Archives du blog

Si nous ne sommes plus capables de colère, au moins ayons honte

FSD co-organise, avec le site alencontre.org et les éditions Page 2, le forum L’Autre Genève qui s’inscrit contre « l’indifférence qui œuvre puissamment dans l’histoire. Elle œuvre passivement, mais elle œuvre. » (Gramsci). Ce forum donne la parole à des représentant.e.s de la société civile syrienne dont la voix est volontairement étouffée dans la scène internationale ! C’est le résultat de la politique mafieuse du régime syrien qui trouve un écho dans certaines politiques régionales et internationales.
Amjad Nasser nous parle de la familiarité que nous développons devant les images d’horreur qui nous parviennent de Syrie et questionne nos consciences concernant la responsabilité de chacun dans l’inaction pour mettre fin à ce bain de sang et donc dans la prolongation de la souffrance syrienne.
FSD a traduit, ci-dessous, l’article de Amjad Nasser de l’arabe.
(source : https://www.alaraby.co.uk/opinion/2016/5/1/يا-رايحين-ع-حلب-1 )

————————————–

« Vous qui partez pour Alep… »

par Amjad Nasser

Du temps de la révolution palestinienne armée nous chantions en choeur, et les chansons faisaient partie des nécessités de la grande maison de Damas. Rien ne rapproche comme le chant en choeur qui est aussi une forme de résistance. Même si ce mot est récent dans nos dictionnaires, nos ancêtres utilisaient le mot «djihad» pour l’exprimer,(exprimer quoi?) sans qu’il n’ait nécessairement une signification religieuse. Parce que ce mot existait déjà bien avant la religion (musulmane) qui l’a utilisé pour valoriser l’action qui touchait les cœurs et les âmes. Du temps de la révolution palestinienne armée, la révolution de l’OLP, pas celle de Qassam, nous chantions en groupes, c’était un besoin, pas un dérivatif.

J’avais entendu ce jour-là l’un de nos compagnons chanter Rozana¹, et sous le raisin, dans sa chanson, il y avait des armes et non des pommes comme dans la chanson originale. Notre compagnon ne nous avait pas dit pourquoi il avait modifié la chanson. Je pensais que c’était en relation avec la grande révolution syrienne (contre l’occupation française de la Syrie, qui a commencé en 1925). Ceux qui chantaient ainsi, tout comme notre camarade damascène, étaient les révolutionnaires et les sympathisants parmi les paysans syriens qui leur faisaient passer des armes pour les soutenir dans leur combat contre la puissance coloniale française. Ces armes parvenaient à Alep « Shahbaa », sous le raisin, dans les convois de nourriture.

Alep n’a plus besoin du chant de Rozana pour être présente à l’esprit. Elle est sur tous les écrans de télévision, montrant sa destruction, le sang et les corps de ses habitants, aux Arabes mais aussi aux populations non-Arabes, confortablement installées dans leurs salles de séjour.
Que Dieu s’insurge contre la banalisation de tels évènements. Cette banalisation est plus grave encore que la tuerie elle-même. La banalisation a remplacé la sédition. Rien ne transforme le sang en eau comme le fait la répétition de la tuerie. Faites couler le sang autant que vous le pouvez, vous échapperez à toute punition et «votre ennemi ne saura plus quoi faire de vous. Faire couler un peu de sang est un crime, mais faire couler beaucoup de sang est une guerre. Dans les guerres, on ne se lance pas de fleurs. Les criminels sont jugés, et conduits à la prison ou à la potence, et peut-être décapités dans certains pays. Mais les chefs de guerre, ceux qui tuent en masse, on les décore, avec des médailles. Cette règle se vérifie en Syrie depuis le massacre de Houla², et peut-être déjà depuis les premiers jours de Daraa. Elle se poursuit aujourd’hui avec les massacres quotidiens d’Alep. La recette a été testée et elle fonctionne !
Lorsqu’aucune résolution n’est émise par un seul organisme international concerné par les crimes de guerre, et lorsque les noms des responsables de ces crimes n’apparaissent sur aucune liste de criminels de guerre, listes qui sont sous le contrôle de forces politiques mondiales corrompues, alors les criminels ne craignent personne et répètent encore et encore les mêmes crimes. Mettons le nom d’un seul commandant militaire ou politique syrien, russe ou iranien sur une liste de criminels de guerre, et ensuite observons l’évolution sur le terrain. La guerre ne s’arrêterait pas sans doute, et les catastrophes humaines qui l’accompagnent ne cesseraient pas, mais elles seraient peut-être moins « féroces ».

"Qui se soucie du sang syrien?" Dessin de Mohammad Hamdi. (Mohammadhamwi.com)

« Don’t worry, I’m just another Syrian » Dessin de Mohammad Hamdi. (Mohammadhamwi.com)

Mais qui se soucie du sang syrien? Vraiment qui s’en soucie? Que ce soit le monde arabe ou occidental. Je doute que l’on considère comme du sang ce qui est répandu en Syrie, et comme de vrais blessés les blessés syriens. Si c’était le cas, il y aurait au moins de vrais efforts pour les soigner. Y-a-t-il des secouristes et des équipes soignantes pour ces blessés? Y-a-t-il une goutte de honte, un soupçon de conscience, chez ceux qui dirigent le jeu de la politique internationale ? Ceux qui restent indifférents aux crimes commis dans ce jeu de mort sur la terre des humains. Les cris de douleur et de détresse des victimes, ne parviennent-ils pas jusqu’à l’oreille de tous? Si. Mais, personne ne réagit à leurs appels au secours.
Un poète arabe ancien a dit : « Si tu parlais à un vivant il t’entendrait, si tu soufflais dans le feu il s’illuminerait, mais tu souffles dans les cendres ! ». C’est le cri des morts dans un monde encore plus mort qu’eux. Qui l’entendra ? Dans quelle oreille vivante finira-t-il ?

Tout ce que font les «alliés» et les amis du peuple syrien c’est de publier des déclarations de condamnation, d’ouvrir des portails spécialisés pour la Syrie sur leurs écrans (les nouvelles syriennes sont devenues une «matière spécialisée», comme la physique, ou la chimie) pour un public en baisse constante. La guerre s’est allongée. Les nerfs sont fatigués. L’image d’un syrien mort, blessé, perdu, dont le corps a échoué sur une plage européenne, ne suscite plus ce qu’elle est censée susciter : la colère, pas la pitié, la colère, pas la compassion. Les images de ces êtres humains qui nous ressemblaient, avant que les barils d’Assad ne leur tombent dessus, ont besoin de colère. S’il ne nous reste plus assez de colère alors il faut qu’elles suscitent au moins la honte, pas moins ! Nous devrions avoir honte, aujourd’hui, de ces images, car lorsque nos descendants les auront vues, ils nous diront: avez-vous vraiment vècu ce temps de hyènes, et vous n’avez rien fait ?

—————————

¹Rozana est une chanson populaire qui chante Alep et qui commence par « Vous qui partez vers Alep… »

²Houla, région du gouvernorat de Homs, dont les habitants ont subi le premier massacre collectif de la part des forces du régime syrien le 25 mai 2012. Cette date a marqué le début d’une période de massacres collectifs en Syrie commis par le régime Assad.

Publicités

A moins que ce soit voulu…

Chronique de la Syrie

Ce qui se passe à Alep aujourd’hui est scandaleux.

Quand le gouvernement syrien bombarde les populations civiles dans son propre pays il n’est pas “légitime”, il est assassin. Qu’il soit assisté par la Russie pour le faire n’a rien de surprenant.
Putin applique en Syrie ce qu’il a appris en Tchétchenie, l’assassinat systématique des populations civiles, femmes et enfants si possible, hôspitalisés de préférence. Nabot “tsar” présidant une économie incapable de produire autre chose que ce qu’on trouve dans son sous-sol, ou de l’armement, il aspire sans doute a devenir une star du musée Tussaud, (à l’étage des “serial killers”). Sait-il seulement à quelle fin il bombarde? Probablement pas! Lavrov disait récemment qu’il ne voyait pas pourquoi les bombardements s’arrêteraient, peut-être faudrait-il le lui dire?… des civils, des femmes, des enfants, des vieux, les droits humains…

Est-ce que la communauté internationale objecte?. Non! Sans doute Ban Ki-moon “feels concerned”, comme d’habitude. Sans doute Obama va-t-il nous gratifier d’un nouveau discours sur ce qu’il ne va pas faire, répertoire inépuisable de Mr. “empty talk”, gendarme du monde auto-proclamé, mais “quand ça m’arrange”, au service d’Israel, qui voit d’un bon oeil l’écrasement du peuple syrien, qui accessoirement occulte celui du peuple palestinien.

