvé lundi dernier le corps d’al-Assami sur la route reliant les villes de Yadoudeh et de Muzayrib à Daraa-campagne, après sa disparition il y a quelques jours alors qu’il se dirigeait vers la ville de Tafs. Tandis que d’autres activistes ont déclaré qu’al-Assami ne se cachait pas, et qu’ il a été arrêté par les forces du régime à un barrage routier dans la campagne de Daraa.

Les médias de l’opposition ont rapporté qu’al-Assami a été touché par un coup de feu et que son corps montrait des signes de torture subie peu avant sa mort. Les activistes syriens ont déclaré que les circonstances de la disparition d’al-Assami, typiques de la manière des forces du régime de liquider les activistes, ne laisse aucun de doutes quant à la responsabilité du régime dans sa mort.

Al-Assami, originaire de Dael à l’ouest de Daraa, a contribué à la révolution syrienne dans plusieurs domaines. Il a documenté et porté la voix des enfants en souffrance dans les camps des déplacés internes et il a été actif dans l’aide humanitaire pour ces enfants par le biais des organisations avec lesquelles il travaillait. Il a aussi été membre du conseil local de Dael pendant la période qui a précédé la mainmise du régime sur Daraa à la fin du mois de juillet 2018. Il a ensuite choisi de ne pas accepter le déplacement forcé vers le nord et il est resté chez lui jusqu’à son assassinat.

En 2016, il avait été kidnappé par Daech qui contrôlait le bassin du camp de Yarmouk. Il a été libéré quatre mois plus tard avec six autres détenus, ceci à la suite de négociations entre l’armée syrienne libre et Daech.

Les assassinats et les arrestations d’anciens activistes se multiplient dans les zones de « réconciliation » depuis le retour du contrôle du régime dans ces zones. Les promesses des Russes pour la sauvegarde de tous les habitants qui auront passé par la procédure de « régularisation sécuritaire » sont restées sans effet aucun. Certains d’entre eux ont fini par quitter ces zones pour rejoindre le nord de la Syrie ou les pays voisins.

Le Régime Assad C’est ça: 7

« Les tortionnaires tapaient la tête d’un détenu contre le sol comme si c’était une balle qu’ils faisaient rebondir par terre. Soudainement on a entendu un râle suivi d’un silence et ensuite les voix des geôliers qui disaient: c’est fini, c’est fini, l’animal est mort. » dit Lola

Une fenêtre sur la souffrance des femmes syriennes dans les prisons d’Assad

Film documentaire du site Zaman Alwasl, .

Traduit de l’arabe par FSD. 2e partie de la traduction des témoignages du film.

Les arrestations arbitraires:

Début 2011, lorsque les Syrien.ne.s sont sorti.e.s dans les rues pour manifester pacifiquement et réclamer des réformes démocratiques, les autorités ont répliqué par la force et par une répression constamment croissante, avec des arrestations arbitraires, des disparitions forcées et la torture. Selon le Réseau Euro-Méditerranéen pour les Droits de l’Homme (REMDH) des milliers de femmes ont alors été arrêtées et beaucoup parmi elles se trouvent aujourd’hui encore en détention.

Selon le REMDH, le niveau de ciblage des femmes en Syrie a atteint l’un des pires niveaux dans le monde.

(Voir la suite de l’introduction et la 1ère partie du témoignage…..)

Selon le REMDH, le niveau de ciblage des femmes en Syrie a atteint l’un des pires niveaux dans le monde.

Témoignages, 2e partie

Témoignage de l’ancienne détenue Aïcha

Aïcha, enseignante. Elle s’est fait arrêter dans sa maison, à Alep. La raison de l’arrestation était son activisme sur Facebook et son soutien aux manifestations. Sa détention a duré 12 mois. Elle a été détenue par les Moukhabarat de la sécurité militaire à Alep, ensuite elle a été transférée à la branche des Moukhabarat nommée « Palestine » à Damas avant d’arriver à la prison centrale de Aadra.

