Archives du blog

Naissance d’un Mouvement Politique Féminin Syrien de l’opposition

Depuis le 15 mars 2011, les femmes ont participé activement à la révolution syrienne à tous les niveaux et dans tous les domaines. Toutefois elles n’ont pas réussi à s’imposer au sein de l’opposition à la hauteur de cette participation, ceci malgré leur implication politique depuis 2011.
Pour forcer le passage et prendre une part active dans l’opposition aujourd’hui, mais également dans la période transitoire et dans l’avenir de la Syrie, une trentaine de femmes, activistes et politiciennes syriennes, opposantes au régime dictatorial Assad ont lancé le premier mouvement politique féminin syrien qui a conclu son assemblée constitutive à Paris le 24 octobre 2017. Un pas porteur d’espoir pour les femmes mais également pour la future Syrie, car le respect des droits des femmes est nécessaire pour une Syrie démocratique basée sur la citoyenneté. Bien entendu ce mouvement construit sa vision de l’avenir de la Syrie en se basant sur le respect des droits des femmes et en oeuvrant pour garantir leur participation sur la scène politique.

FSD publie ci-après une traduction des conclusions de l’assemblée constitutive du Mouvement Politique Féminin Syrien.

 

La Vision:

L’établissement d’un Etat démocratique pluraliste basé sur le principe de la citoyenneté égalitaire, sans aucune discrimination basée sur le genre, la race, la religion, la communauté, la région ou sur n’importe quelle autre appartenance. Un Etat de droit qui offre l’égalité entre les hommes et les femmes par une constitution garantissant les droits des femmes, pour l’élimination de la discrimination des femmes dans tous les domaines, politique, légal, économique, social et culturel, en conformité avec toutes les conventions et les traités internationaux des droits humains et en particulier la convention CEDAW.

Qui sommes-nous?

Nous sommes des femmes politiques et activistes syriennes qui s’opposent à la tyrannie et réclament la liberté, la justice et la dignité pour tous les citoyens en Syrie. Nous sommes des syriennes qui défendent les droits des femmes dans notre pays. Nous appartenons à différents milieux intellectuels et politiques et à tous les segments de la société syrienne. Nous sommes un mouvement inclusif des femmes syriennes, avec leurs diverses compétences et expériences, qui articule les revendications des Syrien.ne.s croyant aux mêmes principes pour le respect des droits des femmes, pour l’égalité et pour l’importance de l’engagement des femmes et leur participation active dans tous les aspects de la vie et dans toute structure décisionnelle pour la future Syrie.

Principes:

  1. L’engagement à une transformation radicale de la structure de l’Etat, d’un régime autoritaire à un Etat démocratique pluraliste.
  2. L’engagement à une solution politique et pacifique pour la Syrie.
  3. La représentation des femmes avec au moins 30% des sièges dans tous les centres de décisions.
  4. Les négociations doivent respecter le droit international humanitaire et les droits de l’homme; elles doivent se référer à la Déclaration de Genève de 2012, aux résolutions 2118 (2013), 2254 (2015) du Conseil de sécurité et à toutes les résolutions relatives à la Syrie, ainsi qu’à la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies ( 2000).
  5. Le jugement des responsables de crimes et la justice transitionnelle font partie intégrante de la transition politique. Tous ceux qui ont une responsabilité dans le bain de sang du peuple syrien doivent être traduits en justice afin que la Syrie puisse parvenir à une paix globale, juste et durable.
  6. L’articulation des priorités et des revendications du peuple syrien en donnant la priorité aux dossiers humanitaires et politiques suivants:
    – La protection des civils contre tous les actes de violence;
    – La libération des détenu.e.s et la divulgation du sort des disparu.e.s;
    – La levée de tous les sièges et la garantie d’un accès humanitaire continu et sans entrave à toutes les zones dans le besoin;
    – Le retour volontaire et digne des personnes déplacées et des réfugiés dans leurs régions.
  7. Le MPFS est conscient de l’importance de la question kurde en Syrie et il reconnaît qu’aucune solution globale ne peut être trouvée sans un arrangement garantissant les droits de tous.
  8. La période de transition sera régie par des principes constitutionnels respectant les droits des femmes, qui serviront de base pour l’établissement de la constitution permanente garantissant l’intégrité territoriale de la Syrie en tant que terre et peuple, sa souveraineté, son indépendance, l’Etat de droit, la passation régulière du pouvoir, la séparation des pouvoirs, les droits humains et l’égalité de tous les citoyens.
  9. L’assurance de la protection de la diversité dans la société et l’élimination de la discrimination sous toutes ses formes.
  10. Rien de tout cela ne peut être accompli tant qu’Assad et les symboles de son régime restent au pouvoir.

PLAN DE TRAVAIL

Le Mouvement Politique Féminin Syrien est un mouvement à long terme qui sera mis en oeuvre en trois phases:

PHASE 1: CONTEXTE ACTUEL

  1. Établir une présence réelle sur le terrain en Syrie, dans les pays de refuge voisins et dans la diaspora.
  2. Élaborer une stratégie pour renforcer et approfondir les liens du MPFS avec les femmes syriennes à l’intérieur et à l’extérieur de la Syrie, les organisations féminines syriennes, les organisations syriennes des droits de l’homme et les conseils locaux, afin d’intégrer leurs revendications dans les processus politiques et mettre en lumière leurs activités auprès de la communauté internationale.
  3. Des réunions régulières du MPFS (tous les trois ou quatre mois) visant à accroître le nombre de ses membres comprenant, en particulier, des jeunes femmes politiquement indépendantes, des membres de la société civile syrienne et des représentantes d’organisations féminines.
  4. Sensibiliser en particulier les personnes déplacées et les communautés de réfugiés à l’importance de la participation politique des femmes à tous les niveaux.
  5. Campagnes médiatiques et plaidoyer pour obtenir le soutien des Syrien.ne.s et de la communauté internationale.
  6. Fixer un quota minimal de 30% pour la représentation des femmes dans toutes les délégations et les négociations relatives à l’avenir de la Syrie.
  7. Fournir une perspective sensible au genre sur tous les dossiers importants pour la Syrie, y compris: la constitution, le gouvernement transitoire, la justice transitionnelle, les détenu.e.s / les disparu.e.s forcé.e.s, le retour volontaire et digne des réfugié.e.s, le rétablissement précoce et la reconstruction, l’éducation, les médias et la santé.

PHASE 2: TRANSITION

  1. Atteindre 30% de représentation des femmes dans le gouvernement transitoire, les institutions et les entités de prise de décisions.
  2. Appliquer la vision du MPFS à toutes les décisions relatives aux dossiers de la phase transitoire et à leur réalisation sur le terrain.
  3. Participer à l’organe constitutif qui rédigera la constitution permanente pour la future Syrie.
  4. Participer à la mise en œuvre de mécanismes de justice transitionnelle sensibles au genre.
  5. Travailler continuellement avec toutes les catégories de la société syrienne et s’engager avec eux afin de soutenir une constitution qui garantit les droits des femmes.