ça a été dit, répété et plus que prouvé, le régime Assad et ses associés russes, iraniens, Hezbollah et autres milices, sont responsables de plus de 90% des morts civiles en Syrie. Le régime Assad est le concepteur, co-créateur, actuellement principal partenaire commercial de Daesh, et son fournisseur d’armements. Courir après Daesh dans ces conditions, sans se préoccuper du régime, relève du fantasme, à moins que ce soit voulu? Et c’est une question pertinente. Tous les intervenants du conflit disposant d’aviation (Assad, Russie, Iran, la coalition internationale) auraient pu empêcher Daesh d’accéder à Palmyre en mai 2015 et d’en repartir en mars 2016. Personne ne l’a fait, personne ne l’a même tenté. Seules les populations civiles qui fuyaient Palmyre ont été bombardées, et pas par Daesh, par l’aviation russe.

Tant que la communauté internationale accordera la moindre légitimité à des “leaders” comme Assad, Putin et bien d’autres, que ce soit par conviction ou par raison diplomatique, le seul avenir possible pour cette civilisation sera mafieux: enrichissement personnel aux dépens de l’état (le premier signe), extermination des opposants, clientélisme, corruption, etc.

Le remède est pourtant simple, il faut aider la démocratie. Le peuple syrien s’est exprimé clairement, il y a cinq ans déjà, il l’a fait à nouveau dès le début de la trêve, le 27 février 2016, en descendant dans la rue, et son drapeau est vert, blanc, et noir.

"Devant ce peuple, tu n'as pas d'autre alternative que le départ", Panneau de Kafranbel en mars 2016!

« Devant ce peuple, tu n’as pas d’autre alternative que le départ », Panneau de Kafranbel en mars 2016!

Pour eux, et pour nous, commençons par établir une “no-fly zone”, cela dissuadera bien plus de syriens de venir en Europe que toutes les barrières de barbelés, et la démocratie viendra, tôt ou tard, elle a déjà cinq ans de retard, à cause de nous, la communauté internationale, qui ne fait rien.

FSD

La vérité sur la chute de Palmyre (2/4)

Le 20 mai 2015 Daech (Etat Islamique) s’empare de Palmyre, ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, après le retrait de l’armée syrienne d’Assad, préparé une semaine plus tôt. Le convoi de Daech traverse le désert en toute tranquillité sans qu’il soit ciblé par l’aviation d’Assad ou de la coalition internationale. Le 30 mai, Daech fait exploser la prison de Palmyre qui recèle la triste mémoire de tortures sauvages et d’exécutions sommaires des prisonniers des années huitante. Bien plus tard, Daech commence à détruire certains sites archéologiques de Palmyre.
Récemment l’ancien procureur général de Palmyre, Mohamad Qassim Nasser, quitte la Syrie, fait défection et n’hésite pas à livrer des détails révélateurs relatifs à la relation entre Daech et le régime Assad et à l’implication du régime dans la chute de Palmyre.
Il est utile de rappeler ici que Palmyre a rejoint la révolution syrienne très rapidement et qu’elle a été l’un de ses bastions (voir Un oeil sur la Syrie, 21 mai 2015).
FSD publie ici une traduction de l’interview de M. Q. Nasser. Source : http://www.rp-syria.com/blog/archives/56010

***********************
Ex-responsable syrien révèle des détails étonnants sur

la chute dePalmyre et la relation entre

Daech et le régime Assad

(2e partie 2/4)

Palmyre peu avant sa chute

En réponse à la question “Y a-t-il des informations confirmant l’existence d’un accord préalable entre Daech et le régime au sujet de la chute de Palmyre?”, Nasser dit: «Je ne dis pas que ce qui s’est passé à Palmyre résulte d’un marché entre Daech et le régime, et je ne suis pas au courant des détails. Cependant, ce que je dis, c’est qu’un mois avant la chute de la ville, nous avons appris au sein du comité de sécurité de Palmyre (comprenant les dirigeants des services de renseignement et les dirigeants militaires) que Daech attaquerait Palmyre et Al-Sokhna (ville voisine de Palmyre) le 12 mai 2015, et c’était Bachar Assad en personne qui nous en a informé. A la place de préparer un plan pour la défense de Palmyre et pour sa protection et d’y envoyer des renforts militaires, Assad a vidé Al-Sokhna de toutes forces militaires dans le but d’y attirer Daech, pour que Daech en prenne le contrôle, et avance ensuite vers Palmyre. Ce faisant , Assad a exploité ces évènements pour ses propres objectifs malveillants associés à cette attaque ».
Sur ces objectifs, l’ancien procureur général a déclaré «les objectifs d’ Assad sont multiples, mais l’objectif principal, dont j’ai pris connaissance par le directeur de la branche du service de renseignement militaire à Palmyre, l’officier Malik Habib, est le suivant: Habib avait reçu l’ordre, de Bachar Assad personnellement, de planifier un plan sûr pour se retirer de Palmyre dès que Daech attaquerait. Il lui avait aussi demandé de remplir les magasins et les dépôts d’armements pour faciliter l’avance de Daech. Parce qu’une fois que Daech aurait le contrôle de Palmyre et de toutes les armes laissées, Daech continuerait alors vers al-Qalamoun (région de la banlieue de Damas) où il installerait un siège autour de Jaïch al-Islam (groupe armé de l’opposition qui se bat contre Daech) , qui se trouve à al-Ghouta et qui entoure Damas, ceci afin que les deux groupes s’entretuent (Daech et Jaïch Al’Islam) ».
Nasser a ajouté dans le cadre de ce dossier: «dans le cadre de ma fonction judiciaire je rencontrais souvent l’officier Malik Habib. Deux semaines exactement avant que Daech n’attaque Palmyre, il m’a informé que la rumeur de l’arrivée de Daech se répandait dans Palmyre. Je lui ai demandé si cette rumeur correspondait à la réalité, et il m’a confirmé qu’ Assad l’avait convoqué et lui avait demandé de préparer le plan de retrait en toute sécurité de la ville de Palmyre, en cas d’attaque de Daech. Il m’a aussi dit que les forces du régime allaient reprendre le contrôle de la ville quelques mois plus tard».
Nasser a ajouté: « A cette époque là, il n’y avait pas d’accord entre Daech et le régime, à mon avis, mais Assad voulait utiliser l’attaque de Palmyre par Daech pour montrer au monde que cette organisation s’est emparée de cette ville centrale, et qu’elle est en route vers Homs, qu’elle allait exterminer les Alaouites et les Chrétiens, et que les crimes et la destruction des antiquités et la destruction de l’ancienne ville, qui aura été menée par Daech, allait soulever l’opinion publique internationale. Ceci allait diaboliser la Révolution syrienne, ce qui permettrait à Assad de dire au monde que c’était ça la réalité de la révolution syrienne, que Daech détruisait Palmyre, et tuait les Chrétiens et les Alaouites, alors le monde viendrait à lui pour lutter contre cette organisation en Syrie».
A la question: “ Avez-vous des informations sur les personnes qui ont été sommairement exécutées par « Daech » sur la scène du célèbre amphithéâtre de Palmyre, et qui sont apparues dans des passages vidéo diffusés par Daech? “, le juge a répondu: « Après l’entrée de Daech à Palmyre, les agences de presse ont rapporté que cette organisation avait exécuté des dizaines d’Iraniens sur la scène de l’amphithéâtre de Palmyre, et moi je le refute complètement. Il n’y restait pas un seul élément iranien, car deux semaines avant l’entrée de Daech tous les Iraniens ont quitté la ville, et tous ceux qui ont été exécutés étaient de simples soldats ou des éléments des comités populaires (milices fidèles au régime), qui ont été désarmés et abandonnés à Daech pour être exterminés, dit-il. Ensuite le régime pouvait annoncer: “ regardez les massacres commis par Daech “. Je mets Assad au défi de mentionner le nom d’un seul Iranien tué sur l’amphithéâtre de Palmyre. Ceci est un mensonge ».
De plus, le procureur général a déclaré: «Je veux qu’il soit clair que les forces armées du régime à Palmyre excédaient 18 milles combattants bien-armés avec des missiles et des chars, alors que le nombre de combattants de Daech qui ont attaqué la ville, selon les rapports de la sécurité et les gens de la ville, ne doit pas dépasser 600 hommes. Ce qui s’est passé c’est que Bachar Assad a ordonné à ses troupes de se retirer, sans combattre Daech, vers l’aéroport militaire T-four sur la route vers Homs. L’officier Malik Habib m’a assuré que la Russie a informé Assad qu’elle interviendrait pour protéger les Chrétiens et entrer en guerre dès que Daech s’emparerait de Palmyre et se déplacerait vers les villes chrétiennes de Quariteine, Mahine et Sadad près de Palmyre».