Cause de sa détention: Active sur Facebook en soutien aux manifestations. Durée: 12 mois de détention

L’injustice:

« Ils n’ont aucune pitié. Les cellules de la prison étaient pleines. Certain.e.s  détenu.e.s n’avaient jamais eu la moindre activité politique… personne n’était épargné de la détention. Il y avait même de vieilles femmes, certaines avaient même perdu la raison et n’avaient déjà plus de mémoire, mais il y avait aussi des hommes d’ âge avancé. La torture sans merci n’épargnait personne. On entendait la voix d’ hommes de tous âge, soumis à la torture, qui perdaient parfois conscience, alors un médecin arrivait pour leur administrer une injection pour les ramener au monde des vivants pour qu’ils puissent encore être torturés. »

« Et la misère a commencé… on peut dire que c’était le début de la mort que l’on continue à vivre aujourd’hui. On m’accusait d’être activiste sur facebook et c’était la raison de la torture que j’ai subi. Avec la torture ont commencé les questions, l’humiliation et l’injustice. Cette injustice qui n’a pas de pareil sur cette terre et je pense qu’elle a même dépassé celle vécue sous le règne d’Hitler. J’ai passé 19 jours de détention dans la prison des Moukhabarat de la sécurité militaire à Alep. Nous y avons vu toutes les sortes d’injustice et ce que nous n’avons pas vu de nos yeux nous l’avons entendu avec nos oreilles. Toutes les nuits ils sortaient les corps des détenus décédés emballés dans des couvertures noires

« Les opérations de torture se font en continu jour et nuit. Nous, on pouvait voir tous les jours les détenus suspendus par leurs poignets tout le long du couloir de la prison des Moukhabarat de la sécurité militaire à Alep. »

A la prison de la branche des Moukhabarat “ Palestine”:

« Un matin vers 05:00, nous avons été transférés en bus, les yeux bandés et les bras menottés, de la prison des Moukhabarat de la sécurité militaire à Alep, vers une destination inconnue de nous. On était trois femmes et environ 60 hommes. Pendant tout le trajet on recevait des coups de toute part et les crachats des gardiens qui fumaient et éteignaient leurs cigarettes sur nos corps. J’ai fini par me laisser tomber au sol du bus tellement j’étais épuisée. Durant le voyage, le bus s’est arrêté à Hama et on a appris qu’on allait y passer un jour à la prison des Moukhabarat de la sécurité militaire de Hama. L’endroit était horrible, c’est dans des toilettes que nous, les 3 femmes, avons dû rester. » 

«27 jours plus tard on a repris la route vers l’inconnu. C’est une sensation pénible de ne pas savoir vers quelle destination on est emmené, vers quel abattoir ou vers quelle exécution, on ne le savait pas. Il n’y a pas de mots pour décrire le sentiment qu’on a. On a été transféré cette fois dans une voiture sécurisée. En arrivant, on a su qu’on a été emmenés vers la prison de la branche « Palestine » à Damas. Là on a commencé une nouvelle vie et une nouvelle période de torture malgré le fait que, vu les rapports politiques nous concernant, on était soumises à moins de pression que d’autres femmes. En arrivant, on a vu des cadavres en décomposition et les odeurs qu’ils dégageaient. L’odeur du sang était omniprésente jour et nuit et on entendait continuellement les voix des officiers en cours d’interrogatoires. A chaque fois qu’un détenu torturé criait et appelait Dieu à l’aide, on redoublait la torture. On entendait dire que cette branche était appelée la branche oubliée parce que certains détenus étaient délaissés jusqu’à ce que la mort les emporte. Cette idée en soi nous horrifiait. Nous avons été tellement tabassées, torturées psychologiquement et physiquement, même la douche était utilisée pour nous torturer. Trois d’entre nous ont été tellement tabassées et torturées qu’elles ont perdu la mémoire. L’une d’entre elles l’a récupérée 15 jours plus tard mais pour les deux autres ça a duré plus longtemps.»

« Le cas le plus difficile que j’ai vu c’était une jeune femme de 18 ans qui était avec nous. Cette femme était enceinte lorsqu’elle s’est fait arrêter, mais elle ne le savait pas encore. C’était une personne simple d’esprit qui ne réfléchit pas beaucoup. Un matin où nous allions à la salle de bain, elle a vu qu’il y avait une fenêtre en haut du mûr. Elle a essayé de grimper juste pour voir le ciel dont elle rêvait après une longue période de détention sans voir ni le ciel, ni la lumière et sans air frais non plus. En essayant de grimper, elle est tombée et cela lui a provoqué des saignements vaginaux. Dans de tel cas, normalement, on appelle un médecin ou bien on la transfère à l’hôpital mais à la branche « Palestine » tout ça n’existe pas. Elle a fait une fausse couche sans aucune aide, sauf celle des autres détenues qui ont tenté de l’entourer. Elle semblait en état d’agonie suite à la souffrance extrême qu’elle endurait. Elle a passé toute la journée dans cet état et lorsqu’un geôlier passait, il lui crachait dessus et lui souhaitait la mort. On le suppliait d’appeler un médecin pour elle, mais sans résultat. Finalement elle s’en est sortie malgré le fait que le foetus était déjà dans son 3e mois. Ce qui s’est passé ce jpur là nous a peinées encore davantage, surtout le fait de voir l’absence de toute volonté d’apporter une aide médicale chez les geôliers et leur mépris de la vie des détenues.