PHASE 3: FUTURE SYRIE

  1. Cette phase débute avec un référendum sur la constitution permanente du pays, le MPFS oeuvrera pour sa sensibilité au genre.
  2. Participer aux comités chargés d’harmoniser les lois avec la constitution.
  3. Assurer 30% de représentation des femmes à tous les postes de prise de décisions, dans le but d’atteindre la pleine égalité.
  4. Développer des stratégies systématiques pour transformer la culture dominante qui tolère la discrimination sociale, promouvoir la paix civile, répandre une culture de non-violence, et lutter contre le terrorisme.
  5. Inclure dans tous les plans et les stratégies nationaux des mécanismes garantissant la participation effective des femmes dans tous les aspects de la vie, y compris des actions positives conçues pour renforcer cette participation.

La révolution de la dignité, pour atteindre la liberté, la justice et l’égalité, continue!

 

Publicités

Conférence: Deux femmes réfugiées témoignent

A l’occasion de la journée internationale de la femme et du 5e anniversaire de la révolution syrienne, FSD collabore avec Amnesty International, Section suisse, pour l’organisation d’une conférence qui aura lieu dans plusieurs villes suisses entre le 7 et le 12 mars 2016.

A Lausanne,

le 7 mars à 17h15, Université de Lausanne, Amphimax, salle 415

A Genève,

le 11 mars à 18h30, Université de Genève, Uni Mail, salle MS150

A Berne,

un rassemblement  le 12 mars de 16h00 à la place Münsterplatz

Il y aura également des conférences à Bâle, à Zürich et à Berne

————-

Avec Raneem Ma'touq et Amal Nasr

Avec Raneem Ma’touq et Amal Nasr

Plus de 250’000 mort·e·s, des milliers de personnes torturées, plus de quatre millions de réfugié·e·s contraint·e·s de prendre la fuite et 6,6 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays. Le conflit syrien a créé la plus grande crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale.

A l’occasion de la Journée internationale de la femme et cinq ans après le début du conflit en Syrie, Amnesty International donne la parole à deux femmes syriennes qui ont dû fuir les atrocités de la guerre. Raneem Ma’touq et Amal Nasr reviendront sur les causes de l’exil de millions de Syrien·ne·s et raconteront leurs combats pour les droits humains, notamment pour les droits des femmes.

Raneem Ma’touq est une jeune étudiante ayant participé aux manifestations pacifiques en 2011. Elle a été emprisonnée pendant plusieurs mois en raison de son engagement militant et a perdu toute trace de son père, célèbre avocat des droits humains kidnappé en 2013. Elle a trouvé refuge en Allemagne.

Amal Nasr est une militante féministe depuis les années 1990. Elle s’engageait pour les droits des femmes en Syrie avec différentes organisations avant d’être, elle aussi, incarcérée. Elle vit désormais en Suisse depuis un peu plus d’un an, d’où elle continue son engagement pour les droits des femmes syriennes.

ENTRÉE GRATUITE. TRADUCTION ARABE-FRANÇAIS ASSURÉE.

Evénement organisé avec le soutien de l’UNIL, FemmeS pour la Democratie, Terre des femmes, CODAP, Vivre Ensemble, ELISA et Solidarité sans frontières.

Pour la Femme Syrienne, appel à la solidarité

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin, plusieurs organisations ont lancé un appel à la solidarité avec les femmes syriennes réfugiées, déplacées et victimes de la répression. Ces femmes portent aujourd’hui le plus lourd fardeau dans cette guerre en Syrie, elles restent pourtant l’espoir d’un avenir meilleur en Syrie, mais leur voix ne se fait pas entendre.

Quelques chiffres et remarques les concernant :

  • Aujourd’hui plus de 2 millions de femmes et de jeunes filles sont des réfugiées dans le monde,
  • Plus de 150’000 femmes réfugiées sont cheffes de famille et luttent pour leur survie.
  • 4 millions sont des déplacées internes en Syrie.
  • 19’000 femmes syriennes ont trouvé la mort, en moyenne 13 femmes sont tuées chaque jour depuis 4 ans!
  • Les raids aériens avec bombardements de barils d’explosifs menés par le régime syrien constituent la première cause de mortalité et la plus grande menace pour la vie et le mouvement des femmes aujourd’hui en Syrie.
  • Plus de 6’500 femmes syriennes sont détenues dans les prisons du régime syrien et subissent de multiples formes de viols et de violences sexuelles…
  • Dans les territoires sous contrôle de Daech les femmes sont privées de leur liberté, les jeunes filles sont forcées de se marier…

Pour_La_femme_Syrienne

Nous réclamons:

  • L’application immédiate de la résolution N° 2139 du 22 Février 2014 du Conseil de Sécurité, voté à l’unanimité, qui interdit formellement l’utilisation de barils explosifs.
  • Une forte pression internationale sur le régime syrien afin de libérer immédiatement toutes les femmes syriennes détenues mais également tous les enfants détenus.
  • Un soutien mondial aux organisations de la société civile qui aident les femmes dans des zones contrôlées par des extrémistes religieux.
  • L’augmentation de la présence des femmes syriennes au sein des partis politiques de l’opposition d’une façon efficace afin qu’elles puissent faire entendre leur point de vue et leur vision sur l’avenir de la Syrie

Pourquoi faut-il aider les femmes syriennes ?

cit.”Les femmes réfugiées syriennes sont ce qui tient cette société brisée debout. Leur force est extraordinaire, mais elles souffrent seules. Leur voix est un appel à l’aide et à la protection qui ne peut être ignoré “. Angélina Jolie, envoyée spéciale du UNHCR.