La citadelle de Palmyre

                                La citadelle de Palmyre

Plan Dangereux
Le procureur général dit: «Il y a des atrocités et des crimes commis à Palmyre par les troupes russes et les forces de Assad. Le monde ne sait rien à part que Daech a détruit certaines unités militaires du régime. Il est vrai que Daech a fait exploser l’Arc de Triomphe et le Temple historique de Baal dans la ville, mais à Palmyre les bombardements des avions russes et les barils explosifs du régime ont détruit l’ensemble de la ville archéologique, soit beaucoup plus que ce que Daech a détruit. Ces bombardements ont détruit la citadelle de Palmyre, le musée national et d’autres sites archéologiques, ainsi que l’oasis. Mais les agences de presse ne mentionnent pas ça. En plus je tiens à souligner que le bombardement de la Russie et du régime ne vise pas Daech à Palmyre, ils ne tuent que les civils et ils ont provoqué le déplacement de centaines de milliers d’habitants de la ville, aucun élément de Daech n’a été tué sauf ceux qui sont morts par erreur ou par accident. »
Il a souligné que «la Russie n’a pas essayé de récupérer Palmyre, ceci est un mensonge, elle ne fait que détruire la ville et tuer ses habitants et les pousser à quitter leur maisons, et elle oeuvre pour rayer Palmyre de la carte, sans jamais cibler Daech et ses régions. »
Nasser a souligné qu’après sa sortie de Palmyre , son arrivée à Homs, et sa rencontre avec les officiers et les responsables qui y vivaient, il est arrivé à la conclusion que le principal objectif stratégique pour le retrait d’Assad de Palmyre, et pour la tuerie et la destruction qui ont eu lieu dans cette ville, est que «la Russie et le régime veulent chasser les habitants sunnites de la ville et rayer Palmyre de la carte, pour ouvrir la route entre la côte syrienne, le fief de l’Etat local d’Assad, en passant par Homs, vers l’Irak et l’Iran, leurs alliés, et cette zone est pleine de pipelines et de champs de pétrole et sera à l’abri après la disparition de Palmyre. C’est ça le véritable objectif stratégique pour lequel Assad s’est retiré de la ville et l’a laissée à Daech pour y retourner plus tard. »
Le juge Nasser a aussi parlé des détails de la contrebande d’antiquités, il a dit que la contrebande n’était «pas une affaire récente, ni un des effets apparus après la révolution. Je suis l’un des enfants de cette ville. Ceci se passait depuis plus de 10 ans, depuis que le général Sabra al-Khazen, le célèbre contrebandier des pièces archéologiques, est devenu le chef de la branche du service de renseignement militaire à Palmyre. Il y effectuait alors la recherche et le transfert de milliers de pièces archéologiques et assurait leur vente sur le marché mondial, et il partageait les profits avec Hafez Assad et les membres des services de renseignement. »
Et il a ajouté: «Ce qui s’est passé après la révolution c’est que l’anarchie qui a pris place a conduit tous les officiers et les membres des services de renseignement du régime syrien à Palmyre à entrer en concurrence publiquement pour la recherche de pièces et leur vente, ceci avec l’aide de certains contrebandiers locaux. Toutes ces informations me parvenaient, et parfois certains se faisaient arrêter, et je les interrogeais, mais les chefs des services de renseignement intervenaient pour induire l’enquête en erreur et égarer les éléments de preuve, et pour qu’ils ne soient pas mentionnés eux-mêmes dans les enquêtes. Mais les enquêtes confirment que des milliers de pièces ont été volées dans la ville de Palmyre avant et après la révolution, par les services de renseignement. »

Lire aussi: La vérité sur la chute de Palmyre (1/4)

Pour la Femme Syrienne, appel à la solidarité

A l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin, plusieurs organisations ont lancé un appel à la solidarité avec les femmes syriennes réfugiées, déplacées et victimes de la répression. Ces femmes portent aujourd’hui le plus lourd fardeau dans cette guerre en Syrie, elles restent pourtant l’espoir d’un avenir meilleur en Syrie, mais leur voix ne se fait pas entendre.

Quelques chiffres et remarques les concernant :

  • Aujourd’hui plus de 2 millions de femmes et de jeunes filles sont des réfugiées dans le monde,
  • Plus de 150’000 femmes réfugiées sont cheffes de famille et luttent pour leur survie.
  • 4 millions sont des déplacées internes en Syrie.
  • 19’000 femmes syriennes ont trouvé la mort, en moyenne 13 femmes sont tuées chaque jour depuis 4 ans!
  • Les raids aériens avec bombardements de barils d’explosifs menés par le régime syrien constituent la première cause de mortalité et la plus grande menace pour la vie et le mouvement des femmes aujourd’hui en Syrie.
  • Plus de 6’500 femmes syriennes sont détenues dans les prisons du régime syrien et subissent de multiples formes de viols et de violences sexuelles…
  • Dans les territoires sous contrôle de Daech les femmes sont privées de leur liberté, les jeunes filles sont forcées de se marier…

Pour_La_femme_Syrienne

Nous réclamons:

  • L’application immédiate de la résolution N° 2139 du 22 Février 2014 du Conseil de Sécurité, voté à l’unanimité, qui interdit formellement l’utilisation de barils explosifs.
  • Une forte pression internationale sur le régime syrien afin de libérer immédiatement toutes les femmes syriennes détenues mais également tous les enfants détenus.
  • Un soutien mondial aux organisations de la société civile qui aident les femmes dans des zones contrôlées par des extrémistes religieux.
  • L’augmentation de la présence des femmes syriennes au sein des partis politiques de l’opposition d’une façon efficace afin qu’elles puissent faire entendre leur point de vue et leur vision sur l’avenir de la Syrie

Pourquoi faut-il aider les femmes syriennes ?

cit.”Les femmes réfugiées syriennes sont ce qui tient cette société brisée debout. Leur force est extraordinaire, mais elles souffrent seules. Leur voix est un appel à l’aide et à la protection qui ne peut être ignoré “. Angélina Jolie, envoyée spéciale du UNHCR.

Les signataires

ASSOCIATION UNION POUR LA DÉMOCRATIE- France

ASSOCIATION WOMEN NOW FOR DEVELOPPEMENT- France

KURDISH FUTURE MOVEMENT IN SYRIA

REVIVRE- France

FEMMES POUR LA DÉMOCRATIE-Suisse

SOURIA HOURIA- France

LIGUE INTERNATIONALE DES FEMMES POUR LA PAIX ET LA LIBERTÉ

PARTENIA 2000-France

SYRIAN DEMOCRATIC UNION -GAZIANTEP-Turquie

SYRIAN WOME’S NETWORK-GAZIANTEP-Turquie

MNBAR AL CHAM- Turquie

ASSOCIATION BARADA- Turquie

Plus de détail sur la mobilisation de Paris:

 https://www.facebook.com/events/868130236574301/

FSD

UNE NOUVELLE « LEGITIMITE » POUR ASSAD?

Chronique de la Syrie

Fort de sa nouvelle pseudo-légitimité, Bachar Al-Assad innove pour le 4e anniversaire de la révolution: des barils chimiques pour les enfants de Sarmine (Idleb), après ceux d’al-Ghouta (Damas) en août 2013.

La nuit du 16 au 17 mars, à l’occasion du 4e anniversaire de la révolution syrienne, Assad a envoyé un cadeau spécial vers le nord de la Syrie, en territoire libéré de son contrôle: un bombardement par l’aviation militaire avec utilisation de barils d’explosifs avec des gaz mortels sur les régions d’Idleb (Sarmine et Salqine). Le nombre de blessés à Sarmine est d’environ cent personnes dont des enfants et une famille entière a déjà trouvé la mort (les parents avec trois enfants en bas âge et la grand-mère). Ce nombre est susceptible d’augmenter dans les heures qui suivent. A Salqine, on ne rapporte pas de blessés pour l’instant.

Attaques chimiques du régime syrien sur Sarmine le 17 mars 2015.

Attaques chimiques du régime syrien sur Sarmine le 17 mars 2015.

Suite à la déclaration de John Kerry le 15 mars, Assad s’est manifestement senti protégé et donc à l’abri de la justice. Pour tester cette protection nouvellement annoncée, il a utilisé une fois encore les armes chimiques à Idleb. Aujourd’hui, il est sans aucun doute prêt à exterminer toute la population des régions qui ont échappé à son contrôle pour étouffer la révolution et récupérer le pouvoir sur tout le territoire syrien.

Nous adressons donc ce message à tous les politiques, diplomates et parlementaires des pays occidentaux qui se disent partisans de la liberté et des droits de l’homme : « Si vous allez à Damas pour serrer la main du dictateur criminel qui a les mains souillées du sang syrien, sachez que vos mains en seront tâchées pour toujours. Vous deviendriez ainsi complices de crimes contre l’humanité ! ».