La situation la plus dure que j’ai vécue moi-même, c’était lorsque je suis entrée dans un état très proche d’une perte de conscience. Je ne pouvais plus résister à l’épuisement physique, ni aux cris de la torture, à l’odeur du sang, ou même au fait de marcher sur le sang des détenus qui était partout sur le sol. Alors j’ai perdu tout désir de rester en vie. Lorsque finalement j’ai perdu complètement conscience, les autres femmes ont appelé le geôlier qui m’a sortie dans le couloir en me menaçant de coups pour me réveiller. J’ai été abandonnée dans le couloir et j’étais glacée car on était en février. Finalement, il y a eu une personne, soi-disant un infirmier, qui a tenté de me prendre la pression mais sans succès, car elle était très basse. Cet homme est resté à côté de moi en essayant de me parler jusqu’à ce que je puisse ouvrir les yeux. J’ai passé les trois mois là-bas sans avoir la force de faire quoique ce soit… j’étais comme inconsciente. D’ailleurs, toutes les détenues là-bas sont amenées à prendre des positions physiquement très difficiles pour les articulations, en particulier les genoux, au point que nous nous demandions si nous serions encore capable de marcher une fois libérées. Nous avions de sérieux doutes à ce sujet ».

La prison centrale de Aadra

« Finalement l’officier responsable de mon interrogatoire a signé la décision de me laisser sortir à cause de mon état de santé. J’ai cru que j’allais enfin rentrer à la maison. J’ai été surprise de constater mon transfert, avec d’autres femmes, au tribunal des affaires de terrorisme. Ensuite nous avons été attribuées à la prison de Aadra, en dépôt, en attendant la suite. »

Le coût de la liberté

« Actuellement, nous sommes en Turquie et nous avons beaucoup de peine et de difficultés psychologiques. On ne peut pas oublier que les autres détenu.e.s sont toujours dans les cellules dans les sous-sols des Moukhabarat et font face à la torture. La seule chose qu’on peut faire c’est de prier pour leur liberté. »

« Nous nous sommes rangées du côté de ce qui est juste, mais nous n’avons eu personne pour nous soutenir »

« Nous continuons à attendre la libération des autres détenu.e.s qui se trouvent dans les prisons et dans les geôles des Moukhabarat où l’oppression et l’injustice n’a pas de fin. Aucune détenue ne pourra dormir tranquille avant la libération du dernier détenu des geôles du régime Assad. On prie pour qu’ils soient libérés enfin comme nous l’avons été, mais aussi qu’il trouvent une l’aide adéquate à leur sortie. Nous avons tout perdu, mais nous n’avons pas perdu notre bataille pour la vérité et pour ce qui est juste et nous y sommes attachées pour l’avenir de notre pays. Nous continuons à espérer de trouver du soutien pour y arriver finalement. »

Lola al-Agha, mariée et mère de quatre enfants. Elle s’est faite arrêter deux fois, la première elle a été accusée de prendre part aux manifestations et la deuxième suite à l’arrestation de son mari. Elle a passé trois ans en détention. Lors de sa détention elle a été d’abord arrêtée par les Moukhabarat de l’armée de l’air à Alep, ensuite par les Moukhabarat de la sécurité militaire, elle a ensuite été transférée à la branche des Moukhabarat nommée « Palestine » à Damas avant d’arriver à la prison centrale de Aadra.

Lola, mariée et mère de 4 enfants.

L’injustice:

« J’ai demandé à mes voisins s’ils avaient vu mon mari, ils m’ont dit que les Moukhabarat politiques sont venu le prendre le lendemain. Mon mari n’est pas un opposant ni quelqu’un qui dit ce qu’il pense. Il s’occupait juste de ses propres affaires » 

« Le jour de mon arrestation il y avait beaucoup de jeunes hommes arrêtés là-bas et à chaque fois qu’on était amenée à sortir de la cellule on sentait l’odeur forte du sang, ce qui me provoquait à chaque fois une nausée. Avec cette odeur il y avait le sang répandu un peu partour sur les murs des couloirs et sur le sol. On nous donnait des couvertures pleine de vers des cadavres en décomposition et on était obligé.e.s de se couvrir avec. La souffrance psychologique dépassait de loin celle du corps. Tous les jours on attendait son tour pour mourir. On se réveillait avec les cris des hommes torturés lors des interrogatoires. Un jour nous nous sommes réveillées avec les bruits de la torture d’un homme. Les tortionnaires tapaient sa tête contre le sol comme si c’était une balle qu’ils faisaient rebondir par terre. Soudainement on a entendu un râle suivi d’un silence et ensuite les voix des geôliers qui disaient: c’est fini, c’est fini, l’animal est mort. ».