Les signataires

ASSOCIATION UNION POUR LA DÉMOCRATIE- France

ASSOCIATION WOMEN NOW FOR DEVELOPPEMENT- France

KURDISH FUTURE MOVEMENT IN SYRIA

REVIVRE- France

FEMMES POUR LA DÉMOCRATIE-Suisse

SOURIA HOURIA- France

LIGUE INTERNATIONALE DES FEMMES POUR LA PAIX ET LA LIBERTÉ

PARTENIA 2000-France

SYRIAN DEMOCRATIC UNION -GAZIANTEP-Turquie

SYRIAN WOME’S NETWORK-GAZIANTEP-Turquie

MNBAR AL CHAM- Turquie

ASSOCIATION BARADA- Turquie

Plus de détail sur la mobilisation de Paris:

 https://www.facebook.com/events/868130236574301/

FSD

C’est pour cette raison que j’ai dessiné la Martyre Rehab Alellawi

Rehab Alellawi, née en 1989, arrêtée le 15 janvier 2013, est morte sous la torture ou exécutée par le régime syrien dans les mois qui ont suivi son arrestation. 
Rehab était étudiante en Génie Civil à l’université de Damas lors de son arrestation. Elle avait participé aux manifestations pacifiques et elle avait été très active dans l’aide humanitaire des déplacés internes et des anciens détenus et leurs familles. 
La photo de son corps a paru parmi les photos de César (un ancien photographe de trois centres de détention de Damas, qui a fait défection en été 2013, et qui a fui la Syrie en emportant avec lui les photos de 11’000 morts sous la torture) qui ont été publiées sur une page spéciale de Facebook « Stand with Caesar: Stop Bashar al-Assad’s Killing Machine« .   
Le frère de Rehab, Aassem, avait été arrêté en mai 2011 et personne ne sait s’il est vivant ou si, lui aussi, fait partie des milliers de morts sous la torture.
Rehab Alellawi, étudiante universitaire arrêtée le 15.01.2013 et morte sous la torture

Rehab Alellawi, étudiante universitaire arrêtée le 15.01.2013 et morte sous la torture

Article de Lama Shammas, publié sur le site Zamane al-Wassel,  le 6 avril 2015, traduit de l’arabe par FSD:

—————–
« L’Artiste Batoul Mohamad dit : C’est pour cette raison que j’ai dessiné la Martyre Rehab Alellawi »

« J’allais me coucher lorsque j’ai vu sa photo et lu son histoire. J’ai alors ressenti le besoin de mettre toute ma tristesse et ma colère sur le papier. Rehab Alellawi m’a frappée d’insomnie, j’ai donc pris un papier et un fusain. Publier la photo de son corps inerte ne me semblait pas adéquat pour préserver sa dignité et par égard pour sa famille dans le chagrin. J’ai voulu parler d’elle d’une façon symbolique pour aborder sa cause et celle des autres détenus qui ont subi le même sort avant elle, tout en respectant leur deuil». Ainsi parle Batoul MOHAMAD qui a retrouvé son envie de dessiner en voyant la photo de Rehab. et se décrit comme une artiste que la vie a éloigné de l’art, et que cette photo a replongé dedans.

La photo du corps de Rehab et son visage dessiné par Batoul. Source le site Zamane al-Wassel

La photo du corps de Rehab et son visage dessiné par Batoul. Source le site Zamane al-Wassel

Ce qui console Batoul c’est qu’un ami commun lui a transmis la reconnaissance de la mère de Rehab. Cette mère qui ne supporte pas de regarder la photo du corps de sa fille et qui préfère la voir dans le dessin de Batoul.
Batoul se confie à Zamane al-Wassel : « Lorsque j’ai vu la photo du corps de Rehab je me suis demandée et si c’était ma sœur ou une parente ou bien une amie proche ? Et si j’étais moi à sa place ? Quelles émotions ont envahi sa mère et sa famille quand ils ont vu la photo de son corps après deux ans de détention? Combien de Rehab se trouvent actuellement dans les sous-sols (des centres de détention en Syrie) et dont nous ignorons tout ? ». Elle décrit les sentiments qu’elle a éprouvés en regardant la photo du visage de Rehab après sa mort, pour le reproduire en dessin : « regarder le visage d’un martyr provoque un mélange de sentiments de tristesse, de colère, d’impuissance, de fracture et de fierté et c’est ce mélange que j’ai essayé d’exprimer dans ce dessin».
Batoul raconte que Rehab lui aurait confié lorsqu’elle dessinait son visage inerte que sa souffrance et celle des autres détenus mériteraient que cette révolution aboutisse en contre-partie. Et elle continue : « Rehab est le miroir qui reflète notre propre impuissance et notre manquement à notre devoir. Elle est une sonnette d’alarme qui nous invite à nous unir pour ceux qui sacrifient leur liberté, leurs rêves et leurs âmes pour notre liberté et nos rêves ».

Violences à l’égard des femmes en Syrie, 5e partie, Témoignage de Kenda

Genève, 25.11.2014
A l’occasion de la journée internationale de l’ONU pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes une conférence spéciale sur la violence contre la femme en Syrie devait avoir lieu à l’ONU le 25 novembre à 10h00 du matin. Les intervenants prévus étaient Noura AL-AMEER, vice-présidente de la coalition nationale syrienne et responsable du dossier des droits humains, Tarek KURDI juriste syrien en droit international et trois anciennes détenues : Alaa, Kenda et Eman. La conférence devait dénoncer les violences que subit la femme syrienne de la part du régime Assad et de l’Etat Islamique (Daesh). Seule Noura Al-Ameer a pu se rendre à Genève, Alaa a elle été retenue à l’aéroport d’Istanbul et les trois autres intervenants n’ont pas pu obtenir de visa. Pour cette raison, la conférence à l’ONU a dû être annulée. FemmeS pour la Démocratie (FSD) a maintenu la conférence publique organisée le même soir, avec la présence de Noura Al-Ameer. Conférence soutenue par Amnesty International- Groupe Uni Genève, Mouvement pour le Socialisme (MPS), site alencontre.org, SolidaritéS Genève.
FSD publie ici les interventions de cette soirée en 5 parties:
1. Intervention de Noura Al-Ameer; 2. Intervention de Tarek Kurdi, par skype; 3. Témoignage de Alaa, lu ; 4. Témoignage de Eman, lu ; 5. Témoignage de Kenda, lu.

Partie 5/5

Kenda, ancienne détenue, de Damas, 28 ans,

Kenda est une activiste dans la société civile et le mouvement de la paix. Elle a été arrêtée durant 2 mois suite à l’événement « les mariées de la liberté ». Elle a été libérée dans le cadre de l’échange avec des détenus iraniens intervenu le 9 janvier 2013.

«C’est parce que nous chantions la paix que nous avons été conduites dans les cellules de l’obscurité.

Notre crime : nous avons mis des robes blanches de jeunes mariées et nous avons eu l’audace de porter, dans le souk de Damas, des banderoles demandant l’arrêt des violences, de la tuerie, et des interventions militaires. Notre mariage s’est terminé dans un centre de détention, dans une pièce simple de 2×3 mètres où l’on a regroupé 24 femmes de différentes régions de Syrie .

Les jeunes mariées de la liberté, Damas.

Les mariées de la liberté, Damas, novembre 2012.

Chacune de ces femmes a une histoire qui témoigne de sa patience et résume l’inhumanité de ce régime répressif et rancunier .

Je vous raconte mon expérience dans le centre de détention. Dans ce lieu, la dignité, l’humanité et toutes les valeurs morales de l’homme sont violées .

Je n’oublierai jamais les cris de Nawal de Homs, torturée pour qu’elle avoue un crime qu’elle n’a pas perpétré de ses mains. Je n’oublierai jamais les cris de Oum Ali et de Oum Ismail et de beaucoup d’autres femmes torturées.