Témoignage de l’intérieur :

« J’espère que ces photos ne dérangent pas trop ceux qui œuvrent à l’élimination du peuple syrien en silence et sans scandale. Je vous jure que ces enfants ne sont pas des terroristes, ne sont pas contre “la résistance à Israël”, ne sont pas des partisans de Daech (ISIS). Je publie leurs photos ici en souvenir d’eux, car ils nous ont quitté pour toujours. Je ne sais pas si le fait de les tuer par gaz mortel apporte une solution ou si cela représente une victoire militaire définitive… si c’était le cas alors la paix soit sur leurs âmes, car leur mort serait justifiée pour mettre fin au « complot contre le régime »…

Je n’ai aucun espoir que la conscience humaine se réveille, je n’appelle pas non plus à la vengeance. Celui qui les a tués est lui aussi un être humain comme nous et il a des enfants comme ces enfants et je n’accepterais pas que ses enfants payent le prix de sa colère contre nous… nous n’avons que la patience et nous ne disons que ce qui satisfait Dieu.

Mais excusez-nous car nous avons perdu la raison et ne soyez pas surpris de voir une augmentation sensible du nombre de Syriens qui meurent des effets secondaires de cette oppression, parce que mourir d’une crise cardiaque est mille fois plus simple qu’une mort lente mille fois par jour.

J’adresse mes condoléances aux syriens du gouvernorat d’Idleb, à Sarmine, Qumeinas, Kafr-Takharim et Salqine et à chaque mère qui a perdu un fils ou un frère, un mari, un père ou qui a perdu toute sa famille d’un coup… Nous n’avons de soutien que Dieu. »

Autres liens :

Rapport détaillé du centre Insane pour la documentation

https://www.facebook.com/video.php?v=456660464486975

https://www.facebook.com/sarmeeen.cor

http://www.thesyriannetwork.net/2015/03/17/10155496031460732/

https://www.facebook.com/pages/%D8%AA%D9%86%D8%B3%D9%8A%D9%82%D9%8A%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%AB%D9%88%D8%B1%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%B3%D9%88%D8%B1%D9%8A%D8%A9-%D9%81%D9%8A-%D9%82%D9%85%D9%8A%D9%86%D8%A7%D8%B3-%D8%A7%D8%AF%D9%84%D8%A8/383670811698551

FSD

Le terrorisme de Daech tout le monde en parle, le terrorisme d’Assad plus personne n’en parle

Contribution de FSD lors d’un séminaire à Zürich, le 11 octobre 2014

Actuellement et depuis la formation de la coalition internationale, les médias nationaux et internationaux parlent beaucoup de l’Etat Islamique (Daech selon l’acronyme arabe), de sa terreur et des frappes de la «coalition internationale». On a l’impression qu’il ne se passe plus rien, ailleurs, en Syrie.

Résumé de la situation en Syrie d’Assad actuellement :

Le régime-clan de Bachar al-Assad continue de bombarder les différentes régions de Syrie (gouvernorats de Alep, Idleb, Hama, Homs, Damas-Campagne et Damas, Daraa, al-Quneitra,…) en utilisant toutes sortes d’armes :

  • Barils explosifs (TNT avec fragments de métaux) qui causent beaucoup de destruction, font de nombreux blessé·e·s graves et multiplient les morts parmi les civils (partout Alep, Hama, Idleb, Homs, Damas-campagne, Daraa, al-Quneitra, etc.…). Ces engins de mort sont moins chers et de fabrication locale!
  • Missiles sol-sol. Ces missiles ont été utilisés depuis 2012 pour cibler Alep (au nord) depuis Damas (au sud). Actuellement ils sont toujours utilisés. Citons deux cas récents:

Le 8 octobre 2014, sur Al-Waer (quartier de Homs toujours assiégé), deux missiles sol-sol ont été lancés, l’un d’eux a touché un bâtiment d’habitation et a tué une dizaine de civils dont des enfants et plus de 40 personnes ont été blessées.;

Le 10 octobre 2014 al-Harra, à Daraa, a été ciblé par un missile sol-sol qui a tué une dizaine de personnes parmi les civils, dont des enfants.

  • Bombes à fragmentation. Ce genre de bombes cause beaucoup de dégâts et de victimes sans compter les dangers à plus long terme, car dispersés sur le sol les micro-explosifs blessent ou tuent des enfants qui les touchent ou des personnes qui marchent dessus. Le 10 octobre 2014 une bombe à fragmentation a été lancée dans la région d’Idleb.
  • Gaz, donc une arme chimique, continue à être utilisé à petite échelle, entre autres de la chlorine qui, formellement n’est pas incluse dans les «armes chimique». Tout indique qu’il reste des armes chimiques. Le 24 septembre, le lendemain des frappes de la «coalition internationale» (de fait, les Etats-Unis) en Syrie, Aadra (aux environs de Damas) a été touchée par du gaz mortel. Le 10 octobre, Handarate, quartier d’Alep, a été touché par du gaz mortel.
  • Mortiers et roquettes sont toujours utilisés… «sans modération»

Autres armes utilisées 

  • Les snipers, sont toujours en fonction et ce sont des tueurs professionnels.
  • Les Milices sectaires d’Assad et autres groupes étrangers sectaires sèment la terreur, comme le groupe libanais du Hezbollah, le groupe irakien d’Abou Fadl al-Abbas et les combattants des Gardiens de révolution envoyés par le pouvoir iranien.
  • Les enlèvements restent d’actualité.
  • Le siège des villes et des quartiers, la famine et les coupures d’eau. Nous citons ici particulièrement le camp al-Yarmouk, dans Damas, qui est privé d’eau depuis un certain temps. Ce quartier de Damas est initialement un camp de réfugié·e·s palestiniens qui s’est transformé, au cours des ans, en un quartier «urbain».
  • Les arrestations sont plus fréquentes que jamais. Le régime vise les activistes, leurs familles, les humanitaires, les journalistes. Il n’est pas rare de trouver des familles entières dans les centres de détention d’Assad. Prenons, ici, le cas de Racha: Racha, la trentaine, voulait fuir la Syrie pour mettre ses enfants à l’abri. Le 22 mai 2014, elle s’est rendue au bureau des passeports à Damas avec ses trois enfants pour obtenir les documents adéquats. L’aîné de ses enfants est né en 2010 et elle était enceinte de 7 mois. Elle a été arrêtée avec ses trois enfants ce jour-là ; et elle a donné naissance à des jumeaux en détention !
  • Le viol… est une arme de dégradation et d’humiliation terrible et est utilisée contre les femmes ainsi que contre des hommes…
  • La torture qui peut aller jusqu’à la mort. Citons ici le cas de Abdel Rahman FATWA, 26 an, vétérinaire, de Homs, mort sous la torture le 9 octobre après 3 mois de détention à Tartous. Avant lui, son frère Jamal, pharmacien, a subi le même sort en 2011.

Nous voudrions préciser que depuis la prétendue «réélection» de Bachar Assad (début juin, avec 88,7% des suffrages!) et le décret présidentiel d’amnistie générale qui s’en est suivi, 679 détenus ont trouvé la mort sous la torture … Donc, une «moyenne» de 5 par jour.

Il faut souligner un constat depuis le début de la formation de la «coalition», la violence du régime de Bachar al-Assad s’est beaucoup intensifiée.

Que pensent les Syriens de la situation actuelle?

Un journaliste a demandé quelle était la position des Syriens (vivant en Suisse) par rapport à ces frappes, mais aussi par rapport à Daech et ses exactions. La position des Syriens de Suisse n’est pas différente de celle des Syriens de l’intérieur ou d’ailleurs dans le monde. En une formule: «nous partageons la même amertume»

Bien que nous soyons absolument contre Daech et ses exactions, que nous dénonçons avec force, d’ailleurs nous n’avons pas arrêté d’organiser des mobilisations contre Daech et contre Assad depuis l’été 2013, nous ressentons aujourd’hui beaucoup d’amertume par rapport à l’intervention de la coalition emmenée par les Etats-Unis. Les raisons de notre amertume sont les suivantes, parce que la terreur d’Assad dépasse largement celle de Daech et malgré cela «on le laisse tranquille».

Nous constatons que tous les crimes contre l’Humanité, perpétrés largement et systématiquement par le régime syrien contre «sa» population, ne comptent absolument pas dans cette décision de frapper la Syrie. Même pas les 1500 morts par les armes chimiques à al-Ghouta!

D’ailleurs, Assad a assassiné plusieurs étrangers en Syrie sans aucune réaction de la part de la « communauté internationale ». Nous citons en particulier le cas du médecin anglais Dr. Abbas KHAN, chirurgien qui aidait à soigner les blessés à Alep, qui a été arrêté en novembre 2012 et exécuté par le régime en décembre 2013 dans un centre de détention à Damas. Avant lui l’assassinat des journalistes à Homs, le français Gilles Jaquier en janvier 2012, l’américaine Marie Colvin et le français Rémi Ochlik en fév. 2012, n’ont entraîné aucune réaction de ladite communauté internationale non plus. Douze journalistes étrangers ont trouvé la mort par les soins du régime Assad.

Il a suffi par contre que deux Américains, James Foley et Steven Sotloff, soient tués (de manière certes de plus inacceptable) par Daech pour motiver cette intervention, mais contre Daech seulement!