La prison de la branche des Moukhabarat nommée Palestine:

« On a été transférées à la prison des Moukhabarat « Palestine » à Damas. Celui qui y entre peut être considéré comme disparu et pour celui qui en sort c’est comme s’il venait de renaître. En y arrivant je me suis retrouvée dans une pièce ou il y avait 31 femmes »

« J’y suis restée trois mois sans que quiconque ne me demande qui j’étais, ceci me pesait beaucoup.  D’autres femmes sont restées six mois sans que personne ne s’adresse à elles. On se sentait comme oubliées. On pensait qu’on allait y rester à vie. La branche Palestine est synonyme de mort, celui qui en sort, il renaît. »

La prison de Aadra:

« Trois mois plus tard j’ai quitté le siège des Moukhabarat « Palestine » et j’ai été transférée à la prison de Aadra. En arrivant j’ai retrouvé les femmes qui avaient été détenues avec moi dans la branche de « Palestine » et qui en étaient sorties deux mois plus tôt. Nous pensions qu’elles avaient été libérées et qu’elles  étaient rentrées chez elles et j’ai été très surprise de les voir encore en prison à Aadra. Elles étaient toujours en attente d’être appelées devant le juge. Là j’ai pensé que la prison allait être notre vie pour toujours et que notre libération faisait partie de l’impossible et que nous allions être transférées perpétuellement d’un lieu de détention à un autre. »

« 17 jours plus tard j’ai été appelée à comparaître devant le juge. C’était une femme nommée Khouloud , connue pour ses jugements et  l’impossibilité d’être reconnu.e « innocent.e » et d’être « libéré.e » , pour tous les opposant.e.s au régime. Elle a décidé de m’arrêter et j’ai alors passé un an dans la prison de Aadra. Ensuite, il y a eu un changement de juge qui a ordonné ma libération sous caution. Cette caution a été payé et je me préparais à sortir lorsque l’officier de la prison m’a informée que j’étais demandée par la branche des Moukhabarat de la sécurité politique. »

« Le lendemain j’ai été envoyée à la branche de la sécurité politique, l’accueil y fût une pure humiliation et plein d’insultes. » 

Mariam, femme d’intérieur, mariée et mère de deux enfants. Elle s’est faite arrêter lorsqu’elle quittait sa maison suite à la mort de son mari, ciblé par un sniper en essayant d’acheter du pain. La seule cause de son arrestation est qu’elle est une habitante de Daraya. Elle est restée en détention 18 mois. Pendant sa détention elle est passée par les Moukhabarat de l’armée de l’air à l’aéroport militaire de Mazzeh à Damas, par la branche des Moukhabarat des Missions, la branche des Moukhabarat de région avant d’arriver à la prison centrale de Aadra.

Elle s’est faite arrêter en quittant sa maison suite à la mort de son mari par une balle d’un tireur d’élite du régime alors qu’il essayait d’acheter du pain pour sa famille.

L’injustice:

« Là-bas il y avait un homme près de moi, la cinquantaine. Il était assis sur un tronc d’arbre, les bras attachés derrière lui, un sac en plastique noir couvrait sa tête et ses jambes étaient plongées dans une bac rouge plein d’eau. Un homme se tenait à côté de lui avec un câble électrique à la main. De temps en temps, ce dernier plongeait le bout du câble dans l’eau , et là on entendait les hurlements du prisonnier. J’ai assisté à ce spectacle pendant 4 minutes avant que les geôliers ne demandent à leur chef, dans un bureau adjacent, s’il fallait me faire entrer moi d’abord ou bien cet homme torturé. Il leur a répondu: « Amenez-moi d’abord cet homme pour que j’en finisse ». Ils ont trainé le détenu vers le bureau et je pouvais entendre même leurs respirations avant d’entendre les coups qui s’abattaient sur lui. Ces coups étaient tellement forts qu’on pouvait difficilement croire que c’est un humain qui les recevait et non pas un mur. L’homme hurlait de douleur et j’entendais le chef lui demander de reconnaître ce qu’il a fait et lui jurant n’avoir rien fait et n’avoir aucune information à donner. Le chef ordonnat à l’un de ses hommes d’aller chercher le bâton pointu en disant: « Je vais l’empaler pour le forcer à reconnaître les choses! ». Depuis cet instant j’étais à l’écoute du moindre bruit pour savoir si ce que j’entendais était vraiment réel et je priais Dieu, le coeur serré, car j’avais trop peur pour cet homme. Je les ai entendu les apporter le pieu qu’ils ont emmené dans le bureau et ensuite j’ai entendu un cri perçant qui ne ressemblait en rien à un cri humain, un cri indescriptible suivi d’un silence. Le chef a ordonné que cet homme soit ramené dans sa cellule. Ils l’ont trainé comme si c’était un sac poubelle et ils sont passés devant moi… je les ai vu traîner cet homme ensanglanté. »