J’ai passé dans ce centre de détention les jours les plus difficiles que j’ai pu vivre.

Dans ce lieu, ta patience et ta force sont mises à l’épreuve. J’aurai beaucoup à dire sur le comportement des geôliers et des interrogateurs, mais je vais vous le résumer : le traitement était très mauvais et sans aucune limite. L’unique mode de communication était la violence et la torture. J’ai vu de mes propres yeux beaucoup de femmes se faire torturer de différentes manières, telles que le câble électrique, le tuyau, la roue et bien d’autres méthodes, puisqu’ils en imaginaient continuellement de nouvelles; sans parler de leur langage fait d’insultes et de blasphèmes, utilisant les phrases les plus grossières.

Dans le centre de détention, tu oublies les fondements de ton humanité. Ce dont nous avons le plus souffert c’est d’entendre les voix des autres torturés, de voir le sang et des lambeaux de peau sur les murs, de sentir l’odeur du sang, de voir les restes des bâtons cassés (nommés par les geôliers “Al-Akhader BRAHIMI” parce que c’est un bâton en plastique de couleur verte et Akhdar signifie vert en arabe).

Souvent nous nous effondrions en pleurs, en entendant les cris de douleur derrière la porte de notre cellule. La pire des tortures c’est d’entendre les voix des autres torturés.

Nous avons passés des jours que je n’oublierai jamais. Nous avons souffert des poux sur la tête et sur le corps, qui se nichaient dans les habits, et nous avons souffert de différentes maladies telles que la grippe, la bronchite, l’empoisonnement, les infections urinaires , etc..

Nous étions affamées, nous attendions la nourritures avec impatience, jusqu’à recevoir un morceau de patate dur comme un caillou.

Nous avions besoin de serviettes hygiéniques pendant les menstruations, et les gardes ne nous les donnaient pas. Nous souffrions encore plus quand nous avions besoin de médicaments à cause des maladies contractées et ils nous privaient de médicaments comme punition supplémentaire.

Deux mois plus tard, nous avons appris que nous allions sortir à cause d’une amnistie ordonnée par Bachar al-Assad. Une fois sorties, nous avons été étonnées d’apprendre que nous avions été libérées suite a un échange de 48 détenus iraniens contre 2060 détenus ( hommes et femmes ) de toute la Syrie.

Je crois que ce régime a montré au monde entier tous ses crimes et ses oppressions.

Nous les femmes Syriennes nous méritons la paix et la liberté, et nous aspirons à ce que notre parole libre atteigne tout humain qui apprécie cette parole et sa signification.

Rendez justice à la femme syrienne qui subit les violences de ce régime, cette femme est le symbole de la patience et de la paix. »

FSD

Lire aussi les quatre premières partie de cet article:

Partie 1/5

Partie 2/5

Partie 3/5

Partie 4/5

Violences à l’égard des femmes en Syrie, 4e partie, Témoignage d’Eman

Genève, 25.11.2014
A l’occasion de la journée internationale de l’ONU pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes une conférence spéciale sur la violence contre la femme en Syrie devait avoir lieu à l’ONU le 25 novembre à 10h00 du matin. Les intervenants prévus étaient Noura AL-AMEER, vice-présidente de la coalition nationale syrienne et responsable du dossier des droits humains, Tarek KURDI juriste syrien en droit international et trois anciennes détenues : Alaa, Kenda  et Eman. La conférence devait dénoncer les violences que subit la femme syrienne de la part du régime Assad et de l’Etat Islamique (Daesh). Seule Noura Al-Ameer a pu se rendre à Genève, Alaa a elle été retenue à l’aéroport d’Istanbul et les trois autres intervenants n’ont pas pu obtenir de visa. Pour cette raison, la conférence à l’ONU a dû être annulée. FemmeS pour la Démocratie (FSD) a maintenu la conférence publique organisée le même soir, avec la présence de Noura Al-Ameer. Conférence soutenue par Amnesty International- Groupe Uni Genève, Mouvement pour le Socialisme (MPS), site alencontre.org, SolidaritéS Genève.
FSD publie ici les interventions de cette soirée en 5 parties:
1. Intervention de Noura Al-Ameer; 2. Intervention de Tarek Kurdi, par skype; 3. Témoignage de Alaa, lu ; 4. Témoignage de Eman, lu ; 5. Témoignage de Kenda, lu.

Partie 4/5

Eman, ancienne détenue, de Homs, 30 ans,
“Je me suis impliquée dans la révolution syrienne depuis son début, dans l’action civile et dans les manifestations pacifiques qui ont eu lieu dans le quartier d’al-Khaldia à Homs.
J’ai travaillé dans le domaine des soins médicaux et j’ai participé aux efforts d’aide à la population. J’ai participé à la distribution d’habits, de nourriture et d’argent aux déplacés, aux familles pauvres et aux familles de détenus et de martyrs.
J’ai été arrêtée une première fois le 24 juin 2012 pour une période de 3mois par les Chabbiha (connus actuellement comme “armée de défense nationale”), qui sont en fait des groupes de mercenaires dont le rôle est de réprimer les manifestations civiles pacifiques.
On nous a emmenées vers des destinations et des maisons dédiées spécifiquement à l’emprisonnement des femmes, on ne nous a pas emprisonnées dans les prisons du régime ou dans les centres de détention des services secrets. Les buts de notre détention étaient, comme les gardiens nous l’ont dit, de nous échanger contre rançon, de nous échanger contre d’autres kidnappées, ou de nous violer.
Pendant notre détention nous avons été torturées physiquement et psychologiquement d’une manière inimaginable, que je n’avais jamais pensé pouvoir exister.
Les gardiens utilisaient l’électricité, le harcèlement sexuel, ils nous brulaient le corps avec des cigarettes et de l’eau bouillante. On nous frappait aussi avec des câbles électriques et des tuyaux. Ils ont coupé nos cheveux, ils nous ont violées collectivement et à répétition. Ils ont aussi tenté plusieurs fois de nous noyer dans l’eau. Par deux fois j’ai eu de forts saignements vaginaux. J’étais très effrayée par les voix et les cris des autres détenues qui étaient continuellement et violemment torturées.

Violences atroces dans les centres de détention pour les femmes enlevées par les Chabbiha.

Violences atroces dans les centres de détention pour les femmes enlevées par les Chabbiha.