Personne n’a bougé pour protéger les civils en Syrie pendant plus de trois ans de répression sanglante avec aujourd’hui plus de 200000 morts! Nous avons l’impression que la communauté internationale ne «protège» que les individus de certaines nationalités (occidentales surtout) et reste impassible face aux massacres que subit tout un peuple. Mais aussi, il faudrait que le ou les criminels visés soient les bons… or on ne s’attaque qu’à Daech, mais pas au dictateur-assassin Bachar al-Assad et à son clan rapproché !

Quelques données chiffrées pour mesurer la gravité de la terreur d’Assad:

1°. Au cours du seul mois de septembre 2014, il y a eu 2’375 morts en Syrie dont 1707 civils tués à cause suite à la répression du régime Assad, dont 294 enfants. Alors que Daech a tué 350 personnes en Syrie en septembre, dont 120 civils.

Ceci pour dire que le nombre de victimes du terrorisme d’Etat, toléré par la communauté internationale, reste bien plus grand que celui de Daech.

Néanmoins, il est certain qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais terrorisme. Cette comparaison a pour seul objectif d’attirer l’attention sur le fait que le régime Assad est tout autant terroriste, et depuis fort longtemps, que Daech.

2°. Dans cette situation, on a l’impression que la stratégie de la coalition est d’affaiblir Daech et de maintenir la «crise» en Syrie avec une sorte d’alternative institutionnelle au sommet. Y –a-t-il un projet visant à affaiblir l’Armée Syrienne Libre (ASL) ou à la mettre dans une situation encore plus difficile tout en la «contrôlant» (avec deux bases dites d’entraînement au Qatar et en Arabie Saoudite…avec des délais mal définis ; et sous quelles conditions ?

L’intervention en Syrie a été présentée comme des frappes accompagnées d’aide aux combattants modérés sur le terrain. A Kobané (à la frontière avec la Turquie) les civils meurent aujourd’hui et les combattants kurdes manquent de balles ! Personne ne bouge pour leur venir en aide ! Les USA viennent de refuser d’appliquer une zone tampon sécurisée… Alors qu’il aurait fallu appliquer une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie tout entière pour stopper la mort par les bombardements aériens !

4° «On» s’attaque à Daech et «on» laisse les autres groupes terroristes tranquilles… Combattre Daech seule et laisser tranquille tous les autres groupes terroristes chiites (Hezbollah, milices irakiennes et iraniennes) nous paraît très douteux! Si ce n’est parce que des relations avec le pouvoir iranien sont en marche du côté des Etats-Unis et de certains de leurs alliés.

En effet, l’effet de la présence de ces groupes chiites est de transformer la lutte des Syriens insurgés contre la dictature en une lutte sectaire, confessionnelle! Ceci risquerait fort de pousser certains Syriens et autres secteurs de la régions à se tourner vers l’extrémisme confessionnel… Ceci va certainement augmenter le déchirement au sein de la société syrienne et va aussi contribuer à ancrer l’extrémisme et à augmenter des actes de terrorisme, partout dans le monde, peut-être.

Le combat contre Daech augmente la souffrance de la population syrienne en premier lieu

Jusqu’à récemment, les civils syriens étaient les victimes du régime Assad et de ses alliés, mais aussi les victimes de Daech. Aujourd’hui, ils meurent aussi sous les missiles américains et leurs conséquences collatérales! Le premier jour des frappes, plusieurs cas de morts et de blessés ont été recensés parmi les civils (y compris des enfants), en Syrie.

Le 29 septembre 2014, la «coalition occidentale et arabe» a frappé une usine de Gaz et un stock de céréales à Deir Ezzor laissant les civils sans pain et sans combustible pour cuisiner! Nous n’avons pas entendu dire que des avions américains auraient parachuté de la nourriture pour les civils là-bas en Syrie comme ce fut le cas en Irak le 7 août 2014 – dans le Kurdistan, au nord de l’Irak.

Sans oublier que le fait d’oublier le terrorisme du régime Assad, encourage Assad à intensifier la violence et la répression contre sa population, ce qui est le cas aujourd’hui !

Bilan

Plus de morts, plus de blessés et plus de famine… sans espoir de voir enfin quelqu’un s’occuper de protéger les civils en Syrie contre un régime qui n’a jamais arrêté la terreur contre la population depuis plus de trois ans.

Cela ne peut qu’augmenter le ressentiment des Syriens contre les pouvoirs en place aux Etats-Unis et en Europe occidentale.

Craintes des Syriens

Nous ne savons pas ce qui se passe en coulisses. Après l’annonce par la coalition qu’elle ne collaborerait pas avec Assad, ce dernier a annoncé qu’il considérait ces frappes comme une agression.

Ensuite, Assad a tout soudainement déclaré qu’il soutenait les frappes occidentales. La «coalition» va-t-elle vraiment aider l’ASL («modérée») et les combattants kurdes syriens sur le terrain? On peut douter de cela quand on voit la politique du gouvernement de Turquie, plus soucieux de «contrôler les Kurdes» et de les frapper que de les aider (ne serait-ce qu’en laissant aller des forces kurdes aller se battre à Kobané). Obama a annoncé récemment que cette aide prendrait du temps (6 à 9 mois) dit-il, pour préparer l’ASL…Alors que l’ASL se bat sur deux fronts – contre Assad et contre Daech – depuis plus d’un an. Soit bien avant les frappes de la «coalition».

Que veulent les Syriens insurgés ?

Ce que nous souhaitons aujourd’hui c’est que la «communauté internationale» prenne enfin des mesures sérieuses pour mettre fin à toutes les formes de terrorisme en Syrie : celui du régime Assad, de Daech, d’Hezbollah, des milices iraniennes et irakiennes. Cela pour protéger les civils et mettre fin à ce bain de sang. Et ça commence par clouer l’aviation syrienne au sol et fournir un armement contre les avions, hélicoptère et les chars…

Terrorisme d’Assad et terrorisme de Daech, analogies et différences

Daech et le régime Assad, règnent par la terreur et la barbarie médiatisées. Tout le monde a vu ou entendu parler des vidéos de décapitation des journalistes occidentaux. Avant eux Daech a crucifié et décapité publiquement des Syriens qui s’opposaient à lui. Des vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux dont le but était de terroriser la population.

Avant Daech, Assad a organisé des massacres collectifs à l’arme blanche dans plusieurs localités en Syrie. Nous rappelons ici le premier massacre collectif en mai 2012 à al-Houla à Homs où des familles entières ont trouvé la mort. Le but est également de terroriser la population.

Dans les deux systèmes, un seul maître existe et est «adoré» (ou soumis à une adoration contrainte) comme s’il était un Dieu (Bachar pour le régime syrien et Baghdadi pour Daech). La population ne compte pas dans ces systèmes sauf peut-être pour y être soumise.

Ciblage des activistes, journalistes, médecins, humanitaires… pour empêcher toute forme d’activités constructives de la société civile.

Se dessine un objectif analgue : étouffer une révolution et détenir un pouvoir absolu !

Une grosse différence cependant entre ces deux formes de terrorisme

1° Assad terrorise principalement sa propre population. Si nécessaire, il n’hésite pas à tuer ceux qui, parmi les Occidentaux, aident la population syrienne… Cette forme de terrorisme est de moindre importance pour la «communauté internationale», ça se passe ailleurs, à la limite tout le monde s’en fiche. Tant qu’il ne s’agit pas «des nôtres»… Même si la durée de cette terreur dépasse les trois ans et demi…et la précédait sous d’autres formes moins visibles et moins amples.

Daech terrorise des populations sous son emprise (villes occupées, population qui ne se soumette pas à ses ordres), mais il suscite une crainte dans les pays occidentaux, et cela d’une façon très médiatisée.

Cette forme de terrorisme est beaucoup plus grave pour la «communauté internationale», car ça touche aussi, potentiellement, l’Occident !

C’est dans cette différence qu’Assad a trouvé dès le début les moyens de manipuler les opinions.

Stratégie et propagande d’Assad :

Etant conscient de cette différence importante, Assad a orienté sa machine de propagande dès le début des manifestations pacifiques pour s’acheminer vers la situation dans laquelle on se trouve aujourd’hui!

Il a accusé les manifestants d’être des salafistes (courant fondamentaliste, renvoyant au terme arabe salaf ; «ancêtre», «prédécesseur») dès la première manifestation en mars 2011. Afin de défigurer la révolution et de lui donner une couleur d’islamisme extrémiste. Cette propagande a été maintenue sans faille tout au long, même si elle n’avait aucune base sur le terrain au moins jusqu’à fin 2012,

Il a opté pour une répression violente, pas seulement contre les activistes, mais aussi contre leurs familles pour les pousser à prendre les armes, sachant que la résistance armée peut être plus facilement manipulée…

Malgré la violence, les manifestations sont restées pacifiques pendant six mois. Ensuite, les armes ont été utilisées d’abord pour protéger les manifestations et les lieux de protestation. Ensuite et suite à l’échec de la mission spéciale de l’ONU, conduite par l’ex-secrétaire général, Kofi Annan, en été 2012, l’offensive du régime a beaucoup augmenté. Il n’ y avait plus aucun choix possible de résistance pacifique.