« Trois hommes se sont mis à me battre avec des tuyaux en plastique dur de couleur verte. Je leur ai demandé la raison de ces coups et ils m’ont répondu « Tu viens de Daraya et tu demandes pourquoi? ». J’ai dit que je n’était pas la seule femme de Daraya à devoir porter les soucis de cette ville. Le responsable de l’interrogatoire a demandé à l’un de ses hommes d’aller chercher un chalumeau en disant: « Ces gens ont la grosse tête et il faut les écraser pour qu’ils comprennent». Lorsque j’ai entendu le bruit fait par la bonbonne de gaz en entrant dans la pièce je leur ai dit que je voulais bien tout reconnaître. Cependant je ne savais vraiment pas ce que j’allais leur dire, je voulais juste éviter d’être brûlée. On m’a demandé des informations concernant mon mari, ils voulaient savoir avec quel groupe il était. Je leur ai dit qu’il n’avait rien à faire avec les groupes armés et que c’était ça la stricte réalité, qu’il était allé ce jour là nous chercher du pain. Je me suis mise à jurer au nom de Dieu. Il m’a dit qu’il fallait laisser Dieu de côté sinon il irait le descendre sur terre. Finalement il a demandé à ses hommes de me suspendre par les poignets. Pour moi être suspendue était moins terrifiant que la brûlure. Deux hommes m’ont trainée vers une pièce, m’ont approchée près du mûr et ils m’ont tordue les bras derrière mon dos avec beaucoup de force en essayant de joindre mes deux mains, mais ils n’ont pas pu. L’un d’eux a dit au responsable: «Monsieur, ses bras sont courts, on n’arrive pas à les joindre ». Le responsable leur a alors ordonné de me les casser si nécessaire. Ils se sont mis à deux à tordre mes bras et ils ont attaché mes poignets derrière mon dos avec une attache en plastique. J’avais un bandeau sur les yeux, je ne pouvais rien voir mais j’entendais le bruit du dispositif qui tournait pour me soulever par mes poignets. Ce faisant j’ai basculé, la tête en bas et mon corps en-dessus. J’ai senti mes bras s’arracher de mon corps. Là j’ai commencé à pleurer et à hurler de douleur en les suppliant de me relâcher. Le responsable de l’interrogatoire a ordonné à ses hommes de me laisser comme ça. ».

………

Postface de l’éditeur:

– Les arrestations ne datent pas de 2011 et la détention n’était pas juste un moyen pour faire face aux protestations. La détention est l’une des pratiques principales qui constituent la nature du régime Assad. Tout le monde sait qu’il y a 13 branches de Moukhabarat en Syrie et chaque branche a sa ou ses prisons. Certaines de ces prisons sont connues et d’autres sont secrètes, certaines sont connues sous un numéro et d’autres par un nom, mais elles sont toutes très actives depuis le début des années du pouvoir de la famille Assad.

– La prison de Aadra est censée être une prison civile mais elle ne diffère pas beaucoup des prisons des branches des Moukhabarat. Toutes ces prisons sont des lieux de détention qui ne sont soumis à aucun pouvoir judiciaire réel et ne respectent aucune loi ou règlement.

– L’arrivée à la prison de Aadra pour les cas de droit commun pourrait être un pas vers la lumière mais il n’est pas toujours certain qu’il mènerait à la liberté. Ceux qui ont acheminé une détenue vers Aadra sont capables de la faire disparaître à nouveau.

– La plupart des prisons des Moukhabarat se trouvent dans les sous-sol, elles sont dépourvues de fenêtres, leurs mûrs sont épais, l’air y est très humide, le sol est imprégné de sang et de larmes et sa poussière n’est rien d’autre que des âmes des détenu.e.s mort.e.s en silence.