Ils ont tué notre humanité, nous avons perdu la volonté de vivre, nous appelions la mort chaque jour. J’ai vu des femmes brutalement déshabillées et violées. Les gardiens les violaient devant nous et les battaient violemment, pour certaines jusqu’à la mort. On laissait alors leur corps dans la même cellule pendant un jour, avec pour conséquence que beaucoup d’entre nous ont tenté de se suicider.
Les gardiens étaient de vrais monstres assoiffés de sang, de revanche et de volonté de tuer. Ils nous donnaient juste assez de nourriture pour ne pas mourir dans la journée.
Des maladies sont apparues parmi les détenues à cause des infections et des blessures laissées sans soins, les poux et la saleté s’ajoutant à l’eau et aux aliments contaminés que consommions ont dégradé notre santé et provoqué de nombreuses entérites.
Lorsqu’on m’a relâchée on m’a mise dans un conteneur d’ordures.
J’ai été arrêtée pour la seconde fois le 3 février 2013 par des brigades armées sectaires non-syriennes, et détenue pendant 10 jours, au cours desquels on m’a volé toutes mes affaires, et l’on m’a battue et fouettée avec des câbles métalliques. »

FSD

Lire aussi les trois premières partie de cet article:

Partie 1/5

Partie 2/5

Partie 3/5

Violences à l’égard des femmes en Syrie, 3e partie, Témoignage d’Alaa

Genève, 25.11.2014
A l’occasion de la journée internationale de l’ONU pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes une conférence spéciale sur la violence contre la femme en Syrie devait avoir lieu à l’ONU le 25 novembre à 10h00 du matin. Les intervenants prévus étaient Noura AL-AMEER, vice-présidente de la coalition nationale syrienne et responsable du dossier des droits humains, Tarek KURDI juriste syrien en droit international et trois anciennes détenues : Alaa, Kinda  et Eman. La conférence devait dénoncer les violences que subit la femme syrienne de la part du régime Assad et de l’Etat Islamique (Daesh). Seule Noura Al-Ameer a pu se rendre à Genève, Alaa a elle été retenue à l’aéroport d’Istanbul et les trois autres intervenants n’ont pas pu obtenir de visa. Pour cette raison, la conférence à l’ONU a dû être annulée. FemmeS pour la Démocratie (FSD) a maintenu la conférence publique organisée le même soir, avec la présence de Noura Al-Ameer. Conférence soutenue par Amnesty International- Groupe Uni Genève, Mouvement pour le Socialisme (MPS), site alencontre.org, SolidaritéS Genève.
FSD publie ici les interventions de cette soirée en 5 parties:
1. Intervention de Noura Al-Ameer; 2. Intervention de Tarek Kurdi, par skype; 3. Témoignage de Alaa, lu ; 4. Témoignage de Eman, lu ; 5. Témoignage de Kinda, lu.

Partie 3/5

Alaa, ancienne détenue, de Homs, 22 ans
“Depuis le début de la révolution j’ai été active dans l’aide humanitaire, ça a été une raison suffisante pour me faire arrêter par le régime Assad.
Dès l’instant où les membres des services de renseignement m’ont arrêtée, ils ont commencé à me frapper. Ils m’ont arrêtée sur le pont du président à Damas et ils m’ont ensuite amenée à la branche de la sécurité militaire 215. Après plusieurs séances de coups et de torture, l’un d’eux m’a fait entrer dans une petite chambre et un homme y est entré après moi. J’ai su plus tard qu’il s’agissait du directeur du centre de détention. Il m’a demandé d’enlever mes vêtements sous prétexte de me fouiller. Lorsque j’ai refusé il m’a frappée et il a appelé cinq de ses hommes pour m’enlever mes vêtements par la force. Les coups et la fouille ne sont pas les seules exactions que subissent les femmes dans les centres de détention. J’y ai vu beaucoup d’autres manières de porter atteinte aux droits humains et perpétrer des crimes à l’encontre de la femme.
Dans ces centres de détention ils torturent les femmes sauvagement, en utilisant l’électricité, les coups sur toutes les parties du corps avec un câble électrifié, la roue (où le corps de la femme est plié en deux et maintenu dans cette position par un pneu), et la suspension du corps par les poignets sans que la plante des pieds ne touche le sol. Le pire est de voir une femme âgée qui se fait torturer à côté de soi, sans égard ni pour son âge ni pour son corps déjà épuisé.

La roue comme moyen de torture  (Photo du site www.vdc-sy.info)

La roue comme moyen de torture
(Photo du site http://www.vdc-sy.info)

Dans ces centres de détention, la torture a plusieurs facettes. En plus des coups, des humiliations et insultes verbales, les repas sont aussi utilisés pour nous torturer. Par exemple, ils nous donnaient les repas dans des sacs pleins de saletés et de poils. Nous étions aussi empêchées de nous laver sauf en acceptant que les gardiens nous lavent le corps. Les vêtements nous étions empêchées de les changer (lorsque nous avions de quoi nous changer) sauf s’ils étaient là pour nous regarder et nous prendre en photo. Alors personne ne voulait plus changer ses vêtements même lorsqu’ils étaient pleins de sang et de poux.
La période des règles était la période la plus dure et la plus difficile. Pendant cette période les femmes supplient les gardiens et se font humilier pour obtenir des serviettes hygiéniques, mais les gardes refusent de répondre à ces demandes. Lorsque les saignements deviennent très forts, le gardien amène un pull en coton ou en laine qu’il a pris de la cellule des hommes, un pull plein de poux et de sang pour contenir les saignements…

Je n’ai pas parlé ici en détail des cas de viol parce que tout ce qui précède est pour moi déjà une sorte de viol.

Moi j’en ai fini avec la détention, je suis actuellement libre, mais là-bas en Syrie il y a des milliers de détenues femmes qui vivent en ce moment même ce que j’ai décrit, et leur avenir reste inconnu.”

FSD

Lire aussi les deux premières partie de cet article:

Partie 1/5

Partie 2/5

Violences à l’égard des femmes en Syrie, 2e partie

Genève, 25.11.2014
A l’occasion de la journée internationale de l’ONU pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes une conférence spéciale sur la violence contre la femme en Syrie devait avoir lieu à l’ONU le 25 novembre à 10h00 du matin. Les intervenants prévus étaient Noura AL-AMEER, vice-présidente de la coalition nationale syrienne et responsable du dossier des droits humains, Tarek KURDI juriste syrien en droit international et trois anciennes détenues : Alaa, Kinda  et Eman. La conférence devait dénoncer les violences que subit la femme syrienne de la part du régime Assad et de l’Etat Islamique (Daesh). Seule Noura Al-Ameer a pu se rendre à Genève, Alaa a été retenue à l’aéroport d’Istanbul et les trois autres intervenants n’ont pas pu obtenir de visa. Pour cette raison, la conférence à l’ONU a dû être annulée. FemmeS pour la Démocratie (FSD) a maintenu la conférence publique organisée le même soir, avec la présence de Noura Al-Ameer. Conférence soutenue par Amnesty International- Groupe Uni Genève, Mouvement pour le Socialisme (MPS), site alencontre.org, SolidaritéS Genève.
FSD publie ici les interventions de cette soirée en 5 parties:
1. Intervention de Noura Al-Ameer; 2. Intervention de Tarek Kurdi, par skype; 3. Témoignage de Alaa, lu ; 4. Témoignage de Eman, lu ; 5. Témoignage de Kinda, lu.
 