Assad a annoncé à plusieurs reprises une amnistie générale… ceci depuis 2011. A chaque fois, il a libéré surtout des détenus islamistes fondamentalistes…

Il a ciblé particulièrement les journalistes, les activistes laïques, les Syriens et Syriennes, éduqués, cultivés et patriotiques qui pourraient aider à rassembler la population (ils ont disparu, ont été tués, détenus, ou été poussés à fuir…).

Mais également la violence et les massacres collectifs ont été orientés afin d’ attiser le sectarisme. Ces tueries ont ciblé particulièrement les sunnites, le plus probablement pour stimuler des réactions des islamistes.

Quelques points d’interrogation à propos de rapports entre Assad et Daech?

Ceux et celles qui connaissaient le rôle joué par Assad dans la manipulation d’al-Qaïda en Irak suite à la guerre américaine de 2003, peuvent cogiter sur son possible rôle dans le lancement de Daech en Syrie au printemps 2013.

Nous rappelons, ici, le cas de James Folley le premier journaliste décapité par Daech, ce qui a motivé (du point de vue de déclarations publiques) les frappes de la coalition.

James Foley a été détenu par le régime Assad dès novembre 2012, bien avant la naissance même de Daech (au printemps 2013). En mai 2013 encore, l’AFP a publié qu’il avait été enlevé par des milices pro-régimes et qu’il était entre les mains du service de renseignement à Damas. Et soudainement il se trouve entre les mains de Daech qui le décapite au moment même où Assad se propose comme partenaire pour la lutte contre le terrorisme. Une coïncidence. Ce dossier est bien évidemment connu des services d’intelligence des Etats-Unis.

Daech décapite d’une façon très médiatisée des journalistes et des humanitaires qui ne pouvaient pas rester immobiles et silencieux face à la catastrophe qui se passe en Syrie. Daech n’a jamais décapité un individu pro-régime d’Assad, jusqu’à tout récemment.

Ce qui est certain est que le régime ne s’en est jamais pris à Daech, et Daech ne s’en est jamais pris aux forces du régime, ceci jusqu’à la formation de la «coalition internationale». Tous deux s’attaquent, par contre, aux activistes et à l’ASL.

Aujourd’hui il est évident que les décapitations des journalistes ont soudé le monde entier dans une guerre anti-terroriste. Ainsi Assad et ses exactions ont été complètement oubliés. Et pire encore, peut-être même que la coalition cherchera-t-elle à l’avenir à collaborer avec lui dans le rôle du pompier pyromane, comme garant contre le terrorisme.

10659110_988981354461764_2744297260737711689_o

En conclusion, on ne peut pas s’attaquer aux symptômes du terrorisme seuls… j’entends par-là Daech, et mettre entre parenthèses, ignorer l’origine même du terrorisme dans la région – et particulièrement dans sa base syrienne, j’entends ici le régime mafieux et criminel d’Assad.

(11 octobre 2014, Zurich)

Daech, Frappes de la Coalition… Qu’en Pensent les Syriens de Suisse?

Chronique de la Syrie

Quelle est notre position à nous Syriens de Suisse, concernant les frappes de la Coalition internationale , et aussi vis-à-vis de l’Etat Islamique (Daech) et de ses exactions ?

Notre position n’est pas différente de celle des Syriens de l’intérieur avec qui nous partageons la même amertume…

Bien que nous soyons absolument contre Daech et ses exactions, que nous dénonçons avec force, nous ressentons cependant beaucoup de peine par rapport à l’intervention de la coalition emmenée par les USA. Pourquoi ?

Premièrement nous constatons que tous les crimes contre l’Humanité, perpétrés largement et systématiquement par le régime syrien contre sa population, ne comptent absolument pas dans cette décision de frapper la Syrie. Par ailleurs, des assassinats odieux comme celui du médecin anglais Dr. Abbas KHAN, chirurgien qui aidait à soigner les blessés à Alep, qui a été arrêté en novembre 2012 et exécuté par le régime en décembre 2013 dans un centre de détention à Damas, n’ont entraîné aucune réaction de la communauté internationale non plus. Il a suffi par contre que deux américains soient tués par Daech pour motiver cette intervention contre Daech seul!
Personne n’a bougé pour protéger les civils en Syrie pendant plus de trois ans de répression sanglante! Nous avons l’impression que la communauté internationale protège des individus de certaines nationalités (occidentales surtout) et reste contemplative face aux massacres que subit tout un peuple.
Nous rappelons ici qu’au mois de septembre 2014 seul, il y a eu 2’300 morts en Syrie dont 1700 civils tués à cause de la répression du régime Assad, dont 294 enfants et 173 femmes. Alors que Daech a tué 350 personnes en Syrie en septembre, dont 120 civils. Ceci pour dire que le nombre de victimes du terrorisme d’Etat, toléré par la communauté internationale, reste bien plus grand que celui de Daech.

دولتي- Dawlati By Hani Abbas Source: Hani abbas cartoon

دولتي- Dawlati- By Hani Abbas
Source: Hani abbas cartoon

Deuxièmement, combattre un groupe terroriste et laisser tranquille celui qui a le plus oeuvré à sa formation et à son développement, c’est-à-dire le régime syrien, c’est écoeurant pour nous syriens.

Troisièmement, combattre Daech seule et laisser tranquille tous les autres groupes terroristes chiites (Hezbollah, milices irakiennes et iraniennes) qui combattent les syriens (les civils y compris) avec Assad depuis presque deux ans nous paraît très douteux! En effet, le but de la présence de ces groupes chiites est de transformer la lutte des Syriens insurgés contre la dictature en une lutte sectaire! Ceci ne peut que pousser certains syriens et arabes à se tourner vers l’extrémisme… Ceci va augmenter le déchirement au sein de la société syrienne, et va aussi contribuer à  ancrer l’extrémisme et à augmenter le terrorisme partout dans le monde.

Quatrièmement, jusqu’à récemment, les civils syriens étaient les victimes du régime Assad et de ses alliés (skuds, barils explosifs, massacres chimiques, famine, …) mais aussi les victimes de Daech ; aujourd’hui ils meurent aussi sous les missiles américains! Le premier jour des frappes, plusieurs cas de morts et de blessés ont été recensés parmi les civils (y compris des enfants), alors que les soins médicaux sont très difficiles d’accès en Syrie.
Le 29 septembre, la coalition occidentale et arabe a frappé une usine de Gaz et un stock de céréales à Deir Ezzor laissant les civils sans pain et sans combustible pour cuisiner!!! Nous n’avons pas entendu dire que des avions américains auraient parachuté de la nourriture pour les civils là-bas en Syrie comme ce fut le cas en Irak!.

Bilan: plus de morts, plus de blessés et plus de famine… sans espoir aucun de voir enfin quelqu’un s’occuper de protéger les civils en Syrie contre un régime qui a perpétré la terreur pendant plus de trois ans contre la population! Cela ne peut qu’augmenter le ressentiment des Syriens contre les américains et les occidentaux.

Ensuite, nous ne savons pas ce qui se passe en coulisses, car Assad a tout soudainement déclaré qu’il soutenait les frappes occidentales. La Coalition va-t-elle vraiment aider l’ASL et les combattants kurdes syriens sur le terrain? Actuellement Kobani est en train de tomber aux mains de Daech et les combattants kurdes syriens n’ont aucun soutien de la coalition!

Finalement, ce que nous souhaitons aujourd’hui c’est que la communauté internationale prenne enfin des mesures sérieuses pour mettre fin à toutes les formes de terrorisme en Syrie (le régime Assad, Daech, Hezbollah, les milices iraniennes et irakiennes), et  pour protéger les civils et mettre fin à ce bain de sang!!!

Quant aux mobilisations contre Daech, nous Syriens de Suisse tout comme les Syriens de l’intérieur, nous n’avons pas cessé de manifester contre la terreur de Daech et contre celle d’Assad à la fois, ceci depuis plus d’un an.

Lausanne, 07 août 2014. Des rassemblements contre Daech (al-Qaïda) et Assad ont eu lieu depuis août 2013.

Lausanne, 07 août 2014. Des rassemblements contre Daech (al-Qaïda) et Assad ont eu lieu en Suisse depuis août 2013.

A Kafranbel-Idleb, juin 2014

A Kafranbel-Idleb, juillet 2014,

Sources du dessin de Kafranbel: https://www.facebook.com/kafrnbl/photos/pb.169122569847858.-2207520000.1412373682./682435335183243/?type=3&theater

FSD

Assad, Daech et l’Occident… vérités et mensonges!

Chronique de la Syrie

Récemment, l’Etat Islamique (IS ou en arabe Daech) a décapité deux journalistes américains qui s’étaient tous deux dévoués pour faire entendre la voix et la souffrance du peuple syrien ! Le prétexte invoqué est l’intervention américaine et les frappes aériennes sur des bases ou sur des troupes de Daech en Irak. Toutefois, il faut rappeler ici que Daech dès son apparition s’en est pris aux activistes, aux médecins et aux journalistes syriens qui faisaient partie de la révolution ou qui soulageaient la souffrance de la population ou encore qui faisaient entendre sa voix. Tous ceux qui ont été enlevés par Daech oeuvraient pour défendre ou aider les opprimés et pour que la justice et l’humanité ne soient pas oubliées en Syrie. Jamais, jusqu’à tout récemment, Daech et le régime mafieux Assad ne se sont attaqués mutuellement ! Les barils d’explosifs du régime Assad ont toujours épargné soigneusement les forces de Daech à Alep, préférant cibler les civils.

Tout ça devrait nous inviter tous à nous poser la question du rôle d’Assad dans la naissance de Daech.

La décapitation de James Foley ajoute un élément semblable, car James Foley a été détenu par le régime Assad en novembre 2012, bien avant la naissance même de Daech (au printemps 2013) et soudainement il se trouve entre les mains de Daech qui le décapite au moment où Assad se propose comme partenaire pour la lutte contre le terrorisme ! En mai 2013, l’AFP a publié qu’il avait été enlevé par des milices pro-régime et qu’il était entre les mains du service de renseignement à Damas.

Avec une possible intervention proche de l’Occident en Syrie, FSD a jugé utile de traduire un article de l’écrivain syrien Yassin al-Haj Saleh qui approfondit la question de Daech.

 FSD, 07.09.2014

Trois niveaux d’action sont nécessaires pour faire face à Daech

Yassin al-Haj Saleh

01.09.2014

 

Yassin Haj Saleh, écrivain syrien

Yassin al-Haj Saleh, écrivain syrien

Il semble que les Etats unis et l’occident se préparent à faire face à Daech (Etat Islamique – EI) en Syrie, même s’il est fort probable que ces actions n’iront pas plus loin que des frappes aériennes, et peut-être quelques opérations de commandos. L’objectif probable des frappes serait de mettre cette organisation terroriste naissante sous pression et de l’occuper à rassembler ses forces suite à ces possibles frappes, pour l’empêcher de progresser.

De son côté le régime syrien s’est dépêché d’offrir ses services dans le cadre de cette action militaire occidentale probable. Tandis que l’occident continue à mépriser Assad, il n’est pas exclu qu’il ait recours à ses services pour avoir une base militaire avancée contre Daech (EI), et par conséquent qu’il facilite la prolongation de sa mainmise sur le peuple Syrien.

Il est certain que ces frappes seront sans effet si elles se veulent punitives seulement. Il est clair que le recours à la force est nécessaire pour faire face à cette puissance fasciste qui utilise le terrorisme comme tactique de combat, comme outil psychologique et comme méthode pour gouverner. Faire face à cette entité terroriste par la violence n’est pas seulement légitime suite aux crimes qu’elle a perpétrés, mais aussi parce qu’il est impossible de se débarrasser de cette force d’occupation sans utiliser la force. Le problème d’une intervention occidentale probable contre Daech n’est pas seulement qu’elle comprend uniquement une dimension militaire, mais aussi que cette intervention militaire resterait très probablement limitée aux frappes et ne servirait qu’à gérer la crise à la place de lui trouver une solution réelle. Une telle méthode de gestion de crise enlève à notre combat toute dimension de justice et de libération des peuples, et l’assimile à une bagarre entre gamins, dont on veut ignorer la cause profonde, avec pour seul but de calmer le jeu et rétablir la stabilité de la région.

Il n’y a pas pire que cette méthode, ni plus égoïste et irresponsable. Ce genre de gestion est en partie responsable de la destruction de la Syrie et de la naissance de créatures immondes comme Daech. Peut-être que les Américains pensent que de telles créatures ont leur place naturelle dans le marais du Moyen-Orient. Et ils ont peut-être raison. Mais ce marais est le produit de leurs efforts et de ceux de l’occident au fil de plusieurs générations, tout comme il est le produit de la présence d’une autre entité d’occupation terroriste, Israël, comme maître de la région. Ce marais n’est pas vraiment le produit des « gamins » syriens, irakiens, libanais, etc. Un autre facteur important dans l’apparition d’un tel marais, est le recours perpétuel à des régimes terroristes, comme celui d’Assad et de ses semblables pour garantir la stabilité de la région, au détriment de toute justice et au mépris de toute dignité humaine.

C’est pourquoi une intervention militaire américaine et occidentale, même si elle a pour but d’en finir avec Daech et non pas de l’affaiblir seulement, ne présente qu’une seule des trois dimensions nécessaires pour être réellement efficace.

La deuxième dimension consiste à faire face à l’origine du terrorisme dans la région, à savoir le régime syrien, ou bien d’aider les Syriens à y mettre un terme. Punir Daech seulement, alors que le régime syrien a déjà commis pire que Daech, et laisser ce régime criminel dans l’impunité donnerait le pire des messages aux Syriens et aux peuples du Moyen-Orient plus généralement. Sans oublier que de s’attaquer à Daech seul rendrait un grand service à ce dernier et l’aiderait sans doute à justifier et renforcer son action. (En ternissant l’image de la révolution aux yeux de l’Occident, note du traducteur), les groupes islamistes en Syrie et Daech en particulier, auront finalement servi à faire perdre aux Syriens leur confiance dans la communauté internationale et dans la justice mondiale. Basé sur cette perte de confiance, Daech s’apprête à détruire complètement l’image du reste du monde dans notre environnement social et psychologique.

Il est bien possible qu’une frappe de Daech à al-Raqa, ville qui a déjà été bombardée par Assad, en prenant soin d’éviter les positions de Daech, et bombardée à nouveau récemment sous prétexte de frapper Daech, ait comme conséquence de rapprocher les habitants de al-Raqa de cette organisation à la place de les en éloigner. Les frappes occidentales doivent viser les deux criminels à la fois, Daech et le régime syrien, et ne doivent en aucun cas frapper l’un et laisser l’autre. La décapitation de James Foley, qui est un crime odieux, n’est pas comparable à la mort sous la torture des 11’000 détenus jusqu’en août 2013, pas comparable non plus au massacre aux armes chimiques dans al-Ghouta en août 2013 et aux massacres de Darayya, Jdaydeh Artouz, Banias, al-Houla, al-Treimsseh et tous les autres massacres imputables au régime syrien. Les crimes ne sont pas comparables, mais en sanctionnant un criminel tout en laissant l’autre impuni on détruit la notion même du crime et avec elle celle de la justice et de la sanction juste. Une telle gestion irresponsable pourrait ouvrir la porte au terrorisme et on pourrait même voir naître des créatures pires encore que Daech.

Il y a une troisième dimension pour faire face à Daech, où les occidentaux ne peuvent ni intervenir ni aider, et il est même préférable qu’ils ne tentent pas de s’en mêler. Daech n’est pas seulement une organisation criminelle, n’est pas seulement le produit de certaines politiques criminelles locales et internationales, Daech a aussi un lien à l’Islam. Les islamistes et les musulmans qui disent que Daech est un produit des services secrets et que l’Islam n’a rien à avoir avec lui se trompent eux-mêmes. Daech est une évolution d’al-Qaïda dans le contexte Syrien et Irakien qui est bien connu, al-Qaïda elle même étant une organisation d’origine saoudienne et égyptienne. Il n’est pas sérieux de nier l’influence religieuse dans la naissance de Daech, même s’il s’agit là d’un phénomène contemporain. Ce monstre est notre produit, il est né de la décomposition de notre politique, de notre pensée et de notre morale.

Il est clair que cette troisième dimension pour faire face à Daech ne peut être affrontée que par les musulmans eux-mêmes et les sunnites plus spécialement. Daech est une pensée islamiste qui ne peut être contrée que par la pensée. On doit se demander où se trouve la pensée islamique qui peut faire face à Daech fermement ? Lorsque les islamistes critiquent Daech pour sa conduite cruelle et sa précipitation et son refus d’acheminer les changements graduellement, ils ne le critiquent pas pour son projet de vouloir imposer un pouvoir islamiste par la force. Ceci n’est pas sérieux, tout comme la différence faite par les américains entre les crimes de Daech et ceux du régime n’est pas sérieuse. Il est nécessaire de dépasser la situation actuelle en amenant une réforme de l’Islam qui en augmente la dimension de la croyance et de la justice et en diminue la dimension du pouvoir et du droit islamiste. C’est une opération à long terme mais nécessaire pour faire face aux entités comme Daech.