 
Genève 25 novembre 2014 Intervention de Tarek Kurdi par skype.

Genève 25 novembre 2014
Intervention de Tarek Kurdi par skype.

Partie 2/5

Tarek Kurdi, directeur du bureau des affaires légales, ministère de la justice, gouvernement provisoire syrien

Les femmes dans la révolution syrienne :
Dès que la femme a pu rêver de la liberté en Syrie au printemps 2011, elle est sortie pour l’exprimer avec des slogans et des chants et elle a commencé à le payer au prix de sa vie et de la vie de sa famille. Ces slogans venant des femmes étaient insupportables au régime syrien, alors il les a réprimés en utilisant des balles réelles et elles sont tombées mortes ou blessées. Il pensait ainsi faire taire leur voix. Lorsque le régime a réalisé son échec, les membres des services secrets et les chabbiha (milices pro-régime) ont commencé les arrestations, les enlèvements et la terreur. Le monde tout entier a assisté alors à l’humiliation des femmes de Syrie et à leur agression dans les rues. Celles qui ont eu la vie sauve ont subi les bombardements par l’aviation et les barils explosifs qui tuaient les femmes avec leurs familles cette fois. Et finalement ce régime a dépassé toutes les lignes rouges en utilisant l’arme chimique et en commettant un massacre horrible à al-Ghouta à Damas.

Quelques statistiques :
Il s’agit des statistiques du ministère de la justice du gouvernement provisoire syrien qui sont relatives aux exactions contre les femmes en Syrie depuis le printemps 2011 jusqu’au 14 novembre 2014.

Permettez moi tout d’abord de présenter mes excuses à chaque victime et à chaque famille, car je vais utiliser la langue des chiffres tout en étant conscient que chaque chiffre représente ici une âme humaine.
Le tableau ci-dessous montre le nombre de victimes parmi les femmes et les filles et les raisons qui ont conduit à leurs décès :

Victimes Parmi les femmes et les fille du 15.03.2011 au 14.11.2014

Victimes Parmi les femmes et les fille
du 15.03.2011 au 14.11.2014

Toutes ces statistiques ne représentent pas le nombre réel des victimes, car le travail de documentation est très difficile en Syrie et comprend beaucoup de dangers, ceci sans oublier qu’il est difficile d’atteindre toutes les régions de Syrie. D’un autre côté documenter les exactions contre les femmes est encore plus difficile car beaucoup de victimes et beaucoup de familles ne souhaite pas en parler. C’est pourquoi nous estimons que les nombres réels sont bien plus élevés que ceux que nous avons pu documenter.

Conventions et lois internationales :
La communauté internationale est consciente des besoins propres de la femme, c’est pourquoi elle a édicté des lois spéciales pour elle, lui réservant ainsi une attention particulière par rapport aux autres civils. Elle a aussi édicté une loi internationale qui force toutes les parties dans un conflit à respecter ces lois concernant les femmes mais également des conventions spéciales pour elles.

Nous savons tous que les filles et les femmes subissent plus que les autres ces temps de guerre à cause de la place particulière qu’elles occupent dans la société mais aussi à cause de leur sexe. C’est la raison de l’établissement d’articles de loi pour leur assurer une protection supplémentaire concernant leurs besoins médicaux et psychologiques particuliers.
C’est ce qu’on constate dans la 4e convention de Genève qui a donné aux femmes enceintes et à celles qui allaitent des garanties en rapport avec leur état de santé. Quant à la loi relative aux droits humains, qui doit être appliquée en temps de paix comme en temps de guerre, elle oblige les Etats à ne pas relâcher leur engagement de garantir le droit à la vie, d’éliminer la torture et tout comportement inhumain ou qui porte atteinte à la dignité humaine. Aujourd’hui, la loi pour les droits humains s’est enrichie de plusieurs conventions internationales ou régionales qui couvrent un large domaine des affaires civiles ou politiques et qui insistent sur certains droits comme l’arrêt de la torture et qui mentionne spécialement des bénéficiaires particuliers comme les enfants et les femmes.

Exactions du régime syrien contre les femmes :
Depuis quatre ans, le régime syrien mène une guerre contre sa population, ne respecte aucune loi internationale, ni aucun de ses engagements envers la communauté internationale.
De plus, il est allé encore plus loin en utilisant les femmes comme arme de guerre. Femmes et enfants ont été utilisés comme boucliers humains. En plus des arrestations des femmes activistes pacifiques, il a arrêté les soeurs, les mères et les femmes des activistes recherchés, ceci afin de les contraindre à se rendre pour être amenés à la mort. Il a aussi inventé un nouveau crime, celui des « snipers » qui ciblent les foetus dans le ventre de leurs mères. Ceci sans oublier les exactions qui se passent dans les sous-sols des centres de détention contre les femmes détenues, allant de la privation de leurs droits les plus basiques, en passant par la torture corporelle et psychique, le viol, et finalement par des grossesses forcées.

Bien entendu le régime syrien empêche les organisations internationales et à sa tête le CICR de visiter les centres de détention et les prisons en Syrie. Je ne vais pas parler plus longtemps des femmes détenues, il suffit de vous dire que plusieurs cas de viols d’hommes en détention sont documentés et je vous laisse imaginer l’enfer que vivent les femmes en détention retenues par ce régime qui a une grande expérience dans le crime.

Mais tout ce qui précède n’a pas suffi à ce régime qui a pourchassé ses victimes jusqu’à dans leurs villages et maisons en utilisant les bombardements à l’aveugle. Il a même ciblé les abris qui abritaient surtout les civils, femmes et enfants. C’est ce qui s’est passé lors du massacre de al-Maljaa dans le village al-Hbeit à Idleb le 31 août 2014. Et ce massacre n’est qu’un exemple des massacres quotidiens et des dizaines de milliers de cas documentés qui attendent que le dépassement de considérations politiques permette enfin d’accéder au tribunal pénal international.

N’oublions pas aussi le siège appliqué par le régime syrien à plusieurs quartiers, villages ou régions, les privant de nourriture et de médication alors que les habitants des ces régions sont des civils et que la majorité se compose de femmes et d’enfants.

Conditions de vie lors de migration forcée :
Pour ce qui concerne les conditions de vie de la femme et de la fille syrienne en cas de migration forcée vers les pays voisins, elles endurent la difficulté de trouver les moyens de subvenir à leurs besoins et aux besoins de leurs familles, surtout avec la diminution croissante de l’aide humanitaire offerte par l’ UNHCR, qui a accentué leur détresse et les a poussées à quitter le chemin de l’apprentissage pour essayer soit de travailler, soit d’aller dans la rue pour tendre la main.

Qu’attendent aujourd’hui les femmes syriennes ?
J’aurais souhaité vous parler aujourd’hui des moyens à mettre en oeuvre pour aider la femme syrienne à trouver sa place sur la scène politique et accéder aux postes à responsabilité ou encore des moyens pour éliminer les inégalités touchant la femme dans notre société… Mais les criminels en Syrie ont un autre avis et ils nous ont amenés à devoir nous contenter de tenter de protéger son droit à la vie et de stopper les exactions contre elle.

Au nom du ministère de la justice dans le gouvernement provisoire syrien, au nom de tous les juristes syriens pour les droits de l’homme et au nom de tous les hommes et femmes libres dans le monde entier, nous promettons ici aux femmes syriennes que nous poursuivrons les criminels, tous les criminels qui ont commis ces crimes à l’encontre des femmes en Syrie pour les juger dans les tribunaux internationaux pour que ces crimes disparaissent à jamais et partout dans le monde et pour que justice soit faite.

Avant de terminer, il me reste un mot à l’intention des coeurs:
Les femmes syriennes continuent à espérer qu’une main leur soit tendue pour sortir de cette catastrophe considérée comme étant la pire de ce siècle… ceci malgré l’incapacité de la communauté internationale à leur venir en aide jusqu’ici.
Les femmes de la Syrie ont rêvé de liberté, leur rêve a tourné au cauchemar effrayant… si vous ne pouvez pas les aider à accomplir leur rêve, aidez les juste à sortir de ce cauchemar.

FSD

Lire aussi la première partie de cet article:

Partie 1/5

Lettre d’une syrienne à l’Oncle Ghassan Sultana, Chrétien de son vivant, Musulman converti à sa mort pour ne mourir que SYRIEN

Mémoire de la Révolution

En hommage à l’Oncle Ghassan Sultana, protecteur des rassemblements de femmes à Damas, un an après sa mort, FSD republie la lettre de Zein Al-Malazi. L’Oncle Ghassan Sultana, Chrétien de son vivant, Musulman converti à sa mort pour ne mourir que syrien.

Aujourd’hui je t’écris à toi et pas sur toi…

Tu nous manques à tous, et tes paroles resteront à jamais gravées dans nos cœurs.

L’Egypte a perdu de sa superbe avec ton départ et le Nil s’en retrouve endeuillé… Mais peut-être que d’ici 40 jours ce chagrin se dissipera et le Nil remplira à nouveau ce monde de vie.. Pour toi… car la vie te va si bien…

Je me rappelle la première fois où nous nous sommes rencontrés, il y avait beaucoup de femmes avec toi et autour de toi.. Je me demandais, était-il possible que l’Oncle les aime toutes ? ou alors qu’elles l’aiment toutes ? Le jour où je t’ai réparé ton ordinateur portable tu m’as expliqué : « Je sortais avec les femmes que tu vois ici en tant que protecteur dans toutes les manifestations et tous les rassemblements à Damas. J’ai toujours été proche des femmes, mais ce n’est qu’avec la révolution que j’ai compris pourquoi. J’ai compris que je me sentais responsable de leur sécurité. Ce sont nos sœurs, nos amies, les symboles de notre dignité et je n’imaginais pas un jour que ces *** (pardonne-moi ces vilains mots que j’utilise toujours facilement lorsque je parle des gens du régime) puissent être d’une telle vilenie et d’une telle bassesse. Un jour, alors que je participais à l’un des rassemblements de femmes, nous nous sommes tous faits arrêté sans exception, moi y compris. J’étais comme paralysé quand les cris de chacune d’entre elles me parvenaient de la pièce voisine sans que je n’y puisse faire quoi que ce soit. J’ai tout essayé, je me suis débattu, j’ai frappé dans tous les sens, alors, pour se débarrasser de moi, ils m’ont crucifié… Regarde les cicatrices que ça a laissé sur mes mains (deux trous noirs étaient visibles sur les mains de l’Oncle). Je ne me suis senti soulagé que lorsque j’ai appris que toutes les femmes avaient été libérées, j’ai alors attendu mon tour tranquillement puisqu’ils ne pouvaient rien faire de moi.

L'Oncle des Syriennes et Syriens révolté(e)s

L’Oncle des Syriennes et Syriens révolté(e)s Ghassan Sultana

Je ne suis pas un coureur de jupons, au contraire, je me sens responsable de ces femmes. Elles sont mes protégées. J’espère être capable de continuer et de pouvoir vivre le jour tant attendu où cette ordure tombera. Ces femmes, je veux assister à leurs mariages à toutes.”

Je t’ai alors demandé, “Et toi mon Oncle ?”, et tu m’as répondu : “Oh moi, votre joie me comblera. Ce sera une belle fin.” Mon Oncle, aujourd’hui toutes ces femmes prient pour toi. Nous n’oublierons jamais ta bonté. Tu as été l’ami, le camarade, le frère, le père et l’oncle, et même, pour beaucoup d’entre nous le bien-aimé. Personne pouvait ne pas t’aimer.

Récitons ensemble un verset du Coran sur ton âme, mon Oncle.

Zein Al Malazi

Traduit de l’arabe par FSD:

https://www.facebook.com/zein.malazi/posts/10153112752505381

Une semaine au Liban, parmi les Syriens

Beyrouth

Ma récente visite au Liban a commencé par une brève visite de deux jours à Beyrouth. A cette occasion j’ai pu rencontrer des amis autour d’un souper sur la terrasse d’un restaurant à al-Hamra. A la fin du repas, tout le monde est parti et alors que j’attendais la facture deux fillettes de 13 ans environ sont passées à côté de notre table sur la terrasse. Elles se sont arrêtées en me disant « stp ma tante on meurt de faim, pourrions nous manger les restes ? ». Comme de coutumes, il y a toujours des restes lors d’un repas syrien partagé. Surprise par la question, je me suis empressée de les inviter: « asseyez-vous et mangez ». L’une d’elles avait l’air vraiment affamée et l’autre était sur la retenue. Je leur ai demandé d’où elles venaient, elles ont répondu de Damas en Syrie. Toutes les deux étaient vêtues de vêtements propres et donnaient l’impression de faire partie de la classe moyenne syrienne. Je n’ai pas caché mon inquiétude de les voir tard la nuit et seules à al-Hamra. Elles m’ont expliqué qu’elles ne pourraient pas rentrer avant d’avoir récolté 10’000 livres (environ 6.50 USD) chacune comme contribution au loyer. A la table voisine deux hommes ont commandé des frites et des boissons sucrées pour les deux fillettes, ce qui m’a d’autant plus inquiétée. Mille questions traversaient mon esprit et je n’osais plus quitter la table avant de les voir prendre leurs frites et déguerpir sans contrepartie à cette offre. L’une d’elles m’a dit : « Tu peux rentrer ma tante… Tu n’y peux rien. C’est notre vie à présent. Que pourrais-tu y faire ?  On doit rester encore un moment à al-Hamra». Quelle désillusion et quelle souffrance !