En résumé, Daech est un problème sécuritaire, et plus que ça un problème politique et encore plus que ça un problème de la pensée. Faire face à Daech efficacement doit avoir à la fois une composante d’opposition militaire, et c’est exactement ce que les syriens opposants au régime ont fait les premiers et avant quiconque, une composante politique qui fait un pas vers la justice en Syrie en mettant un terme au régime syrien criminel, et une composante liée à la pensée musulmane qui arracherait l’Islam des mains de Daech et le Daechisme de l’Islam.

 01.09.2014, Yassin al-Haj Saleh, écrivain syrien

Le saviez-vous?

Mémoire de la Révolution

L’arrestation d’enfants de la ville de Deraa en mars 2011 par les forces de sécurité syriennes et leur torture a été l’élément déclencheur de la Révolution syrienne, alors que la Syrie vivait jusque là sous le joug militaire et sans partage des Assad depuis plus de 40 ans. Quel avait été le crime de ces enfants ? Avoir écrit des slogans politiques sur les murs de leur école.

Depuis le début de la Révolution en 2011, plus de 160’000 civils ont été tués, et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Parmi ces morts se trouvent beaucoup de femmes, d’enfants, d’artistes, d’intellectuels ou encore de militants pacifiques. Des centaines de milliers de Syriens ont en outre été illégalement arrêtés et emprisonnés. Il est important de rappeler qu’être détenu en Syrie ne signifie pas uniquement être enfermé, mais est également synonyme de torture, menant dans de nombreux cas à une mort atroce.

On compte aujourd’hui plus de 10 millions de déplacés à l’intérieur de la Syrie et de réfugiés dans les pays voisins. La Syrie est ainsi devenue le premier pays mondial exportateur de réfugiés, alors que dans le passé, elle était le 2ème plus grand pays accueillant de réfugiés.

Les attaques chimiques du 21 août 2013 commises par les forces du régime Assad à El-Ghouta Orientale (Banlieue de Damas) sont certainement l’un des crimes de masse qui ont le plus choqué le monde. Cette nuit-là, plus de 6’000 personnes ont été affectées par ces bombardements. On dénombre plus de 1’722 morts, et des milliers d’autres ont, jusqu’à aujourd’hui, des séquelles physiques et psychologiques.

Sauvez les enfants en Syrie!

Sauvez les enfants en Syrie!

Ces attaques sont à ajouter à une liste de crime encore plus large. Le régime Assad n’a en effet pas cessé un seul jour de massacrer sa population en assiégeant et bombardant quotidiennement les villes syriennes. Cette même ville de Ghouta Orientale, qui avait été bombardée par le régime ce 21 août 2013, subit jusqu’au jour d’aujourd’hui un implacable siège militaire. La population civile y est privée d’un accès régulier aux soins, à la nourriture et à l’eau potable, et cela dans l’indifférence la plus générale. Aucune action concrète n’a en effet été prise pour venir en aide à la population civile et permettre à celle-ci de vivre dignement et en sécurité.

Notre message aujourd’hui est simple : Le peuple syrien continuera à lutter pour sa liberté, sa dignité et la justice. Le prix de la liberté est cher, mais le silence face à l’oppression est criminel. En ce jour de commémoration des attaques chimiques, nous demandons à ce que la communauté internationale prenne enfin ses responsabilités, au lieu de se poser en simple spectatrice du massacre du peuple syrien.

Saviez-vous que :

  • La Syrie est un berceau de l’Humanité vieux de plus de 12’000 ans
  • Pendant les années cinquante, la Syrie avait vécu des années de démocratie avant l’arrivée des régimes totalitaires.
  • Hafez Al Assad s’est saisi du pouvoir à travers un coup d’Etat et a transformé la Syrie en dictature militaire
  • Des dizaines de milliers de Syriens ont été tués par le régime Assad à la fin des années 1970, début des années 1980. Le principal massacre a eu lieu à Hama en 1982
  • En mars 2011, les Syriens se sont soulevés contre le régime de Bashar Al Assad après des décennies de terreur
  • Les Syriens ont manifesté pacifiquement pendant 6 mois, mais ils ont été réprimés dans le sang.
  • Le premier mouvement armé de la Révolution syrienne a été initié par des soldats et officiers syriens ayant déserté l’Armée syrienne après avoir refusé de tirer sur les manifestants pacifiques. Cela a donné naissance à « l’Armée Syrienne Libre » (ASL)
  • Le groupe extrémiste nommé « L’Etat islamique » (EI) ne représente pas les révolutionnaires syriens et n’a pas opposé de résistance réelle aux forces du régime Assad
  • Toutes les minutes, une famille syrienne est forcée de fuir
  • Toutes les 10 minutes, un Syrien est tué
  • Selon l’ONU, plus de la moitié des réfugiés ont moins de 18 ans

Le 20.08.2014, une nouvelle attaque au chlore a eu lieu à Jobar (Damas)!

Par Syrian Voices

L’ONU inutile ou complice ?

Chronique de la Syrie

Suite à la « réélection » dans le sang du dictateur criminel Bacha al-Assad, ce dernier a annoncé une amnistie générale de tous les détenus et condamnés ayant commis un acte « répréhensible » avant le 09.06.2014. Cette amnistie concerne également les personnes traduites devant la cour du « terrorisme » donc tout ceux qui ont été accusés de terrorisme pour leur participation dans les mobilisations de la révolution. Les Syriens espéraient alors la libération des dizaines de milliers de détenus arrêtés pendant la révolution. Mais le régime a été une fois de plus fidèle à lui même, peu de détenus d’opinion ont été libérés dans le cadre de cette amnistie qui n’est qu’une simple annonce, seul peu de détenus ont retrouvé leur liberté. Des détenus connus comme Mazen Darwish, activiste des droits humains et journaliste arrêté en février 2012, Khalil Maatouk, avocat qui défendait les détenus arrêtés en octobre 2012, Tal al-Mallouhi, jeune blogueuse arrêtée avant la révolution en décembre 2009, comme beaucoup d’autres n’ont pas été libérés. Ce fut le cas pour la majorité des détenus d’opinion et ceux qui ont été arrêtés pour leur implication dans l’aide humanitaire ou le journalisme. Cette amnistie, comme ses précédentes, n’ a été qu’ un coup médiatique destiné à améliorer l’image du dictateur qui pardonnerait à sa population ses revendications pour la liberté, la dignité et la démocratie, faisant semblant qu’après cette mascarade de réélection tout rentrerait dans l’ordre.

 La réalité du terrain est toute autre, car les arrestations n’ont pas pris fin, au contraire. Certains de ceux qui ont été libérés après cette réélection et qui n’ont pas quitté la Syrie se sont fait arrêter à nouveau. Ce fut le cas du psychiatre Jala Naoufal, de la communauté druze de Syrie, qui vient de se faire arrêter pour la 5e fois le 17 juillet, deux semaines après sa dernière libération. Jalal Naoufal est très apprécié comme personnalité patriotique humanitaire. Il a formé beaucoup d’activistes syriens dans le soutien psychologique. Il est aussi un adepte du mouvement pacifiste de la société civile, ce qui fait de lui une personne extrêmement dangereuse pour le régime Assad.

Dr. Jalal Naoufal

Dr. Jalal Naoufal

Mentionnons ici également l’arrestation de Fehmi Youssef, activiste politique de gauche, à l’aéroport de Lattaquié, le 2 août 2014! Fehmi Youssef fait partie de la communauté syrienne des Assyriens-Cyriaques. Il n’est pas musulman, il n’a pas porté d’armes, mais il est populaire, il est connu pour son patriotisme et il est très apprécié à Alep! C’est sa 3ème arrestation depuis 2011.

Youssef Fehmi

Youssef Fehmi

Le soir du 3 août 2014, nous avons appris l’arrestation à Damas d’une étudiante universitaire d’une vingtaine d’années !

Assad continue sa politique répressive, la torture dans ses centres d’interrogation continue à être effrayante et à mettre la vie des dizaines de milliers de détenus en danger, les barils explosifs continuent à détruire, blesser, tuer et faire fuir dans le silence d’une communauté internationale qui ne condamne même plus ces crimes…

Après l’ “évacuation” de l’arsenal chimique d’Assad, terminée fin juin 2014, les attaques chimiques se poursuivent, curieusement: le 17 juillet 2014, une attaque au chlore a eu lieu à Kafr-Zeita et le 26 juillet 2014 une 2e attaque au chlore a eu lieu à Rahba-Khatab dans les environs de Hama.

Aujourd’hui à Gaza, Netanyahu agit de même avec les Palestiniens ! Se sentirait-il plus tranquille suite au silence sur les crimes d’Assad ?

Ce qui se passe en Syrie et à Gaza aujourd’hui est une honte pour l’Humanité toute entière ; cela montre que la politique internationale défend les criminels et les mafieux par intérêt financier, et se partage le pouvoir au détriment des droits humains ou plus simplement de la vie humaine … Nous invitons l’ONU à fermer boutique car les cas de la Syrie et de Gaza ont démontré qu’elle est au mieux inutile et au pire au service de la mafia politique.