Finalement elles ont quitté la table et elles ont rejoint un garçon de dix ans environ qui vendait quelques colliers de jasmin, sans doute syrien lui aussi.

La Bekaa

J’ai pris le transport public pour me rendre dans la région de la Bekaa. Quelques barrages de sécurité nous ont ralentis sur la route mais sans vérification systématique des identités ni des bagages. A l’arrivée, j’ai visité le centre d’une organisation qui a pour objectif de faire une étude de terrain relative à la situation des réfugiés syriens et de leur apporter l’aide nécessaire. Selon les données récoltées la majorité des réfugiés syriens auraient perdu tous leurs biens (destruction totale de leurs habitations, véhicules, champs, etc.) et la majorité de leurs enfants n’auraient jamais suivi une éducation scolaire ou bien celle-ci a été complètement interrompue. Lors de cette visite j’ai entendu les préoccupations des travailleurs du centre concernant l’augmentation de la violence familiale, surtout contre les enfants. Je n’ai pas été surprise, car lorsque les besoins de base de l’être humain ne sont pas satisfaits on ne doit pas s’attendre à ce qu’il soit patient avec ses enfants. Quand tous ces besoins manquent (alimentation, habitation, sécurité, survie, dignité, liens familiaux, rêve d’un futur, etc.) les Syriens sont envahis par toutes sortes de sentiments négatifs.

En sortant du centre j’ai pu faire un tour en voiture dans la région et j’ai pu voir les camps de réfugiés syriens parsemés un peu partout dans les environs. Parmi les réfugiés qui trouvent un abri dans ces camps certains sont formés, d’autres étaient étudiants à l’université. La vie au Liban est extrêmement chère et la présence d’un grand nombre de réfugiés syriens a fait exploser les prix. Par exemple: le loyer mensuel d’une chambre dans un très mauvais état avec une salle de bain que l’on n’accepterait pas dans des circonstances normales est de 200 USD. Mais encore, le loyer de l’emplacement d’une tente 5×4 m (20m2) est de 60 USD par mois ! En effet, l’augmentation de la demande laisse la porte ouverte à toutes sortes d’exploitations de la misère syrienne. Le propriétaire d’un terrain qui avait accepté de louer l’emplacement d’un camp de huit mobile-homes pour mille USD par an la première année, demande aujourd’hui six fois plus pour le loyer de la 2e année, laissant les familles dans la crainte de se retrouver à nouveau sans abri. J’ai pu rencontrer l’intermédiaire du propriétaire, Cheikh A., et discuter avec lui de ces familles et de leur crainte. Il m’a confirmé que c’était bien la réalité. Toutefois, il nous a promis de tout faire pour trouver des donateurs qui pourraient prendre en charge ces frais. J’ai également rencontré les réfugiés qui vivaient cette situation et j’ai entendu leur souffrance. Ils disaient avoir quitté leurs villes ou quartiers en pensant partir pour une courte durée mais les mois passent sans qu’ils puissent retourner chez eux. Certains avaient fui al-Qousseir pour Yabroud en juin 2013, par la suite ils ont dû vivre l’exode une 2e fois lorsque Yabroud a été ciblée par Assad, pour se retrouver dans un camp à la Bekaa. Les hommes de ce camp nous ont dit que c’est la peur que leurs filles subissent la violence sexuelle qui les a poussés à quitter la Syrie. Ils ont tout laissé derrière eux: maisons, champs, bijoux et argent et des fois même leurs cartes d’identité. Ces hommes avaient les larmes aux yeux en m’expliquant ce qu’ils ont dû vivre mais aussi leur désarroi de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles. Les femmes de Daraya nous ont raconté l’horreur dont elles avaient été témoins avant de fuir, les bébés tués par les Shabbiha en leur tordant le cou ou alors en leur écartant les jambes pour déchirer leurs corps en deux parties ! De tels récits j’en avais lu les témoignages, mais de voir ces gens en face de moi avec tout leur bagage d’horreur est bien plus éprouvant.

Les réfugiés syriens au Liban inscrits auprès du UNHCR reçoivent 1 Dollar US par personne et par jour comme aide de cette organisation. L’une de ces femmes m’a informé que cette année plusieurs familles s’étaient trouvées privées de cette aide minimale à cause du manque de moyens ! (Le UNHCR ne dispose actuellement que de 22% des fonds nécessaires pour répondre à la crise syrienne).

J’ai également visité un camp dont les tentes sont montées entre deux champs cultivés. Il semble que le propriétaire n’autorise que les familles qui ont des filles à y installer leurs tentes. Il engage par la suite les filles et femmes pour travailler dans les champs à un tarif réduit. Plus généralement, les femmes syriennes réfugiées au Liban semblent trouver beaucoup plus facilement un travail que les hommes (ménage, préparation des légumes avant leur conditionnement, dans les champs, dans l’enseignement pour les enfants, etc.). Un père de famille nous a raconté sa souffrance en Syrie, qui l’a poussé à sortir sa famille du pays, puis ici. Il vient d’un village du nord de Hama qui était bombardé par le régime toutes les nuits dès 23h00.

Camp de réfugiés syriens entre deux champs, La-Bekaa

Camp de réfugiés syriens entre deux champs, La-Bekaa

Ma rencontre avec des activistes pour le soutien psychologique :

Lors de ma visite et d’une formation à l’attention de ces activistes, j’ai rencontré des syriens qui ont fui la Syrie seuls ou en famille. J’ai entendu la douleur des Syriens de se sentir loin des leurs; leurs familles sont éparpillées à travers le monde. Dans ces circonstances douloureuses les liens familiaux absents sont souvent remplacés par des liens d’amitiés aussi forts que ceux de la famille. Ces Syriennes et Syriens musulmans pratiquants montrent une grande ouverture à l’autre. Ils communiquent et partagent leurs opinions et parfois des rires entre hommes et femmes bien qu’avec une certaine pudeur. Un jeune homme a par exemple rencontré deux femmes qui remplacent pour lui ses sœurs et inversement. Tous sont contents d’avoir enfin pu construire des relations avec d’autres syriens grâce à la révolution… l’un d’eux remercie même Bachar pour avoir poussé les Syriens à découvrir ces nouveaux liens.

Les associations syriennes pour l’aide sociale, psychologique et les soutiens en tous genres sont nombreuses. Les syriens et syriennes formés y trouvent parfois un emploi même si le salaire reste très modeste et couvre bien souvent à peine leur loyer. Ils y trouvent une activité qui leur permet d’apporter une aide aux autres syriens ! Le plus pénible pour tous les réfugiés syriens reste cependant l’absence de perspectives d’avenir !

 A. Q.